fbpx
French VERSION

Red Star (D3 française) : Bèye, une première, des prémices et des difficultés

Habib Bèye n’a pas connu un début réussi pour sa première en tant que coach titulaire de Red Star. L’ancien défenseur (43 ans) s’est incliné par 1-0 devant Villefranche lors de la 7e journée de National (D3 française).

Habib Beye officiellement entraineur principal
Habib Bèye a dirigé vendredi son premier match pro en tant qu'entraineur titulaire de Red Star

Le discours est différent de la réalité du terrain. L’analyse peut être limpide, nette et lucide mais la matérialiser quand on est aux commandes, pourrait s’avérer délicat. Habib Bèye épate quand il est devant les cameras.  L’ancien international sénégalais était même le «Monsieur Prime time» de Canal +. Ses  réflexions footballistiques étaient épousées par tous les acteurs du monde du ballon rond.

Mais quand Bèye a sauté le pas pour se tester au coaching, il s’est aperçu que le gap est énorme.Le coaching, c’est la réalité du terrain pour se soustraire des situations de jeu compliquées. Et pour son premier en tant que coach titulaire de Red Star en National (D3 française), Habib Bèye s’est incliné (0-1) à domicile devant Villefranche Beaujolais. Une première ratée à la tête d’une équipe pro.

Douche froide. L’europhie retombe. Car, quand Bèye était annoncé sur le banc, beaucoup de supportuers s’enthousiasmaient. «Quand même, c’est une personnalité, salivait Grégory Cipriani, supporter de 43 ans. Avec lui, c’est plus clinquant!», poursuivait  ce dernier « On aimerait qu’il reste toute la saison. Pendant les matches amicaux, il était un peu en retrait. Il faudrait qu’il donne plus de voix !», embrayait Ibrahima Diallo.

La méthode débout

Bèye s’est sans doute inspiré de Diego Simeone de l’Atletico Madrid. Toujours débout sur sa ligne touche, vivant pleinement le match comme s’il était dans le terrain. «L’ancien défenseur (43 ans) en a donné beaucoup, hier. Toujours debout, il n’a pas tenu en place dans sa zone technique et a guidé ses joueurs à grands renforts de consignes parfois très gestuelles», écrit l’Equipe.

Sa méthode n’a pas payé vendredi. Puisque Red Star a couru derrière le 1-0 qui pendait au nez de son adversaire. Mais cette attitude pousse, motive et donne de l'énergie à ses joueur.

Des choix forts pour sa première

Même s’il a perdu pour son premier match, Bèye s’est illustré par des choix forts. Il a éjecté deux joueurs cadres de son onze à savoir son gardien expérimenté Ludovic Butelle et son ailier Damien Durand.  Mieux, selon toujours l’Equipe, il avait bâti son schéma tactique sur un 3-4-1-2.

«Il s’est adapté en cours de partie en optant même pour un 4-2-4 offensif lors des vingt dernières minutes. Il y avait de l’idée, les attitudes de son équipe étaient cohérentes et, avec un peu de réussite, la formation du consultant de Canal+ aurait même pu accrocher un point face au coleader de la division», fait remarquer le journal français.

La deuxième sortie contre Bastia Borgio (8e journée) de Bèye sera tout aussi épiée. Même si Red Star cherche toujours un entraîneur diplômé pour prendre les commandes. A moins que Bèye ne fasse des miracles et devenir l’homme providentiel.

«Avec treize semaines à Clairefontaine, il est difficile d’être en responsabilité, assure Bèye qui passe le BEPF cette saison. Mais les gens savent à quel point je suis obsédé par ce métier, je sais que ça arrivera dans un futur proche. Je n’avais pas besoin de ce match pour savoir que ce métier est fait pour moi. Depuis quatre ans, je sacrifie tout pour avoir le diplôme. Chaque chose en son temps, c’est une construction», conclut l’ancien Lion du Sénégal.

Jim CEESAY

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram