fbpx
French VERSION
,

L'Euro 2021 vu d'Afrique : les Maliens ont pour l'instant la tête ailleurs

La ferveur de l'Euro ne s'est pas encore emparée des "grins" (image d'archives)

Même si la compétition n’engage pas le continent africain. ils sont quand même nombreux, ces joueurs d’origine africaine qui vont notamment défendre les couleurs d’équipes européennes. Et l'Euro était, par le passé un grand événement sportif au Mali. L’engouement autour de cet évènement, n’est toutefois pas encore perceptible pour cette 16e édition de la compétition.

À Bamako, la capitale malienne, les «Grins» (Ndlr : lieu de rencontre de groupes d’âges autour du thé, du jeu des cartes…) ne vivent pas encore au rythme de l’Euro. Même dans les bureaux où les débats sont souvent passionnés entre fans du ballon rond, la politique dame le pion au football.

«Il faudra attendre la fin des matches de poules pour certainement sentir la fièvre de l’Euro monter. Parce que les fanatiques du ballon rond auront eu le temps de jauger le niveau de la compétition. En plus de la forme des différentes sélections pour pouvoir miser sur l’une ou l’autre», explique Alphaly, chroniqueur sportif indépendant.

 

Les Maliens plus préoccupés par la politique que le football

Même les médias du pays ne s’emballent pas pour le moment. Il est aussi vrai qu’à l’exception de la télévision publique (ORTM), les chaînes privées n’ont pas les moyens d’offrir les matches en direct à leurs téléspectateurs.

Pourtant les fournisseurs d’images ont baissé le prix du décodeur. Dans le souci de permettre aux Maliens de suivre les matches. Malgré tout, les clients ne se bousculent pas. «Nous sommes en promo, mais les ventes n’ont pas augmenté. Le pays traverse une grave crise financière. Avec la crise sociopolitique et les conséquences des mesures préventives de la Covid-19, les gens souffrent énormément. Ils sont donc plus préoccupés par leur situation personnelle», soutient Aïssata, une jeune vendeuse de décodeurs, installée au carrefour de l’ACI 2000,  nouveau quartier des Affaires à Bamako.

Sur les deux rives du Djoliba (fleuve Niger) dans la capitale malienne, les bars et autres espaces de loisirs visités ne prévoient rien de spécial. «Ces dernières années, le foot n’attire plus beaucoup de clients. Contrairement aux prestations en live de certaines têtes d’affiche de la musique malienne. Nous avons cependant pris toutes les dispositions pour que les clients qui le désirent puissent voir toutes les rencontres de l’Euro dans notre établissement», ajoute pour sa part, David, promoteur d’un café-restaurant. Il nous affirme néanmoins, il y a quelques années seulement, il réalisait ses meilleures recettes pendant les compétitions comme la Ligue des champions, la CAN et la Coupe du monde.

CR7, Lewandowski , Mbappé, Benzema...les chouchous des Maliens

Quid des supporters ? «Généralement, les supporters de l'Allemagne sont les plus nombreux dans ce genre de compétition. Mais, ces dernières années, les gens supportent le pays de leurs idoles. Comme il s’agit de l’Euro, beaucoup vont certainement supporter le Portugal de Cristiano Ronaldo», explique Alphaly.

«Je supporte le Portugal de CR7. Je ne supporte pas d’habitude la France. Mais avec le retour de Karim Benzema, je vais aussi supporter les Bleus sauf si la France croise le Portugal», souffle Badra Aliou alias «CR7», jeune sociétaire d’un centre de formation de la capitale malienne. «Moi, je supporte la Belgique de Kevin De Bruyne et d’Eden Hazard», réplique l’un de ses jeunes camarades.

«J’ai toujours supporté l’Italie, mais jamais la France. Mais, pour cette édition de l’Euro je serai derrière les deux pays. Même si mon cœur va beaucoup balancer du côté de la Squadra Azzura (Italie). J’ai décidé de supporter la France. Parce que l’ossature des Bleus est essentiellement constituée de joueurs d’origine africaine comme Mbappé (Kylian), Pogba (Paul) et surtout Ngolo Kanté», souligne pour sa part, Adama Doumbia, professeur d’éducation physique dans un lycée de Bamako.

Concernant le futur vainqueur du tournoi, l’Allemagne, l’Espagne et la France, sont les noms le plus souvent cités. Quant au Portugal, l’Angleterre et les Pays-Bas, ils sont classés comme des outsiders pouvant créer la surprise au soir du 11 juillet prochain.

Moussa BOLLY

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram