fbpx
French VERSION

La VAR enseignée en Centrafrique

La FIFA veut mettre les arbitres africains à jour sur ses nouvelles règles. Ses experts dispensent des modules, dont l'assistance vidéo, à 14 arbitres et assistants. Toutefois, le dispositif de l'arbitrage vidéo n'est pas encore introduit dans le foot centrafricain.

La FIFA a initié ce programme de formation en partenariat avec la Fédération centrafricaine de Football (FCF). Il se déroule sur 4 jours au complexe sportif Barthelemy Boganda de Bangui.

Par ailleurs, deux femmes, Lorraine Bassala Veindoko et Armelle Titiane Danaza, font partie de la cohorte de 14 arbitres et arbitres assistants. 10 parmi eux sont des arbitres et arbitres assistants FIFA. Les 4 autres sont des arbitres fédéraux.

Bientôt un dispositif VAR en RCA

La VAR : Quelle importance pour le football ? – Socialnetlink, le ...

Averel Fada Kendi est le responsable de la formation au sein du comité exécutif de la FCF. Il pense que l'issue de cette formation pourrait amener la FIFA à doter le pays de ce dispositif. « La FIFA a démarré cette année la formation avec la RCA. On va leur apprendre comment jouer avec la VAR », explique-t-il.

Seulement, la Centrafrique ne dispose pas de la Var. Mais cette formation n'en demeure pas moins une belle opportunité pour le pays, selon Averel Fada Kendi. «Si la FIFA organise une formation sur un tel domaine, elle va faire accompagner de matériels adéquats», dit-il.

Faible représentativité

Par ailleurs, la représentativité des arbitres centrafricains dans les compétitions officielles de la CAF et de la FIFA reste très faible. En fait, à ce jour, seul Jospin Luckner Malonga, l'arbitre assistant dans la ligue de football de Bangui, est retenu pour le Championnat d'Afrique des Nations. Cette situation préoccupe le bureau fédéral de la FCF. Il souhaite donc voir à l'avenir plusieurs arbitres centrafricains lors des phases finales des différentes compétitions internationales.

Le directeur de la formation Averel Fada Kendi exhorte également les participants à plus d'assiduité. «Notre souhait c’est de voir 2,3 ou 4 arbitres centrafricains à une phase finale d’une compétition internationale. Nous sommes en train de les galvaniser pour qu’ils travaillent d’avantage  pour que d’ici demain on parle de notre arbitrage au niveau mondial », soutient-il.

Edouardo GANDOMI

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

SNA FLASH NEWS

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram