fbpx
French VERSION
, ,

Ousmane Ouattara : « Une revanche à prendre sur Simba »

En difficulté dans le Groupe A, l’AS Vita Club devra réaliser un sans-faute lors des deux dernières journées, face à Simba SC d’abord le 3 avril, puis à Al-Merreikh (Soudan) une semaine plus tard à Kinshasa. Au moment d’aborder ces deux rendez-vous cruciaux, Ousmane Ouattara (27 ans), le défenseur international ivoirien (7 sélections), ancien joueur du Séwé Sport et du FC San Pedro, aujourd’hui vice-capitaine du club congolais, a répondu aux questions de Sportnewsafrica

Ousmane Ouattara, défenseur Vita Club

Ousmane Ouattara, ce match face aux Tanzaniens de Simba SC à Dar es-Salaam sonne un peu comme celui de la dernière chance, face à l’inattendu leader du groupe…

Nous ne comptons que quatre points (soit six de retard sur les Tanzaniens et trois sur les Egyptiens d’Al-Ahly), et si nous voulons conserver un espoir de nous qualifier pour les quarts de finale, nous devons absolument gagner nos deux derniers matches. Et nous avons également une revanche à prendre, car Simba a remporté le match aller à Kinshasa (1-0, le 12 février). C’est une bonne équipe, mais nous avons également nos arguments, même si certains joueurs seront absents. Je crois que cette défaite contre Simba, pour le premier match de la phase de groupes, nous a mis en difficulté au classement, car nous avons aussi réussi de bonnes performances à l’extérieur par la suite (victoire 4-1 à Al-Merreikh, nul 2-2 au Caire face à Al-Ahly).

Avez-vous pu préparer ce match convenablement, juste après les dates FIFA ?

Ce n’est pas évident. Nous sommes arrivés en Tanzanie jeudi après-midi. Nous avons des blessés, et des joueurs qui reviennent de sélection, ce qui est mon cas. Les internationaux ont beaucoup voyagé, il y a de la fatigue. Il y a aussi des congolais qui étaient avec les Léopards. Je crois qu’ils ont été touchés mentalement par l’élimination de la RD Congo en qualifications pour la CAN. Mais nous avons un bon groupe, avec de bons joueurs, et même si nous avons des absents, je suis confiant. Je pense que nous pouvons faire un bon résultat.

Le football congolais traverse justement une période difficile : la sélection nationale vient de subir un échec avec cette élimination, alors que l’AS Vita Club et le TP Mazembe sont en difficulté en Ligue des Champions de la CAF

C’est vrai. Je n’ai pas vraiment d’explications. Le football est comme ça, il y a des hauts et des bas. En ce moment, c’est un peu difficile, mais j’ai confiance, car la RD Congo est un grand pays de football.

         « La Côte d’Ivoire fera partie des favoris lors de la prochaine CAN »

Vous avez rejoint l’As Vita Club en juillet 2019, alors que vous aviez d’autres propositions ailleurs, financièrement plus intéressantes. Pourquoi avoir fait ce choix ?

J’avais des propositions au Maghreb, où j’aurais pu gagner plus d’argent. Mais je me suis d’abord intéressé au projet sportif. L’AS Vita fait partie des meilleurs clubs africains, il participe très régulièrement à la Ligue des Champions. C’était pour moi l’occasion de bénéficier d’une bonne exposition, puisque les matches sont retransmis. La présence de Florent Ibenge, l’entraineur de Vita, m’a également influencé. C’est un technicien de haut niveau, reconnu en Afrique. Il est très humain, loyal, et si j’ai signé à Vita, c’était aussi parce que j’avais envie de travailler avec lui.

Vous serez en fin de contrat le 30 juin prochain. Avez-vous un peu plus de visibilité sur votre avenir ?

J’ai d’excellentes relations avec mon coach, mes dirigeants, mes coéquipiers, et je crois que les supporters m’aiment bien. Nous n’avons pas encore parlé d’avenir. Je sais aussi que j’ai 27 ans. Je ne vous cache pas que j’ai envie de tenter ma chance en Europe. Mes agents travaillent. Mais je me sens bien à Kinshasa, où je me suis vite adapté à la vie locale. Cela me rappelle Abidjan. Cela se passe bien avec mes coéquipiers, y compris avec ceux qui ne parlent pas ou peu le français. On parvient toujours à communiquer. J’en saurai plus sur mon avenir dans quelques semaines.

Vous avez retrouvé la sélection nationale ivoirienne, lors des deux matches qualificatifs pour la CAN, face au Niger (3-0) et l’Ethiopie, mais sans disputer la moindre minute…

J’aurais aimé jouer un peu, bien sûr. Mais j’en ai parlé avec Patrice Beaumelle, notre sélectionneur, il m’a dit de continuer à travailler et que je jouerai bientôt. En juin, nous aurons des matches qualificatifs pour la Coupe du Monde 2022, je vais faire le maximum pour être de nouveau appelé. Mais cela m’a fait du bien de retrouver la sélection. La dernière fois, c'était en 2017, avec Marc Wilmots, en qualifications pour la Coupe du Monde 2018.

La Côte d’Ivoire a tourné la page de la CAN 2019. On a une équipe jeune, avec des joueurs plus anciens et expérimentés. On a vu, lors des deux matches de mars, la qualité de ce groupe, alors que plusieurs joueurs étaient absents. Je pense qu’avec l’Algérie, le Maroc, le Sénégal ou encore le Cameroun, les Eléphants feront partie des favoris de la prochaine Coupe d’Afrique des Nations (CAN).

Propos recueillis par Alexis BILLEBAULT

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram