fbpx
French VERSION
,

Florent Ibenge: «Il faut accepter ce statut de favori»

Florent Ibenge, sélectionneur de la RD Congo au CHAN 2021

Florent Ibenge, quels enseignements tirez-vous du stage en Tanzanie, et du match nul ace aux Taifa Stars locaux mardi (1-1) ?

On a fait ce stage dans de très bonnes conditions générales, que ce soit au niveau de l’hébergement ou des structures. Pourtant, on a rapidement organisé ce séjour en Tanzanie. Il y avait soit cette possibilité de venir à Dar es Salam et de jouer un match amical, soit celle de rester à Kinshasa. L’idéal aurait consisté à avoir un stage plus long, avec deux matchs amicaux. Mais ce n’était pas possible, car plusieurs équipes congolaises étaient engagées dans les compétitions africaines. Quant au match amical, il m’a globalement donné satisfaction.

Au niveau du résultat d’abord, face à un adversaire de qualité et qui va disputer également le CHAN. Et au niveau de la prestation de l’équipe. Nous avons fait une bonne première mi-temps, en 4-2-3-1, en marquant un but et en concédant très peu d’occasions aux Tanzaniens. Par la suite, j’ai changé de système (4-3-3), effectué onze remplacements. La Tanzanie égalise parce que le match s’équilibre après tous ces changements.

Votre équipe est-elle prête, avant d’affronter le Congo, le 17 janvier ?

Pas totalement. Il nous manque peut-être trois ou quatre jours de travail en commun. Nous n’avons pas eu beaucoup de temps pour travailler ensemble. Les joueurs ont encore besoin de se connaître un peu plus, de trouver les automatismes. Nous allons arriver au Cameroun jeudi, après une nuit en Ethiopie. Mais on va s’adapter. Il y a ce match dès dimanche face à une équipe congolaise qui est en préparation depuis plusieurs semaines, avec des joueurs qui se connaissent très bien. Ce sera compliqué, à l’image de ce qui attend la RDC dans son groupe.

La RD Congo a remporté le CHAN en 2009, puis en 2016, au Rwanda, la dernière fois sous vos ordres. Plusieurs de ses joueurs évoluent au TP Mazembe et à l’AS Vita Club, qui font partie des meilleurs clubs africains. Logiquement, avec le Cameroun et le Maroc notamment, elle est parmi les favoris…

Il y a d’abord un premier tour à jouer. J’ai parlé du Congo. Je vais parler du Niger et de la Libye. Deux adversaires de qualité, avec des joueurs qui évoluent, pour beaucoup d’entre eux, également avec la sélection A. En ce qui nous concerne, nous prenons tout le monde au sérieux. Je sais que la RDC est vue comme un favori. On a gagné en 2016, nous avons des joueurs expérimentés, alors il faut accepter ce statut, même si nous le relativisions. Je sais que nos supporters attendent beaucoup de nous. Il y a toujours eu une grosse pression autour de la sélection, une grosse exigence. Nous sommes habitués, on va assumer cela, et tout faire pour que ce CHAN soit une réussite.

               « Je n’ai pas retenu Mputu pour des raisons sportives »

 

Pourquoi n’avez-vous pas retenu Trésor Mputu (TP Mazembe) ?

Uniquement pour des raisons sportives. Il joue moins dans son club. Trésor est un excellent joueur, mais je me devais de faire des choix sportifs. Il y a, à son poste, des garçons jeunes, brillants, qui montrent des choses très intéressantes en club, tels Gbengo Ikoko (Lupopo) ou Kikasa Wamba Merveille (AS Vita Club).

Comment s’est passé votre retour sur le banc de la sélection locale, après que vous avez quitté celui de la sélection A à la suite de la CAN 2019 ?

En fait, comme Pamphile Mihayo (TP Mazembe), qui était en charge de l’équipe locale a effectué une formation d’entraîneur en Europe, la Fédération m’a proposé de diriger l’équipe pour le CHAN, avec Pamphile comme adjoint. J’ai très vite accepté, sans beaucoup réfléchir. J’avais eu besoin de couper après la CAN, et de me concentrer sur l’AS Vita Club. Dès que j’ai donné une réponse positive, j’ai appelé les entraîneurs de Ligue 1, pour discuter avec eux. Ces renseignements m’ont aidé à établir la liste des trente-trois joueurs retenus pour le CHAN. D’une certaine façon, cela a été un travail collégial.

Il y aura du public au Cameroun lors de ce CHAN, à hauteur de 25 % de la capacité des stades…

Oui, c’est une très bonne nouvelle. Jouer dans des stades vides, c’est un peu triste, c’est une impression bizarre. Les stades au Cameroun ne seront pas pleins, puisque la jauge sera limitée. Mais au moins, il y aura du monde, de l’ambiance. Cela fera du bien à tout le monde en ce moment, même s’il ne faut pas oublier que cette pandémie est toujours bien présente, et qu’il ne faut pas se relâcher…

Propos recueillis par Alexis BILLEBAULT

 

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram