fbpx

Natation: les espoirs marocains à l’étranger

La Fédé marocaine de natation a tenu dernièrement une réunion sur sa situation financière et la mise en place des ligues régionales. SNA a ainsi saisi l’occasion pour aborder l’actualité des nageurs qui courent derrière une qualification olympique. Mais le patron de la Fédération royale marocaine de natation (FRMN) se veut optimiste. Driss Hassa souhaite que les espoirs des bassins améliorent leur temps pour décrocher le fameux sésame.

Alors qu’aucun athlète marocain ne s'est encore qualifié aux prochains Jeux olympiques, le patron de la natation marocaine confesse que le Royaume repose ses plus grands espoirs sur les nageurs marocains basés à l’étranger.

«Les seuls nageurs en activité qui préparent les jeux olympiques vivent aux Etats Unis et en France. Ils ont le soutien moral et financier de la fédération et du Comité olympique marocain (CNOM)», assure Driss Hassa.

Au total, ces athlètes sont au nombre de 6. Ils vivent et étudient à l'étranger, comme Youssef Tibazi (24 ans) et Imane El Baroudi (19 ans) basés aux Etats-Unis. Mais le Maroc pourra également miser sur les qualités de Driss Lahrichi (22 ans), Samy Boutouil (20 ans), Souheil Hamouchene (22 ans) et Mathieu Ben Rahou (25 ans). Tous quatre font leurs armes en France.

Boutouil a notamment représenté le Royaume chérifien aux Jeux Olympiques de la Jeunesse à Buenos Aires (2018). D’ailleurs, il participe actuellement au 12e Meeting des Hortillons (27 au 29 novembre). C'est à Amiens, sur trois distances: 50 m Nage Libre, 100 m Papillon et 100 m Nage Libre.

Cependant, Youssef Tibazi est l’un des plus grands espoirs, avec Driss Lahrichi. Tibazi a notamment décroché deux médailles (argent et bronze) lors des Championnats d'Afrique de natation de 2018 à Alger. C’était sur 100 m et 50 m Papillon. L’athlète maroco-américain avait toutefois raté, en 2016, les minimas aux Etats-Unis pour les J.O de Rio de Janeiro. Mais il tentera d’obtenir le fameux sésame cette fois-ci. Son compatriote Driss Lahraichi avait été, avec Noura Mana (50m nage libre), les seuls représentants du Maroc dans cette discipline à Rio. Cependant, les deux athlètes avaient quitté la compétition dès le premier tour.

Néanmoins, l’objectif reste clair pour Driss Hassa. Ces compétiteurs devront «améliorer leur temps et décrocher une qualification» pour Tokyo 2021.

Fin 2018 en France, Samy Boutouil avait battu le record du Maroc du 100 Papillon et 100 QN (respectivement 54.40 et 56.32). Driss Lahrichi, de son côté, avait fait tomber le record du 200 m dos (1.57.58).

«Notre situation financière s’est améliorée»

A l’échelle nationale, la Fédé tente toutefois de remobiliser ses troupes pour préparer les athlètes basés au Maroc. «Nous sommes toujours impactés par la crise du coronavirus et toute l'activité de la natation au Maroc est arrêtée suite aux fermetures de toutes les piscines». Pourtant, les professionnels réclament vivement leur réouverture actuellement. En tout cas, une lueur d’espoir se présente. En effet, la Fédé vient de convoquer 24 athlètes pour un stage à Ifrane (6 au 13 décembre). Ces nageurs évoluent tous au Maroc, notamment dans les clubs du FUS, du Wydad, du Raja et du CDOM de Meknès.

Driss Hassa

Au sujet de l’impact financier du Covid, Driss Hassa se montre rassurant. «Notre situation financière s'est améliorée suite à la réception de notre subvention», se réjouit-t-il. Sans dévoiler, cependant, le montant accordé par le ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports.

Le président de la Fédé évoque en outre l’installation prochaine de ligues régionales. «Pour la mise en place des ligues et la refonte des organes centraux, nous attendons l'habilitation de notre fédération par le ministère pour procéder aux élections», précise Hassa.

Par ailleurs, la Fédé s’est engagée à améliorer le volet de la formation. L’instance organise en collaboration avec la Fédération internationale de natation (FINA) la certification ‘FINA’ «pour obtenir le niveau d'entraîneur de natation (L2)». Ce programme vise notamment à renforcer la bonne pratique et augmenter le nombre de coachs certifiés au Maroc. Pour les spécialistes, il est important de remettre le train sur les rails et adopter une stratégie sérieuse afin de relancer une discipline qui a connu quelques péripéties ces dernières années, malgré la performance de certains jeunes espoirs.

Momo HADJI

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

> Plus

SNA LE LIVESCORE

UE Engordany
0 - 0
28 
Sant Julia
Congo
1 - 0
Half Time
Niger
Manaus
4 - 0
69 
Ji-Parana
Nijmegen
3 - 2
Extra Time109 
Sittard
Crac Go
0 - 1
72 
Vila Nova FC
> Plus

MERCATO

> Plus
SPORTNEWSAFRICA, la
référence du sport en
Afrique
A propos
Contact
Mentions légales
Protections des données
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPéTITIONS
LES Sélections NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram