fbpx
French VERSION

L’ex-boss de l’antidopage de l’IAAF enfonce Lamine Diack

Une charge qui risque de faire mal. L’ancien directeur de l’antidopage de la Fédération internationale d’athlète d’athlétisme (IAAF) enfonce Lamine Diack. Gabriel Dolé confirme l’existence d’un scandale. Mais le Français dit avoir agi pour « l'intérêt supérieur » de l'athlétisme mondial.

Il faut le dire, les choses commencent mal pour Diack père. Devant les juges ce lundi, l’ancien président de l’IAAF a reçu un gros coup sur la tête. Un témoignage accablant de l’ancien patron de l’anti-dopage de la fédération place le Sénégalais dans une mauvaise posture au premier jour de son procès pour corruption. Gabriel Dolé reconnaît avoir des « arrangements » pour sauver les sponsors de l’athlétisme. Ce qui aurait été un « scandale » pour la toute puissante Fédération internationale d’athlétisme et son boss.

Premier à passer devant la barre, le Français de 78 ans a tenté de minimiser sa responsabilité dans le scandale lié au dopage impuni d’athlètes russes. Pour lui, il fallait trouver un compromis entre « l'intérêt supérieur » de l'IAAF et la mise à l'écart d'athlètes russes dopés. Il explique, en effet, que Lamine Diack lui aurait « demandé de considérer » la « situation financière » de l’instance. « Avec la liste […] ça allait provoquer un scandale (qui) allait influencer le recours des négociations avec les commanditaires et les faire péricliter », explique-t-il, cité par l’AFP.

« Bonus » et indemnités de licenciement

Gabriel Dolé, himself, est poursuivi pour corruption passive pour avoir perçu plus de 124 millions de francs CFA de pots-de-vin présumés perçus en 2013 et 2014. Mais il se défend d’avoir agi pour de l'argent. Quid alors des 32,6 millions francs CFA reçus en 2013 de Papa Massata, fils de Lamine Diack ? Gabriel Dolé y voit « un bonus » pour sa gestion des cas russes. L’ancien directeur de l’antidopage de la Fédé d’athlétisme présente également les 58,7 millions de francs CFA perçus entre 2013 et 2014 de l’ancien boss de l’IAAF comme des indemnités pour avoir été « licencié de façon brutale et ingrate ». Autant dire donc que c’est mal parti pour l’ex-homme fort de l’athlétisme mondial attendu devant la barre mercredi. Lamine Diack encourt jusqu’à 10 ans de prison.

Jean-Charles MAMBOU

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

SNA FLASH NEWS

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram