fbpx
French VERSION

Messi et le poids du brassard

Soccer Football - Pre Season Friendly - FC Barcelona v Elche - Camp Nou, Barcelona, Spain - September 19, 2020. Barcelona's Lionel Messi reacts. REUTERS/Albert Gea     TPX IMAGES OF THE DAY

A huis clos, le Barça a perdu à domicile, le premier clasico de la saison (1-3). Plus que la défaite face au Real, l’ennemi éternel (1-3), c’est le manque de réaction après le deuxième but qui interpelle. A l’image de son capitaine, cette équipe catalane manque cruellement de caractère.

Nul besoin d'attendre le printemps et les quarts de Ligue des champions pour savoir que ce Barça-là est loin d’être guéri. Les plus grands fanatiques parmi les Blaugranas pourront toujours se réjouir de quelques éclaircies. Mais le plus souvent, contre de faibles équipes comme Ferencvaros, le champion de Hongrie (1-5).

Cependant, à tête reposée, et après une analyse rapide, on se rend compte que cette équipe traîne encore les mêmes tares. Elle garde les mêmes lacunes qui lui ont valu toutes ces déconvenues mémorables en C1. Ces Catalans manquent cruellement de caractère. Et ce n’est pas fortuit. C’est à l’image de leur capitaine. Lionel Messi est un génie. Peut-être le meilleur footballeur de l’histoire.

Il reste le leader technique du Barça. Et contrairement à ce que l’on peut lire sur les réseaux sociaux s’il n’a pas encore pesé dans le jeu, ce n’est pas parce qu’il est fini. Mais plutôt parce qu’il n’a pas fait une bonne préparation. Et aussi un peu à cause du poids de l’âge qui l’empêche d’être aussi tranchant dans ses accélérations.

Toutefois, il convient de s'arrêter sur son leadership. Messi n’est pas un bon capitaine. Le brassard lui pèse. Sous le maillot de l’Albiceleste ou des Culés, ce qui frappe le plus souvent, ce sont ses gestes de dépit et de résignation lorsque son bateau commence à tanguer. La tête baissée, la main gauche glissée dans ses cheveux.

Cette image, le génie argentin l’a encore affichée, ce samedi au Camp Nou, juste après le deuxième but du Real Madrid (2-1). Alors qu’il restait encore pratiquement 30 minutes, les hommes de Ronald Koeman ont montré une apathie indigne d’une équipe de ce niveau. Et surtout dans un clasico. Mais ça, c’est devenu une maladie incurable depuis que le sextuple Ballon d’Or est capitaine. On pourra toujours pointer du doigt les différents coachs passés sur le banc. Ou encore la mauvaise gestion indéniable des dirigeants. Si ce n'est le niveau indigne de cadres comme Busquets, Piqué ou même Griezmann…

Yacine DIENG

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram