fbpx
French VERSION

Euro 2021 : une compétition très ouverte

Le trophée de l'Euro.
Qui va remporter le trophée de l'Euro et prendre la succession du Portugal ? Réponse le 11 juillet.

Sur le Vieux-Continent,  il était de coutume qu’un été sur deux, les Européens vivent, au moins pour ceux qui accordent quelque importance au football, au rythme d’une grande compétition internationale. Mais la crise sanitaire a contraint l’UEFA à repousser de douze mois la phase finale de l’Euro 2020, en ayant même craint, parfois, de l’annuler définitivement.

Dans un an, à la même période, le calendrier estival ne sera pas encombré par la Coupe du Monde 2022, puisque celle-ci se disputera en novembre et décembre, depuis que la FIFA s’est rendue compte qu’il était impossible de jouer au Qatar en juin et juillet. Pourtant à quelques heures d’un Italie-Turquie programmé à Rome en guise d’apéritif, l’Europe du football ne semble pas (encore)  s’être totalement imprégnée de l’évènement.

La faute, sans doute, à une situation sanitaire certes en voie d’amélioration, mais qui impose encore d’évidentes règles de prudence. Les stades qui accueilleront les matches ne pourront pas faire le plein, et les supporters qui voudront suivre leur sélection devront s’armer de beaucoup de patience et s’accommoder de nombreuses obligations.

L'’Euro 2020 aura en effet lieu dans onze pays (Angleterre, Ecosse, Roumanie, Russie, Azerbaïdjan, Allemagne, Hongrie, Danemark, Espagne, Russie, Pays-Bas). Une première- et sans doute une dernière- dans l’histoire de la compétition. Mais l’heure, désormais, est à la compétition, aux pronostics. Et plus la compétition avancera, plus les discussions enflammées se multiplieront.

La France, un favori légitime

Il y a cinq ans, en France, le Portugal avait remporté son premier titre en dominant les Bleus de Didier Deschamps grâce à un but d’Eder, un Bissau-Guinéen naturalisé portugais. Depuis, la France est devenue championne du monde (2018), et ce statut fait naturellement d’elle le favori de cet Euro. Elle se souvient qu’elle avait remporté l’Euro 2000, deux ans après son premier titre mondial, et cette référence historique est souvent ressassée, et pas seulement par les plus superstitieux.

Mais si la deuxième étoile accrochée au maillot tricolore brille encore plus, c’est parce que les héros de 2018 retenus pour cet Euro ont pris un peu plus de bouteille. Et que Karim Benzema, un des meilleurs attaquants du monde, est revenu chez les Bleus, après avoir aplani ses dissensions avec le sélectionneur. Sa présence constitue, au moins sur le papier, un atout supplémentaire. Le hasard a voulu, aussi, que la France soit placée dans le même groupe que le Portugal et l’Allemagne, deux de ses victimes ou bourreaux préférés, comme le rappellent les archives de l’Euro et de la Coupe du Monde.

Belgique, Portugal, Allemagne, Espagne, Italie, Angleterre, le ballet des ambitieux

L’Allemagne, même si elle semble faire moins peur depuis son avènement planétaire en 2014, reste une bête de compétition, et il n’est pas si sot d’en faire un autre favori. Le Portugal, avec l’éternel Cristiano Ronaldo et Bruno Fernandes, entre également dans cette catégorie, toujours plus ou moins subjective. Car la tentation d’allonger la liste des candidats putatifs au titre continental est légitime.

La Belgique, portée par une puissance offensive sans équivalent en Europe, France mise à part, et incarnée par Romelu Lukaku, n’a toujours pas digéré son élimination en demi-finale de la dernière Coupe du monde par la bande à Griezmann (0-1). Et elle rêve d’inscrire son nom au palmarès de l’Euro, quarante-et-un ans après avoir échoué en finale contre une Allemagne qu’on appelait encore RFA (1-2).

Elle n’est pas la seule : l’Angleterre, qui court depuis 55 ans après un titre majeur, mais qui a appris à se consoler avec les trophées accumulés par ses clubs, l’Espagne et même l’Italie, en pleine rédemption après son absence très remarquée en Russie il y a trois ans, affichent, avec plus ou moins d’aplomb, leurs ambitions continentales. Et les Pays-Bas, eux-aussi privés du grand raout russe, constituent une menace évidente, à condition que leur mental, souvent friable, et leur arrogance, toujours palpable, ne prennent le dessus sur leur indéniable talent.

Attention au Danemark

Il y aura peut-être, comme en 2016 avec l’Islande (quart de finaliste) et le Pays de Galles (demi-finaliste), en 2008 avec la Turquie (demi-finaliste), et évidemment la Grèce, le plus inattendu des champions d’Europe (2004)- avec le Danemark en 1992- de l’histoire, un invité surprise qui se hissera là où personne ne l’attendait. Le Danemark, justement, épatant depuis plusieurs mois, a le profil. La Suisse, qui rêve de briser ce plafond de verre l’empêchant d’aller plus loin que les huitièmes de finale, également. La Pologne aussi, portée par un Robert Lewandowski impressionnant d’efficacité, avec sa sélection comme avec le Bayern Munich.

La Croatie ? Finaliste de la dernière Coupe du monde, elle s’est un peu essoufflée, et ne semble pas armée pour refaire le coup de 2018. Mais la révélation pourrait venir d’ailleurs, de Macédoine du Nord ou de Finlande, dont ce sera la première participation à une phase finale, ou de l’Ecosse, que l’on avait plus revue à ce niveau depuis la Coupe du monde 1998. Les plus rationnels misent déjà sur un dernier carré composé des principales figures tutélaires du football européen, comme en 2012 (Espagne, Italie, Allemagne, Portugal) ou en 2000 (France, Italie, Portugal, Pays-Bas). Les romantiques rêvent de voir quelques sans-grades raccourcir l’été des puissants. La vérité se situera peut-être entre les deux.

Alexis BILLEBAULT

LA COMPOSITION DES GROUPES DU PREMIER TOUR

Groupe A : Italie, Turquie, Suisse,  Pays de Galles

Groupe B : Danemark, Belgique, Finlande, Russie

Groupe C : Pays-Bas, Ukraine, Autriche, Macédoine du Nord

Groupe D : Angleterre, Croatie, Ecosse, république Tchèque

Groupe E : Espagne, Suède, Pologne, Slovaquie

Groupe F : Allemagne, France, Hongrie, Portugal

 

 

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram