fbpx
French VERSION

Karaté: Amina Ndione, la reine d’Afrique qui rêve d’or olympique

Le Karaté sénégalais peut rêver grand. La discipline profite d’une cuvée de talents dont l’étoile montante Maman Amina Ndione. La médaillée d’or aux championnats d'Afrique en 2019 n’a qu’une seule ambition: offrir au pays sa première breloque dorée aux Jeux Olympiques.

Il est de ces destinées scellées à l’avance dont on ne peut jamais s’échapper. Le Karaté et Maman Amina Ndione ont pris le temps avant de faire enfin connaissance. “C’est à l’âge de 18 ans que j’ai commencé le Karaté. Ma grande sœur pratiquait la discipline mais j’ai surtout succombé au Karaté grâce à mon voisin Saliou Diouf, champion d’Afrique 2014. Je peux dire que c’est lui qui a fait de moi une championne”, confie Amina.

La jeune femme vit maintenant chez son époux à Mboro (ndlr, dans la région de Thiès à 115 KM de la capitale Dakar). Elle aurait pourtant pu ne jamais fouler les tatamis pour un tout autre sport.

“Avant c’était du basket que je voulais faire. J’ai à l’époque demandé à Saliou Diouf de me mettre en rapport avec une équipe de basket vu ma taille (ndlr, elle culmine à plus d’un mètre 90). Mais il a insisté pour que j’essaye le Karaté. Au début j’étais réticente ensuite je me suis laissée tenter juste pour lui faire plaisir. J’ai fait les deux pendant un moment. Mais par la suite, c’était devenu contraignant et j’ai donc fini par choisir le Karaté”.

Un choix payant

Aujourd’hui, ce choix s’avère gagnant. Maman Ndione à tout de suite montré des aptitudes pour un sport qui a toujours fait partie de sa vie in fine. Son coach, Maître Cheikh Diagne, raconte leur rencontre d'une voix empreinte de fierté: “J’entraînais sa grande sœur avant et c’est elle qui m’a présenté Maman. Je voyais déjà en elle une future championne du fait de sa taille et sa jeunesse. Son potentiel était pour moi une évidence.

C’est d’abord au club Daradji fondé par son défunt père que Maître Diagne a lancé la carrière de la longiligne tireuse. Et la moisson ne s’est pas fait attendre. Championne du Sénégal en individuel et médaillée d’or pour sa première grande compétition au tournoi de la zone en 2017, Maman Ndione se pare d’argent à Kigali au Rwanda lors des championnats d’Afrique 2018. Maître Diagne se rappelle: “Elle n’était qu’un espoir lors de cette compétition à 19 ans. Elle était pourtant inconsolable et me répétait qu’elle ne voulait que l’or”. Un mental de gagneur déjà ancré chez une jeune femme qui n'a pourtant découvert la discipline que deux ans plus tôt.

Amina Ndione rêve de l'or aux JO

Cependant, elle sera récompensée dès les joutes continentales suivantes. Elle est sacrée championne d’Afrique en individuel au Botswana en 2019. “Ma préparation était si rude! Mon entraîneur et mon voisin Saliou Diouf me poussaient dans mes retranchements. J’ai eu la chance grâce à Saliou et mon entraîneur de faire un stage de 3 mois en Italie. Avec Saliou, nous faisions parfois jusqu’à 4 séances d’entraînement quotidiennes. Nous avions consenti d’énormes sacrifices et j’aurais tellement aimé qu’il ait lui aussi sa médaille d’or”, se remémore la championne.

“Mon rêve: faire retentir l’hymne du Sénégal aux JO”

Cette préparation n’a toutefois pas pu être renouvelée avant les derniers championnats d’Afrique au Maroc. Maman Amina perd sa couronne et se contente du bronze. Elle se console néanmoins avec la médaille qu’elle qualifie de plus belle: l’or par équipe. Mais ce n'est pas assez pour la rassasier. Après le Maroc, elle se remobilise pour les qualifications pré olympiques. Mais les compétitions seront finalement annulées pour cause de pandémie. Ce n’est pourtant pas pour elle et sa team une excuse pour se ramollir.

“Elle continue de s’entraîner en individuel. Comme elle est basée à Mboro, elle m’envoie les vidéos et je lui renvoie mes correctifs”, renseigne son entraîneur. La jeune femme sait qu’elle devra en faire plus pour atteindre ses objectifs. “Mon ambition est de reconquérir le titre africain, de devenir championne du monde et de décrocher la médaille d’or olympique. Mon grand rêve est de faire retentir l’hymne du Sénégal aux Jeux”.

Un rêve qui nécessite un soutien considérable. Des moyens que son nouveau club consent à lui donner. “Nous avions déjà payé les billets pour les Open du Maroc, de Madrid et de Paris. S’il y’a les moyens, elle ira aux JO. Alors je vais me battre pour qu’elle puisse s’aligner sur les futurs Open à la fin de la pandémie”, déclare son entraîneur.

Le Karaté sénégalais semble avoir de beaux jours devant lui et se remet à briller au moment où la discipline est intégrée au calendrier olympique. Mais l’ambitieuse Maman Ndione offrira-t-elle au Sénégal son premier hymne national aux JO de Tokyo en 2021?

Moustapha M. SADIO

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram