fbpx
French VERSION
,

Oujda - Casoni: «j'avais envie de relever le challenge»

Arrivé au Mouloudia d’Oujda après un début de saison compliqué, Bernard Casoni a relancé l’équipe lors de ses premiers pas. Le technicien français, passé notamment par Marseille, l’AS Cannes, Valenciennes ou encore Lorient, connaît bien les bancs du Maghreb. Le Cannois répond aux questions de SNA.

Bernard Casoni
Bernard Casonia réussi à redresser Oujda

Entretien.

Bernard Casoni, qu’est-ce qui vous a convaincu de prendre une équipe comme le Mouloudia d’Oujda (MCO) alors qu’elle traversait une période très délicate ?

J'ai quitté le MC Oran il y a moins d’un an... Ensuite, j'avais envie de relever le challenge. Je me suis renseigné sur le club du Mouloudia d’Oujda d'abord avant de venir signer mon contrat. Malgré la situation compliquée (1 point en 5 journées), cela ne me faisait pas peur, car nous n’étions encore qu’en début de saison. En plus, je crois en une chose : quand on fait son travail, on a des résultats. Donc, j'ai accepté de prendre le poste et surtout de relever ce nouveau défi.

Votre décision de rejoindre Oujda ne semblait-elle pas être un pari risqué ?

Un pari risqué ? Mais non, ce n'en est pas un. Il y a de l'instabilité partout, même dans les clubs européens, globalement plus organisés. C'est vrai qu'il y en a beaucoup dans d'autres zones, comme le Maghreb. Mais où-est-ce qu'il n'y a pas de problème dans le milieu du football aujourd’hui ? J'ai aussi eu à travailler ailleurs, en Europe, en Tunisie et en Algérie. Il arrive que des problèmes surviennent même quand on est premier du championnat. En Algérie par exemple, même en tant que premier, on peut te faire quitter ton poste.

Qu’est-ce qui a changé entretemps pour que l’équipe d'Oujda se redresse et remonte la pente ? Sur quels leviers Bernard Casoni s'est-il appuyé en tant qu'entraîneur expérimenté ?

Il n’y a pas eu de grands changements. Mais, j'ai d'abord instauré des règles de vie plus saines au sein du groupe. J'ai essayé d'appliquer mes principes. Ensuite, nous avons essayé petit à petit de mettre à niveau les joueurs, surtout sur le plan athlétique car j'avais constaté un déficit physique à mon arrivée. Pour moi, l'équipe qui avait terminé 5e la saison dernière n'était pas mauvaise. Elle n'a pas perdu son football entretemps. Il fallait donc rétablir la confiance et travailler. Pour y arriver, il fallait réunir toutes les conditions nécessaires.

            «C'est un championnat très serré qui se joue actuellement»

La période délicate semble désormais derrière l’équipe, quelles sont vos ambitions en championnat. Quelle place viseriez-vous en fin de saison ?

Le classement n'est pas mon premier critère, car c'est un championnat très serré qui se joue actuellement. Nous pouvons gagner deux matchs et être parmi les premiers. Et en perdre deux pour ensuite se retrouver parmi les derniers. Ce qui m'intéresse le plus, c'est la régularité dans les performances de mes joueurs. Nous avons pu prendre 9 points sur 12 possibles, alors qu'avant c'était beaucoup plus compliqué. Le travail paie et je crois en cela. D'ici la fin de saison, nous aurons la place que nous aurons mérité d'occuper. Dans le foot, les choses vont très vite dans un sens comme dans l'autre. Mais nous avons encore beaucoup de marge de progression.

Vous avez entraîné d’autres équipes en Afrique du nord, en Algérie et en Tunisie notamment. Quelles sont les différences par rapport au Maroc où vous dirigez une équipe pour la première fois ?

Difficile de faire la comparaison, mais globalement il y a beaucoup de bons joueurs dans les trois championnats que vous avez cités. Et généralement dans tous les pays d'Afrique du nord. Cela se voit régulièrement en Ligue des champions de la CAF avec les mêmes clubs dans le dernier carré, dont les deux grandes équipes marocaines, le Raja et le Wydad.

Mais au niveau administratif et des installations, il y a quelques différences. Je pense que dans ce domaine, le Maroc est un peu plus en avance sur l'Algérie et peut-être légèrement sur la Tunisie. Beaucoup de projets sont en train d'être menés au Maroc, même au Mouloudia d’Oujda afin de mieux structurer le club, lui doter d'installations modernes... D'ailleurs, la modernisation des installations sportives et les conditions de travail des équipes nationales sont aussi parmi les raisons du succès en CHAN.

Et si Bernard Casoni devait juger la qualité des trois championnats, lequel affiche selon lui le meilleur niveau ?

Tous les trois sont d’un bon niveau. Il y a vraiment beaucoup de bons joueurs au Maghreb. Le Maroc semble tout de même un peu en avance.

Que dites-vous de l’instabilité ces dernières années sur les bancs de la Botola Pro D1, avec le limogeage d’un nombre important de coaches en cours de saison ?

L'instabilité est très présente comme je l'ai déjà mentionné. Seuls quelques clubs arrivent à y échapper parfois. Mais les dirigeants doivent comprendre que la stabilité est très importante dans le milieu du football. En Algérie, on change d'entraîneur tous les trois mois, et cette situation ne peut garantir la stabilité. Mais même dans des conditions difficiles, nous essayons de nous adapter en tant qu’entraîneur.

          «Le meilleur mercato, garder nos meilleurs éléments»

Cette pratique ne risque-t-elle pas de ternir davantage l’image des clubs et des dirigeants ?

Comme je l’ai dit tantôt, l’instabilité existe partout. Mais en tant qu’entraîneurs, nous faisons avec certaines péripéties parfois... Il est vrai qu’il y a beaucoup de changements d’entraîneurs, mais nous essayons de nous concentrer sur le travail que nous avons à faire.

Êtes-vous satisfait de votre effectif actuel, comptez-vous le renforcer d’ici la fin de saison ?

C'est une question qu'il faudra poser aux dirigeants. Ce sont eux qui vont voir, car ils connaissent mieux les joueurs du championnat marocain, les contrats et tous les autres détails. À mon avis, le meilleur mercato que nous puissions réaliser est de conserver nos meilleurs éléments. Après, je ne dirai pas non si j'ai deux ou trois joueurs de qualité pour renforcer mon effectif.

Propos recueillis par Mohamed HADJI

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram