Adama Traoré, un combat déjà perdu par le Mali?

Sport News Africa

100% Africain, 100% Sport !

A la UneActus FootballFootballMALISport News AfricaUNE

Adama Traoré, un combat déjà perdu par le Mali?

Après le Mali, l’Espagne convoque Adama Traoré. Un dilemme pour l’ailier de Wolverhampton? Pas vraiment. L’Espagnol d’origine malienne a déjà tranché en faveur la Roja. A moins que…

C’est à se demander si le Mali a réellement reçu l’accord d’Adama Traoré pour arborer la tunique des Aigles. Tout ce qu’on sait, à l’heure actuelle, c’est que l’attaquant de Wolverhampton fait bien partie des joueurs convoqués par le sélectionneur du Mali pour les rencontres amicales contre le Ghana le 9 octobre et face à l’Iran quatre jours plus tard. A la grande joie des supporters maliens. Légitime. Sauf que l’Espagne est revenue à la charge pour transformer ce rêve en cauchemar.

Adama Traoré figure, en effet, dans la liste publiée ce vendredi par le coach de la Roja. Luis Enrique compte enfin voir le Malien d’origine enfiler la tunique des champions du monde 2010 pour les matchs contre le Portugal, la Suisse et l’Ukraine. Des rencontres prévues au même moment que celles des Aigles. Cruel pour les Ouest-africains, mais le coach Ibrahima Magassouba savait bien à quoi s’attendre dans ce dossier brûlant. A moins que le joueur ait décidé de dribbler son monde. Ce qui est inimaginable. Pour l’instant, du moins.  

Traoré, priorité à la Roja

Cette convocation de l’Hispano-malien par le technicien espagnol indique clairement que le puissant ailier des Wolves n’a pas véritablement changé dans son choix de défendre l’Espagne plutôt que son pays d’origine. Comme la plupart des binationaux, le joueur formé au Barça privilégie la Roja. Un choix qu’il n’a jamais caché. Un intérêt réciproque. Car, l’Espagne ne peut pas se permettre de perdre un joueur qui incarne l’avenir de sa sélection.

Après avoir déclaré forfait lors de ses deux premières sélections pour blessure, Adama Traoré devrait bien répondre présent cette fois. Seule une autre blessure semble en mesure de l’éloigner encore de la sélection. Ce qui confirmerait les murmures des Maliens dont beaucoup voient en ces blessures à répétition du joueur «un signe divin». Alors jamais deux sans trois? Du côté de Bamako, nombreux sont les supporters qui prient pour que la prophétie se réalise.

Mais en attendant, l’équation paraît très claire: sauf un revirement inattendu, l’Espagne peut dormir tranquille.

Jean-Charles MAMBOU

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com