fbpx
LIVE
[get-live-match-number]

MATCHS DU JOUR 6

13H00 Patronage Sainte-Anne - FC Kondzo
15H00 JS de Talangaï - Diables Noirs
15H30 CO Korhogo - Société Omnisports de l'Armée
18H00 Entente sportive du Bafing - Académie de Football Amadou Diallo de Djékanou
16H00 Lafia Club de Bamako - US des Forces Armées et de Sécurité de Bamako
18H00 Djoliba AC Bamako - US Bougouni
, , ,

Mondial U17 (F) : le Maroc, ambitieux pour sa première

La sélection marocaine des U17 découvre le Mondial de la catégorie (11-30 octobre). Logées dans un groupe très relevé en compagnie du pays hôte, l’Inde, des Etats-Unis et du Brésil, les Lioncelles de l’Atlas n’entendent pas être des victimes expiatoires, après des années de travail.

La sélection U17 féminine du Maroc
La sélection U17 féminine du Maroc

Le football féminin fait encore son chemin au Maroc. Après une CAN réussie pour la sélection A, celle des U17 va disputer pour la première fois la Coupe du monde de la catégorie (Inde, 11-30 octobre). Une prouesse qui illustre l’essor de la discipline encore négligée il y a quelques années. L’aventure en Inde sera une belle vitrine pour les Lioncelles de l’Atlas, car se frotter au plus haut niveau donnera aux joueuses une certaine idée de ce qui les attend pour la suite de leur carrière.

Malgré une préparation compliquée avec trois revers, dont un cinglant 8-0 contre le Portugal, les Marocaines ont montré par moments de belles choses. Après la défaite contre le Chili (1-3), mercredi 5 octobre, le coach Anthony Rimasson semblait satisfait de certaines phases de jeu, estimant que le score ne reflète pas la physionomie. Mais le technicien français veut que ses joueuses jouent crânement leur chance en Inde en étant, notamment, plus efficaces.

« Arriver dix jours avant le coup d’envoi du Mondial nous permet de nous acclimater et de prendre nos marques. Une séance d’entraînement est programmée chaque jour », a indiqué à l’Agence Maghreb Arab Press (MAP), l'entraîneur. « Nous sommes logés effectivement dans un groupe difficile, mais le Maroc a aussi son mot à dire dans cette édition », croit Rimasson.

Le technicien estime que cette participation est « le fruit de plusieurs années de travail » et est « déjà une grande victoire et un tournant majeur pour le développement du football féminin au Maroc ».

« On espère représenter au mieux le Maroc en cette Coupe du monde », déclare, de son côté, Fatima Ghazouani au micro de la FRMF.

«Ne pas se contenter de la participation»

Consultant technique et analyste dans le milieu, Ilyas Kaadoud affiche un brin d’optimisme à l’approche de la compétition. « Le groupe A est certes assez compliqué vu sa composition et la culture footballistique du Brésil et des Etats-Unis. Mais vu le parcours des équipes adverses et leur historique de participations dans les précédentes éditions de la Coupe du monde, je pense que nous avons un peu les mêmes caractéristiques que le premier adversaire, le Brésil », répond-t-il à Sport News Africa. « Les Brésiliennes ont beaucoup de qualités techniques individuelles, mais affichent une difficulté à garder leur concentration sur le plan tactique, notamment dans les transitions défensives et les balles arrêtées », analyse-t-il.

Pour le consultant, le calendrier des rencontres peut même être favorable au Maroc. Avoir l’Inde au deuxième match est « une bonne chose », car elle aura déjà disputé un duel « difficile » contre les Etats-Unis, le favori du groupe. Pour Kaddoud, le Maroc semble supérieur « individuellement et collectivement » au pays organisateur. « Ces données et la chronologie des matchs nous donnent le droit d’espérer de bons résultats surtout dans les 2 premiers matchs ».

L’analyste, sondé sur les défaites lors de la préparation, estime que ces rencontres ne sont qu’une opportunité pour effectuer une revue d’effectif et l’analyse du rendement individuel et collectif, afin d’apporter des corrections. Il insiste : « Il faut bien tout donner pour passer au moins au 2e tour et ne pas se satisfaire seulement de la participation. Il faut y croire. »

Améliorer la formation et l’encadrement

Malgré les avancées notées dans le football féminin, le consultant reste convaincu que la formation et l’encadrement sont encore à améliorer au niveau local. Car, remarque-t-il, la plupart des joueuses convoquées évoluent en Europe, pour la simple raison que les clubs locaux affichent encore un gap important en matière de formation et d’encadrement.

« C’est pour cela que le ‘plan Marshall’ parie sur la formation et l´encadrement des entraîneurs et des talents pour que les championnats nationaux et régionaux des petites catégories aient le niveau requis afin de constituer un vivier pour la sélection A dans les prochaines années », souligne Ilyas Kaadoud.

Le Maroc va se lancer dans le bain le 11 octobre contre le Brésil en ouverture, puis affrontera l’Inde trois jours plus tard avant de croiser le fer avec les Américaines le 17.

Mohamed HADJI

Auteur

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
ÇA BOUGE SUR LES RÉSEAUX

🇲🇦🇪🇦🎙️ Walid Regragui :
"On va jouer que des finales " en conférence de presse. #sna #marocespagne #Qatar2022 @WalidRegraguiof

🇹🇬 Grâce à son nul lors du derby de la Kozah contre ASKO, l’ASCK conserve sa place de leader de la D1 au Togo.

🔗 https://sportnewsafrica.com/breve/unisport-fc-a-battu-2-0-entente-ii-de-lome-en-cloture-de-la-12e-j/

#SNA

🤔 Oui, est-ce que le Sénégal peut s’en vouloir d’être tomber devant une équipe bien meilleure ?

🔗 https://sportnewsafrica.com/breve/mondial-2022-aliou-cisse-on-travaille-pour-hisser-notre-niveau/

#sna #fifaworldcup #qatar2022

🇸🇳 Une déconvenue qui restera malheureusement dans les annales

🔗 https://sportnewsafrica.com/breve/mondial-2022-senegal-une-defaite-historique-des-lions-face-aux-anglais/

#sna #fifaworldcup #qatar2022

Load More...
SUIVEZ-NOUS SUR :
chevron-right
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram