fbpx
French VERSION

Mehdi Essadiq: «être médecin et sportif de haut niveau a été mon plus grand défi»

Mehdi Essadiq entre dans l’histoire du triathlon maghrébin. Il est en effet le premier marocain, arabe et maghrébin à se qualifier aux JO, au triathlon (cyclisme, natation, course à pieds). L’athlète, qui a récemment brillé en Egypte, revient sur son exploit inédit. Lui, le médecin, a frôlé la mort en 2012, en pleine compétition.

De notre correspondant au Maroc,

Mehdi Essadiq-triathlon-Maroc-JO
Mehdi Essadiq, médecin psychiatre et sportif de haut niveau

Mehdi Essadiq, vous êtes le premier marocain, arabe et maghrébin qui se qualifie aux JO à l'épreuve du triathlon. Quels sentiments vous animent après cet exploit historique ?

Tout d’abord, je ressens un grand soulagement d’y être enfin arrivé après plusieurs échecs et des années de travail, de sacrifices personnels et collectifs. Ensuite, c’est beaucoup de bonheur et de fierté de pouvoir représenter mon pays le Maroc, ma ville de Kenitra, ma famille, mes amis. Et tous ceux qui m’ont accompagné et soutenu tout au long de ces années. J’ai envie de partager ce bonheur et savourer chaque instant de cette expérience unique avec ceux qui ont compté pour moi. Enfin, j’ai aussi un sentiment de responsabilité qui m’anime et me pousse à me préparer de la meilleure des manières. Sur les plans physique et mental pour être prêt à Tokyo.

                  «Mon coma en 2012 a été une leçon de vie»

 

Quels sont les moments les plus intenses de votre quête de qualification aux JO ?

Je retiendrai sans hésiter mon échec de 2012, qui a été non seulement une leçon sportive mais aussi et avant tout une leçon de vie. J’ai fait un coma à quelques centaines de mètres du graal suite à une hyperthermie. J’ai vu ma vie défiler. Cet accident m’a bouleversé en profondeur. Mais il m’a également permis de relativiser et de comprendre beaucoup de choses sur ce qui comptait vraiment dans ma vie et ce qui lui donnait un sens.

Après avoir décroché votre ticket, que viserez-vous au Japon ? Le podium… ?

Mon objectif au Japon sera de pouvoir figurer dans le top 20. Au-delà du résultat lui-même, la satisfaction sera de faire une course pleine et d’avoir l’impression d’avoir exprimé mon potentiel sur chacune des 3 disciplines.

Mehdi Essadiq, pouvez-vous revenir sur vos premiers pas dans le triathlon ?

J’ai débuté le triathlon au Maroc avec mon père. Tout d’abord de manière naturelle dans ma ville de Kenitra en pratiquant les 3 sports de manière séparée. Puis, j’ai fait mon premier triathlon à l’âge de 15 ans avec mon lycée de Rabat. C’est à ce moment que j’ai décidé d’en faire de manière plus sérieuse et que j’ai pensé à aller en France pour y faire mes études de médecine et pratiquer le triathlon qui n’avait pas encore de cadre ou de fédération au Maroc.

J’ai ainsi lancé ma carrière au Racing Club de France où j’ai découvert l’élite de ce sport. Certes les premières années ont été difficiles entre les études en médecine, l’adaptation à un nouvel environnement et la découverte du triathlon et de ce que cela nécessitait comme sacrifices pour atteindre le haut niveau. Mais j’ai eu la chance de rencontrer des personnes tout au long de mon parcours, qui ont su me guider sur la voie.

Des études en médecine et une carrière sportive, ça a dû être très difficile à allier ?

Mon plus grand défi au cours de ma carrière sportive a été de concilier d’abord mes études de médecine et le sport de haut niveau. Ensuite mon métier et le sport et enfin depuis quelques années ma vie de famille, ma profession de médecin et le triathlon. Je suis très heureux et satisfait de n’avoir renoncé à aucun de ces aspects de ma vie et avoir fait en sorte que cela soit une force et non une faiblesse.

Mehdi Essadiq

Mehdi Essadiq

 

           «J’espère que ma participation aux JO fera naître des vocations»

Vous êtes qualifié à un important événement qui fait rêver tout athlète. A l'échelle du Maroc, comment comptez-vous booster ceux qui souhaitent faire leurs preuves dans cette discipline ?

C’est sûr que cette qualification est un énorme aboutissement pour tout athlète et c’est un rêve d’enfant qui se réalise. J’espère de tout cœur que ma participation aux JO permettra de faire naître des vocations dans mon pays. Et surtout faire connaître le sport auprès des plus jeunes et même des plus vieux. C’est un sport qui est accessible à tous et à tous les âges. C’est d’abord un mode de vie et une source de bien-être, ensuite, si cela peut amener des jeunes à rêver de projets olympiques et de sports de haut niveau, je serais le premier à être là pour eux. Pour ainsi leur transmettre un peu de mon expérience et de mon amour du sport.

Avez-vous un modèle dans cette discipline ?

Mon idole dans ce sport n’est plus de ce monde. Il s’appelle Laurent Vidal. Il faisait partie des meilleurs mondiaux et il m’inspirait. Pas simplement pour ses résultats sportifs mais par son professionnalisme extraordinaire. Son intelligence, ses valeurs, son contact avec les gens, son humanité.

Votre compatriote Badr Siwane n’a pas pu obtenir son ticket pour les JO. A votre avis qu’est-ce qui lui a manqué dans la dernière ligne droite ?

Évidemment, je suis déçu pour mon compatriote et ami Badr Siwane. Nous savions que seulement l’un de nous deux serait l’heureux qualifié. Je suis sûr qu’il saura rebondir, car c’est un garçon plein de ressources et avec un mental fort. Je lui souhaite de pouvoir continuer de progresser et d’y arriver dans 3 ans à Paris. J’ai une grande confiance en la bonne évolution du triathlon marocain durant les prochaines années et Badr fera partie des locomotives de la prochaine génération.

Au-delà du triathlon, quels sont les hobbies de Mehdi Essadiq ?

Au-delà du triathlon, je suis médecin psychiatre. C'est une profession et une passion. Il y a aussi la famille. Donc, il m’est difficile de trouver du temps pour des hobbies.

Propos recueillis par Mohamed HADJI

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram