fbpx
French VERSION
,

Tom Saintfiet, sélectionneur Gambie : « Cette qualification est méritée »

Tom Saintfiet, coach Gambie

La Gambie qualifiée pour la CAN, c’est une immense surprise pour la majorité des observateurs. Mais cela vient finalement valider les progrès significatifs accomplis depuis deux ans et demi… 

Je peux dire que cette qualification est méritée. Avec le staff, avec les joueurs, avec la fédération, nous avons très bien travaillé. Quand j’ai signé mon contrat, à l’été 2018, j’ai dit au président de la fédération qu’on pouvait viser une qualification pour une CAN. Peut-être pas celle de 2019, mais la suivante. Les dirigeants m’ont dit : « relax, coach, nous sommes un petit pays, on ne gagne pas souvent, nous sommes une des sélections africaines les moins bien classées, prenons le temps. » Mais je savais qu’il y avait le potentiel pour progresser. Pour mon premier match, en septembre 2018, on fait match nul contre l’Algérie (1-1), en qualifications pour la CAN 2019. Puis on prend des points face au Bénin (3-1), au Togo (1-1), en Algérie (1-1). Cela a donné confiance aux joueurs. Et en 2019, on a confirmé en battant le Maroc chez lui en amical (1-0) juste avant la CAN.

Quel a été le déclic pour votre équipe ?

Tous ces matches disputés face à des adversaires plus forts que nous ont été importants. On a fait de bons résultats, on a bien joué Et puis, il y a eu ce succès (3-1) en Angola, lors de la première journée des qualifications pour la CAN 2021. La Gambie n’avait plus gagné en match officiel à l’extérieur depuis des années. Puis le match nul chez nous face à la RD Congo (2-2), le favori, quand on égalise à la dernière minute. Les bons résultats apportent de la confiance. La Gambie est un petit pays, elle n’a pas de star. Alors, on mise beaucoup sur la discipline, l’état d’esprit, la solidarité. Face à des équipes comme l’Angola, le Gabon ou la RD Congo, habituées à disputer la CAN, on doit être à 100 %. Et de son côté, la fédération a donné des moyens pour que l’on puisse se concentrer sur le football. Elle n’a pas beaucoup d’argent, mais on voyage dans de bonnes conditions, on loge dans de bons hôtels, il y a un staff technique de qualité, une bonne équipe médicale, et c’est très important pour les joueurs. La Gambie a bien travaillé ces dernières années, cette qualification est méritée.

« La CAN au Cameroun nous permettra de gagner en expérience »

Tous vos internationaux évoluent à l’étranger. Suivez-vous malgré tout le championnat local ?

J’ai suivi beaucoup de matches en Gambie lors de ma première année de contrat. Mais comme tous les internationaux évoluent à l’étranger, et surtout en Europe, je préfère être sur ce continent pour aller les voir. J’ai un adjoint gambien (Alagie Sarr), qui suit le championnat local, et avec qui j’échange beaucoup. Mon travail, c’est aussi de continuer à chercher des joueurs d’origine gambienne, qui pourraient renforcer la sélection. Il y en a en Europe, aux Etats-Unis, au Bangladesh. Depuis que j’en suis le coach, ils sont une vingtaine de nouveaux à avoir été appelés.

Vous vous appuyez malgré tout sur une base solide…

Bien sûr. Pa Modou Jagne et Ebrima Sohna (sans club actuellement), mais aussi Boubacar Sanneh (AGF Aarhus/Danemark), Omar Colley (Sampdoria Gênes/Italie), Assan Cessay (FC Zürich/Suisse), notamment, sont des cadres. Ils ont de l’expérience, jouent en Europe, dans de bons championnats. Dans cette sélection, il y a des joueurs qui évoluent dans de bonnes ligues, et d’autres qui sont en Ligue 2 en Suède ou au Danemark, en en Division 4 allemande. Et cela fonctionne très bien.

Quelles ambitions la Gambie pourrait-elle nourrir au Cameroun ?

Nous allons déjà bien nous préparer, avec des matches amicaux aux dates FIFA. En juin, nous allons affronter en Turquie les Comores (5 juin), puis le Kosovo (11 juin). Il faudra également jouer en septembre et en octobre, prendre des points au classement FIFA, pour éviter de disputer les barrages pour les qualifications de la CAN 2023. Attendons aussi le tirage au sort de la phase finale, pour connaître nos adversaires. Cette CAN au Cameroun nous permettra de gagner en expérience, et de continuer à progresser, en essayant de faire un bon parcours. J’aurais aimé participer aux qualifications pour la Coupe du Monde 2022 (la Gambie a été éliminée par l’Angola, 0-1, 1-2, ndlr)… Mais on va essayer de jouer un rôle dans celles pour 2026. La fédération a prolongé mon contrat de cinq ans, on va pouvoir travailler dans le temps. J’avais depuis des années envie de disputer une CAN avec une sélection africaine. J’en étais proche avec le Togo, en 2017, mais à deux journées de la fin, on m’avait limogé. J’ai vraiment hâte de découvrir cette ambiance avec mes joueurs…

Propos recueillis par Alexis BILLEBAULT

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram