fbpx
French VERSION

Dijon : Allagbé, six mois plus tard…

Saturnin Allagbé

A Dijon, l’ambiance est franchement morose. Le DFCO, dernier du classement avec quinze misérables points, à quatorze unités de Nîmes, 18e et barragiste, a déjà un pied et quatre orteils en Ligue 1. Il reste sur onze défaites consécutives en championnat, et en cas de revers dimanche à Monaco, ce qui semble hautement probable au regard de la forme affichée par la formation princière, il égalerait le poussiéreux record du CA Paris, établi lors de la saison 1933-1934. Il n’a remporté que deux matches, le dernier le 22 décembre à Nîmes (3-1), et le niveau de jeu oscille entre le médiocre – au mieux – et le pitoyable, et l’attitude de certains joueurs laisse apparaître un désintérêt qui ressemble de plus en plus à un je-m-en-foutisme assumé et décomplexé.

Dernier match en Ligue 1 le 1er novembre

Mais dans ce contexte plombé par le fatalisme, qui a même gagné le président Olivier Delcourt, pressé que la saison se termine afin de procéder à un indispensable coup de balai, il y a au moins un homme heureux de retrouver le terrain. Réinstallé au poste de numéro 1 Marseille le 4 avril dernier (0-2), Saturnin Allagbé (27 ans), recruté à Niort à la fin du mercato estival pour compenser le départ du sénégalais Alfred Gomis à Rennes, n’avait plus été titularisé en L1 depuis un match face à Lorient (0-0, le 1er novembre 2020). Ce jour-là, le gardien béninois avait provoqué un penalty, finalement manqué par les Bretons. Quelques jours plus tard, Delcourt virait dans la même journée Stéphane Jobard, l’entraîneur, et Peguy Luyindula, le directeur sportif, largement responsable d’un recrutement unanimement considéré comme raté. Et le successeur de Jobard, son adjoint David Linarès, décidait d’écarter Allagbé lors du match à Metz (1-1, le 8 novembre) au profit du suisse Anthony Racioppi. « Cela n’a pas été facile pour moi, puisque je n’avais joué que quatre matches depuis mon arrivée. Mais je n’ai pas baissé les bras, j’ai continué à travailler, sans jamais avoir le moindre regret d’avoir quitté Niort. Car j’assume toujours mes choix », explique Allagbé.

Linarès a longtemps maintenu Racioppi, auteur de très belles prestation mais aussi de bourdes homériques, comme face à Lens (0-1, le 22 novembre) et à Lorient (2-3, le 27 janvier), au poste de titulaire. L’entraîneur dijonnais, qui avait fait appel à Allagbé pour un match de Coupe de France perdu contre Lille (0-1, le 10 février), lui a donc annoncé avant le déplacement à Marseille qu’il terminerait la saison dans la peau du numéro 1. « La situation est difficile pour l’équipe, mais mathématiquement, le maintien est encore possible », explique le Béninois, dans un touchant sursaut, au choix, d’optimisme ou naïveté. « J’étais prêt, je ne me suis jamais mis de pression, je vais maintenant tout faire pour prouver au staff technique qu’il a eu raison de me faire confiance. »

Dussuyer : « pas mis dans les meilleures conditions lors de son arrivée à Dijon »

Depuis Cotonou, Michel Dussuyer a pu suivre le match d’Allagbé à Marseille, jugeant sa performance « globalement satisfaisante ». Le sélectionneur français des Ecureuils, lui avait maintenu sa confiance lors des trois derniers matches du bénin en qualifications pour la CAN 2021 au Cameroun. « Il avait joué en novembre dernier face au Lesotho (1-0,0-0) et au Nigeria le 27 mars (0-1). J’ai senti qu’il était affecté de ne pas jouer, mais il ne s’est jamais plaint. Je persiste d’ailleurs à croire qu’il n’a pas été mis dans les meilleures conditions lors de son arrivée à Dijon : il a signé le vendredi, s’est entraîné une fois et a été titularisé à Bordeaux deux jours plus tard (0-3), alors qu’il n’avait quasiment aucun repère. »

Allagbé : « Une mascarade en Sierra Leone »

Allagbé, à moins d’un énorme miracle, retrouvera la saison prochaine une Ligue 2 qu’il connaît bien. D’ici là, il aura disputé sept matches de Ligue 1, et sans doute d’autres en qualifications pour la Coupe du Monde 2022, face à la RD Congo et Madagascar, en juin prochain. « J’espère seulement que nous n’aurons pas à retourner en Sierra Leone, et que la CAF prendra ses responsabilités. Nous avons été victimes d’une véritable mascarade», explique-t-il, en référence au barnum de Freetown, le 30 mars dernier. Comme ses compatriotes, Allagbé, qui faisait partie des cinq joueurs prétendument positifs à la Covid-19 avant le match face à la Sierra Leone, espère secrètement que celle-ci sera sanctionnée. « Ce n’est pas à moi de dire si elle doit être disqualifiée, mais ce qui s’est passé là-bas n’est pas normal. » En langage courant, on appelle cela une arnaque….

Alexis BILLEBAULT

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram