fbpx

CHAN 2022-Yacine Idriss Diallo (Président de la FIF) : « Nous étions au CHAN pour le remporter»

Journaliste: Les Eléphants sont sortis de cette édition du CHAN lors du second tour face au pays organisateur dans les ultimes minutes de la partie. Vous, en tant que Président de la Fédération Ivoirienne de Football, on imagine aisément que vous devez être déçu.

Idriss Diallo: Totalement déçu. Je l’ai dit, nous venions à cette compétition pour la remporter. Quand on vient à une compétition, c’est pour la remporter. Sur le chemin, il y a un certain nombre d’embuches et d’écueils. Il y a des regrets parce que, hier (vendredi 27 janvier, Ndlr) on a été éliminés, on n’est pas passés loin de la qualification avec de petites choses qui nous ont sans doute manqué. Mais une fois que l’émotion est passée, l’émotion de la défaite, l’émotion de la frustration liée à la défaite, on fait une analyse objective. Et si on fait une analyse objective, je pense que le résultat est à la hauteur du niveau de notre Ligue 1. A froid, je pense que le parcours a été honorable.

Passer le premier tour était considéré comme un exploit pour plus d'un observateur. Etait-ce votre lecture ?

Evidemment, nous étions dans une poule difficile avec la RD Congo qui a gagné deux fois ce CHAN, ensuite nous avions le Sénégal, champion d’Afrique en titre avec les A. A priori, nous étions un outsider avec l’Ouganda et c’est ce match qui nous a départagés. Nous avons pu, après une défaite, un nul, battre brillamment l’Ouganda. Ce qui nous a permis de nous qualifier pour les quarts de finale et d’avoir des espoirs. A priori, le fait de sortir de la poule est un bon résultat pour moi. En puis, cela situe notre Ligue 1 parmi les huit meilleures Ligues d’Afrique. Si vous êtes en quarts, vous êtes parmi les huit meilleurs championnats d’Afrique. Quelque part, pour moi, c’est une satisfaction, une progression, même si j’en attendais plus. Mais, on ne doit pas s’en satisfaire. On ne doit pas s’auto-glorifier. Nous devons comprendre qu’il nous reste encore du chemin à parcourir. Nous devons travailler avec les clubs de Ligue 1, Ligue 2, avec le Président de la Ligue Professionnelle, Salif Bictogo, et toutes ses équipes pour améliorer encore plus notre niveau. Mais, je demeure convaincu qu’avec ce que nous avons démarré, l’année prochaine, on va faire plus mieux encore parce qu’on a des joueurs de niveau intéressant, on a une compétition qui se joue régulièrement. On va avoir une compétition qui va être très disputée en fin de saison. Je pense qu’on est sur la bonne voie.

Pour ce que vous avez vu, que pensez-vous du niveau des joueurs ?

Pour être honnête, les niveaux sont disparates. Nous avons des joueurs qui ont une bonne qualité, nous avons des joueurs qui sont aussi moyens. Mais, ce qui était important là, c’est la solidarité et l’animation. Vous savez, quand on est dans un groupe tout le monde ne peut pas être au même niveau de compétences technique, tactique, mais ils ont montré une très grande solidarité. Que ce soit ceux qui étaient sur banc et qui n’ont jamais joué, ou ceux qui étaient sur le terrain qui ont joué tous les matches, ou ceux qui sont rentrés en cours de jeu pour essayer d’apporter leur contribution. Ce que je retiens, c’est que l’esprit était bon, que les joueurs se sont donnés. Je leur disais lors de ma dernière intervention qu’il fallait tout donner pour ne pas avoir de regrets. Et, je leur ai dit hier qu’ils vont avoir des regrets. Parce que, à quelques éléments près, ils auraient pu être demi-finalistes de cette compétition. Mais tout ceci participe de l’apprentissage. Nous devons tous comprendre que nous sommes en apprentissage. Même nous, en tant que Fédération, il y a neuf mois que nous sommes aux affaires. On ne peut pas, en neuf mois, tout faire parfaitement. Nous avons sans doute certes commis des erreurs, nous avons sans doute fait des choses qui n’étaient pas bonnes ou on n’a pas vu des choses par manque d’expérience. Nous aussi, nous sommes en apprentissage. C’est une très bonne expérience avec un résultat satisfaisant.

Président, y aura-t-il un programme spécifique d'entretien de la sélection locale quand on sait que les éliminatoires du prochain CHAN commencent en juillet ?

Non, il n’y aura pas de programme d’entretien. On repart pour la phase 2 de la compétition. Je souhaite que le Sélectionneur Haïdara Souhalio, qui va être reconduit pour le CHAN l’année prochaine, il faut bien le noter, je souhaite qu’il mette tous ses compteurs à zéro, qu’il ouvre bien ses yeux, qu’il aille sur tous les terrains de Ligue 1, et pourquoi pas de Ligue 2, voir les joueurs qui vont éclore de maintenant jusqu’à la fin de la saison. Il peut avoir un noyau, ce qui est logique quand on est Sélectionneur. Mais, il faut laisser ouvertes les portes de la sélection pour donner la chance à d’autres jeunes, à ceux qui auront été bons sur la seconde partie de la saison. Il faut faire un mixte avec les joueurs en forme du moment, ne pas se baser sur le passé ou l’affectif, par rapport à un joueur qu’on aime bien, il a été avec nous depuis. Je veux bien qu’il prenne ça comme base, mais que cela ne soit pas figé. Il ne faut pas fermer la porte aux joueurs qui vont jouer les quinze dernières journées du championnat. Je ne suis pas pour ça. Par contre, en fonction de l’échéance, en occurrence juillet, il mettra en place un programme. Sur la base de ce programme, on l’accompagnera. Son programme sera suivi comme on l’a fait pour cette compétition.

Vous êtes aussi au COCAN. A quel niveau situez-vous l’organisation du CHAN ici en Algérie et pensez-vous, avec ce que vous avez vu sur place, que la Cote d’Ivoire est bien partie pour réussir son challenge d’organisation de la CAN 2023 ?

J’ai totalement confiance à notre organisation. Vous savez, ce qu’il faut retenir, la CAN et le CHAN sont des compétitions qui appartiennent à la CAF. C’est ce que la CAF demande que nous mettrons en place sur le terrain. La CAF a des équipes dédiées par commissions et par responsabilités. Ici, au CHAN, ils ont mis en place un COCHAN en lien avec les équipes de la CAF qui ont donné les orientations. Nous, en venant ici, on a gagné en temps, voir ce qui s’appliquait localement, voir ce que sont les attentes de la CAF pour pouvoir déjà préparer, un an en avance, notre compétition. Les Algériens n’ont pas eu la chance que nous avons en venant ici. On a anticipé beaucoup de choses avec l’implication de Monsieur le Premier Ministre. Parce qu’il faut savoir que les choses sont claires. Le Président de la République fait de ce projet de la CAN une priorité avec les gros investissements qu’il a consentis. Il a confié ce projet au Premier Ministre, Patrick Achi, qui lui-même s’implique qu’au point même, une fois par semaine, il y a une réunion d’analyse de la situation point par point. Le Président du COCAN, le Président Amichia François et moi-même avions pour mission de dérouler une organisation parfaite. J’ai bon espoir, je suis convaincu que la Côte d’Ivoire qui a déjà dans sa tradition une grande capacité d’abord d’hospitalité et une grande capacité d’organisation avec des fils et filles compétents dans tous les secteurs, qu’on aura une très bonne CAN.

S.S. avec FIF

Éléphants locaux: Haïdara Souhalio reste en poste

Eliminée du CHAN en quarts de finale, la Côte d'Ivoire reste malgré tout dans la continuité sur le banc de touche. Le sélectionneur Haïdara Souhalio n'a rien à craindre pour sa place. L'Ivoirien sera reconduit dans les prochains jours par le président de la Fédération Ivoirienne de Football. Cependant, ce dernier demande un certain nombre de choses au coach à savoir ne pas fermer le groupe à un quelconque noyau de joueurs.
«Je souhaite que le sélectionneur Haïdara Souhalio, qui va être reconduit pour le CHAN l’année prochaine, il faut bien le noter, je souhaite qu’il mette tous ses compteurs à zéro, qu’il ouvre bien ses yeux, qu’il aille sur tous les terrains de Ligue 1, et pourquoi pas de Ligue 2, voir les joueurs qui vont éclore de maintenant jusqu’à la fin de la saison. Il peut avoir un noyau, ce qui est logique quand on est Sélectionneur. Mais, il faut laisser ouvertes les portes de la sélection pour donner la chance à d’autres jeunes, à ceux qui auront été bons sur la seconde partie de la saison. Il faut faire un mixte avec les joueurs en forme du moment, ne pas se baser sur le passé ou l’affectif, par rapport à un joueur qu’on aime bien, il a été avec nous depuis. Je veux bien qu’il prenne ça comme base, mais que cela ne soit pas figé.», a indiqué Yacine Idriss Diallo. Il n'a pas manqué de marquer sa déception concernant le parcours de la sélection locale. «Totalement déçu. Je l’ai dit, nous venions à cette compétition pour la remporter. Quand on vient à une compétition, c’est pour la remporter. Sur le chemin, il y a un certain nombre d’embuches et d’écueils. Il y a des regrets parce que, hier (vendredi 27 janvier, Ndlr) on a été éliminés, on n’est pas passés loin de la qualification avec de petites choses qui nous ont sans doute manqué. Mais une fois que l’émotion est passée, l’émotion de la défaite, l’émotion de la frustration liée à la défaite, on fait une analyse objective. Et si on fait une analyse objective, je pense que le résultat est à la hauteur du niveau de notre Ligue 1. A froid, je pense que le parcours a été honorable.»,a-t-il noté.

Sanh Séverin

CHAN 2022: Les Éléphants éliminés, les joueurs relativisent

Les Éléphants de Côte d'Ivoire sont tombés dans le match des quarts de finale du CHAN 2022, le 27 janvier 2023, au Stade Nelson Mandela de Baraki à Alger. Après un combat intense, ils ont flanché à la 90e minute sur un penalty de Aimen Mahious. Le joueur algérien a pris à contre pied Folly Ayayi, le gardien ivoirien (1-0). Même si des faits de jeu et notamment un arbitrage jugé favorable au pays hôte ont entaché ce match à élimination direct, il faut reconnaître qu'il a été d'un bon niveau. Les deux équipes n'ont pas montré beaucoup de réalisme dans cette compétition et cela s'est ressenti avec une nouvelle victoire 1-0 des Fennecs. La quatrième sur ce score , qui les propulse en demi-finale de leur compétition.

Les joueurs Ivoiriens déçus mais fiers

Après cette défaite, les joueurs ont donné leur ressenti à chaud. « Le football est parfois cruel.On a fait un bon match mais il y a ce penalty qui arrive en fin de match. C'est un fait de jeu. Nous n'avons pas revu les images. On espère que les Ivoiriens sont fiers de nous. », a confié le défenseur central Coulibaly Souleymane «Varane». Il a été le premier à sortir des vestiaires. A sa suite, ses coéquipiers ont suivi. Mais les réactions n'ont pratiquement pas variées d'un joueur à un autre. Un sentiment de fierté se dégageait malgré tout.« Nous sommes fiers des encouragements des Ivoiriens. Notre championnat a un bon niveau. L'Algérie est une bonne équipe. Tout s'est joué sur des détails.», a renchéri Andé Habib Cyrille, latéral droit. Même son de cloche pour Sylla Mohamed, qui est rentré dès le début de la seconde période à la place de Ouotro Patrick.«Il y a trois résultats au foot. Nous avons perdu mais nous rentrons la tête haute parce nous avons mouillé le maillot», reconnaît le joueur du Racing Club d'Abidjan. Pour sa 5e participation au CHAN, la Côte d'Ivoire s'arrête donc aux quarts de finale. Une étape qu'elle n'a plus atteint depuis sa médaille de Bronze en 2016 au Rwanda.

Sanh Séverin, envoyé spécial à Alger

Foot féminin : L'Asec fait déjà la loi

Afin de respecter le cahier de charges de la CAF imposant aux équipes participant à la Super League CAF d'avoir une équipe féminine, l'Asec s'est doté d'une section de football féminin. Elle aura comme entraîneuse, l'ancienne joueuse Adélaïde Koudougnon. Anciennement à la DTN, Koudougnon fait partie des précurseurs de la discipline. Dans les années 1990, elle était une des figures de proue de la Juventus Yopougon, club le plus titré de Côte d'Ivoire avec une vingtaine de trophées nationaux. Elle était membre de la DTN depuis son départ de la sélection nationale ivoirienne de football féminin en 2012. Quant à Marietou Djibo, elle sera simplement la patronne de cette section de l'Asec football féminin.

Les Mimosas se donnent les moyens

Pour former son équipe de football féminin, l'Asec Mimosas a décidé de faire son marché chez les adversaires avec des offres de primes et salaires alléchants. Plusieurs joueuses vont donc au clash avec leur club en plein championnat pour obtenir une lettre de libération et ainsi pouvoir évoluer sous les couleurs jaune-noir. «Bonjour coach , j'aimerais vous annoncer que je vais plus pouvoir continuer avec vous je quitte le club et j'aimerais avoir ma lettre de libération dès que possible et sans histoire s'il vous plaît , c'est urgent », a envoyé une joueuse dont nous taisons le nom à sa formation d'origine et à son entraîneur. Juventus FC, Afan Abengourou ou encore Ange FC sont les équipes les plus touchées par les départs massifs. Le championnat de football féminin de D2 se jouera avec 25 équipes. La date de début devrait être publiée incessamment par la Fédération Ivoirienne de Football.

Sanh Séverin

CHAN 2022 :Les Éléphants veulent aller en demi-finales

La Côte d'Ivoire affronte l'Algérie en quart de finale du CHAN 2022 ce vendredi 27 janvier 2023 au Stade Nelson Mandela de Baraki à Alger. A quelques heures de ce rendez-vous capital, le coach Haïdara Souhalio était en conférence de presse ce 26 janvier 2023. Pour lui, les choses sont claires. Il va falloir lâcher les chevaux face au pays organisateur et devant un public chaud bouillant.
« Il n'y a pas de commentaire spécial. Nous avons franchi un cap de même que l'Algérie. Les statistiques des matches de poules parlent pour elle. Elle a marqué trois buts et obtenu trois victoires. Elle se contente de gagner ses matches. Nous cherchons une qualification pour les demi-finales. Le langage ne change pas concernant nos joueurs. Nous nous attelons à ce qu'ils produisent quelque chose de mieux que ce qu'ils ont fait contre l'Ouganda. Nous n'allons pas mettre la pression à nos joueurs car ce n'est qu'un match de football. L'Algérie ne marque pas beaucoup, nous comptons donc marquer plus qu'elle pour gagner.», a indiqué Haïdara .
Pour le quart de finaliste des JO 2020, la difficulté sera l'aspect psychologique. Si les joueurs sont au top mentalement, ils feront fi du contexte notamment du public et de l'enjeu.«La seule chose à gérer c'est le mental des joueurs. Le 1er adversaire dun athlète c'est le stress. Si vous transformez la pressiln en motivation, le public va vous suivre. Le public ne descendra pas sur le terrain pour compléter l'équipe à douze. On va produire du spectacle, on va donner le meilleur de nous-mêmes. On fera l'effort pour que l'Algérie court après le score. On verra comment elle réagit », a-t-il tancé l'adversaire.

L'Algérie veut aller au bout

Maghid Bougherra ne dit pas autre chose. Le technicien algérien a indiqué qu'il connaît l'adversaire et que la finale attend le vainqueur de cette confrontation.
« La Côte d'Ivoire est une équipe qui monte en puissance. Ç'a été le problème de beaucoup d'équipes en terme de réalisme de dernier , de dernier geste. La Côte l'a résolu sur le dernier match face à l'Ouganda. On connaît leurs qualités et leurs défauts. On les a bien étudiés. On n'a aucune crainte. Les joueurs sont motivés. Pour aller au bout, il faut jouer ces matches-là. J'ai juste peur de mes joueurs. S'ils sont bons, on ne craint personne. On va prendre ce match des quarts de finale du CHAN 2022 comme une finale. Pour le souvenir , mon but face à la Côte d'Ivoire à la CAN, je n'en ai pas parlé. Ça va être une belle affiche pour les deux pays et que le meilleur gagne. La Côte d'Ivoire a un jeu académique, ça joue bien. Il nous manque ce match référence dans cette compétition et je sens que les joueurs sont prêts à ça. Ce match va être un des meilleurs. Celui qui le gagne va être un des favoris pour aller en finale. », assure l'Algérien.

Sanh Séverin, envoyé spécial à Alger

CHAN 2022: Haïdara Souhalio,le roi des Onze

La Côte d'Ivoire s'est qualifiée pour les quarts de finale du CHAN Algérie 2022 le 22 janvier 2023 face à l'Ouganda, au Stade Nelson Mandela de Baraki à Alger. Le coach ivoirien a aligné à l'occasion un septième Onze différent depuis la préparation jusqu'à la phase finale. C'est sa marque de fabrique et ce Championnat d'Afrique des Nations 2022 disputé en Algérie n'a rien changé à ses habitudes. Haïdara Souhalio, le sélectionneur ivoirien n'a jamais joué une compétition avec le même Onze de départ. Il en a donné la preuve depuis la préparation des Éléphants en Tunisie jusqu'à la phase finale du CHAN débutée à Annaba et dont le 3e match de poule s'est joué au Stade Nelson Mandela de Baraki le 22 janvier.

Sept Onze en six matches

A Tunis, la Côte d'Ivoire a affronté successivement la Libye, le Cameroun et la Mauritanie pour clore sa préparation. Face aux Lybiens, Haïdara Souhalio a aligné deux Onze différents par mi-temps. Pour la deuxième rencontre test face au Cameroun, il a fait jouer une autre équipe. Pour terminer face aux Mourabitounes, il y a eu un mélange des premiers Onze pour donner un quatrième différent des trois autres. Beaucoup d'observateurs ont cru que c'était pour tester tous ses joueurs. Ce qui était en partie vrai mais pas seulement. « C'est un entraîneur qui aime la perfection, il aime que tous ses joueurs soient concernés également par la compétition afin que chacun donne le meilleur de lui-même. Il faisait constamment tourner l'équipe et on avait des résultats donc c'était tranquille » , nous a confié son ancien joueur et actuel coach adjoint du Sporting Gagnoa, Dali Okahué. En plus des 4 équipes débutantes lors des rencontres amicales, Haïdara a également mis en place deux autres Onze. L'un face au Sénégal le 14 janvier 2023 et un autre face à la RD Congo le 18 janvier 2023. Face à l'Ouganda, le 22 janvier 2023, Haïdara a débuté la partie avec un septième Onze.

Un retour et deux absences

Haïdara a pu compter sur son latéral gauche, Gbaï Moïse, pour le 3e et dernier match de poule face aux Cranes d'Ouganda le dimanche 22 janvier 2023 à Baraki dans la banlieue d'Alger. Le joueur de SOL FC, touché à l'épaule à l'entraînement le 17 janvier et qui avait manqué la partie face à la RD Congo, s'était vite remis de son bobo selon le sélectionneur ivoirien que nous avions interrogé le jeudi 19 janvier avant de quitter Annaba pour la capitale algérienne. Par contre Ouattara Romaric, meilleur buteur de l'équipe avec ses 6 buts en Ligue 1 de Côte d'Ivoire, est toujours indisponible. Par ailleurs, Zoungrana Mohamed, sorti sur un carton rouge face à la RD Congo, a manqué logiquement le match de la survie face à l'Ouganda.« Nous voulions donner du temps de jeu à tous . C'est pour ça qu'en préparation, nous avons fait tourner. Il y a des joueurs qui peuvent remplacer les absents valablement. Même sans le carton rouge de Zoungrana, par rapport à l'option qu'on veut mettre en place face à l'Ouganda le dimanche 22 janvier, peut-être que je l'aurai reposé pour mettre un joueur plus offensif. Nous sommes sortis de notre confrontation contre le Sénégal avec des regrets. Contre la RD Congo, nous n'avons pas eu le bon pied. Tout le monde peut tomber comme se qualifier dans ce groupe. Nous devons mettre les bouchées doubles pour atteindre notre objectif qui est de passer le 1er tour», a expliqué le technicien ivoirien en Conférence de presse pour montrer qu'il est fidèle à ses principes. Et cela a marché avec la victoire et la qualification pour les quarts de finale du CHAN Algérie 2022.

Sanh Séverin , envoyé spécial à Alger

CHAN 2022:Éléphants,fringants mais ronronnants !

Les Éléphants de Côte d'Ivoire entretiennent l'espoir au CHAN 2022 qui se déroule depuis le 13 janvier 2023 en Algérie. Après une première sortie ratée face aux Lions de la Teranga (défaite 1-0), les pachydermes ont partagé la poire en deux face aux Léopards de la RD Congo le mercredi 18 janvier 2023 à Annaba (0-0). Dans le jeu, les Ivoiriens, disposés dans un 4-2-3-1 modulable à souhait , ont été plus fringants avec une possession de balle de près de 60% à la pause et 5 tirs cadrés.
Là où les Éléphants de Côte d'Ivoire ont peché, c'est dans le réalisme face aux buts avec deux gros ratés de Diarrassouba et Ouotro. Par ailleurs un nombre incalculable de déchets techniques a été observés. Aka Essis, Siahouné Aziz, Yao Attohoula, Salifou Diarrassouba, Wayou Constant, Coulibaly Souleymane et leurs coéquipiers n'ont pas donné satisfaction, même s'ils sont restés en bloc quand ils ont été réduits à 10 après la sortie de Zoungrana. Pour certains, ces manquements sont à mettre au compte de la pression.Pour d'autres, ces athlètes n'ont pas le talent nécessaire pour une telle compétition. La déception justifie certains commentaires et avis sauf que pour des puristes, le Onze aligné face aux Congolais était plus mobile, plus engagé, plus entreprenant même avec les pieds carrés devant les buts. De réels motifs d'espoir donc quand on sait que dans cette poule B où seul l'Ouganda se détache avec 4 points, tout le monde peut finir premier . Les Éléphants de Côte d'Ivoire, 3e au CHAN 2016 au Rwanda, ont donc leur destin en main pour rester en vie dans ce championnat. Et ce sera dimanche 22 janvier 2023 face à l'Ouganda à Baraki (Alger).

Sanh Séverin, envoyé spécial à Annaba

Le Onze entrant
Folly- Andé , Siahouné, Coulibaly, Attohoula- Aka Essis, Zoungrana- Wayou, Diarrassouba, Sylla- Ouotro

Le classement Groupe B

1er. Ouganda 4 points
2e. Sénégal 3 points
3e. RD Congo 2 points
4e. Côte d'Ivoire 1 point

CHAN 2022: Le président Yacine Idriss Diallo remonte le moral des troupes

Le réconfort du président à ses joueurs. Le patron du football ivoirien s’est rendu ce 15 janvier 2023 au camp d’entraînement de la sélection nationale à Annaba. Sur la pelouse du stade El Akid Chabbou, Yacine Idriss Diallo, accompagné du président de la Ligue professionnelle de football, Salif Bictogo, a eu des mots d'encouragement et de réconfort pour les joueurs et leur staff.
«Quand on a fini d’analyser le premier match et quand on a fini de se parler entre joueur, on sait ce qu’il reste à faire. Il nous reste encore deux matchs pour essayer de relever la tête. On n’a pas le choix. Je pense qu’on n’est pas venu pour faire trois matchs et repartir au pays. Ce n’est pas votre ambition ? Il faut analyser ce qui a marché ,ce qui n’a pas marché et corriger ce qui doit l’être. Moi, j’ai confiance en vous, j’ai toujours confiance en vous. Maintenant, c’est à vous de démontrer que vous méritez cette confiance. Il faut aller chercher cette victoire, il faut donner tout ce qu’on a dans nos tripes. Faites en sorte qu’on écrive l’histoire ensemble. C’est une opportunité d’écrire l’histoire. On s’est parlé à Tunis (lors du stage de préparation), on s’est dit des choses, hier (Ndlr, samedi 14 janvier) avant le match, aujourd’hui on ne va pas s’éterniser dans les discours. Vous avez la responsabilité de relever la tête et il nous reste deux finales à aller gagner. La confiance est là et vous avez toujours ma confiance. Rêvez grand, ne vous fixez pas de limite.»

Sanh Séverin (avec FIF)

CHAN 2022 ( Préparation ): La Mauritanie bat la Côte d'Ivoire

Troisième match test et première défaite pour les Éléphants dans préparation du CHAN 2022. Ils ont été battus à Tunis ce 9 janvier 2023 par les Mourabitounes de Mauritanie. Initialement annulé, ce match met fin à la préparation des Éléphants qui débutent la compétition le 14 janvier 2023 face au Sénégal à Annaba. Tout est allé vite dans cette partie. Les Mauritaniens ont ouvert la marque à la 3e minute de jeu sur pénalty par le biais de Moulaye Khalil « Bessam ». Une demie heure après l'ouverture du score, ils en ont planté un deuxième, par Hemeya Tanjy (35e). A la pause, les pachydermes sont menés 2-0. Au retour des vestiaires, le 4-3-3 de Haïdara Souhalio ne fonctionne toujours pas. Et pour ne rien arranger, Sankara Karamoko a été expulsé. Réduits à 10, les Ivoiriens n'ont pu empêcher une troisième réalisation signée Sidi Amar Bouna pour le 3-0 (86e mn). Avec une victoire face à la Libye, un nul face au Cameroun et donc une défaite , la Côte d'Ivoire n'aura pas impressionné dans la préparation du CHAN 2022, à un jours de son entrée en lice .

Sanh Séverin

Le Onze entrant Ivoirien face à Mauritanie

Diakité Alimi (GK)- Yao, Gbaï, Badjo, Issif- Salifou- Zoungrana- Sidibé- Oura,Karamoko, Sylla

Le Onze entrant face au Cameroun (1-1)

Folly Ayayi Charles (GK)- Attohoula Yao, Coulibaly Souleymane ,Siahouné Aziz, Andé Habib- Essis Baudelaire (C), Guei Semelo, Wayou Constant , Kramo Aubin ,Konaté Abdramane, Ouattara Romaric

Les deux Onze entrants face à la Lybie (1-0)

Équipe 1

Bamba Drissa- Badjo Anthony, Traoré Issif, Andé Habib, Gbaï Moïse- Goua Marc, Sidibé Alpha, Diarrassouba Salifou- Oura Anicet, Konaté Abdramane- Sylla Mohamed

Equipe 2

Diakité Amine- Coulibaly Souleymane, Siahouné Aziz, Attohoula Yao, Gbaï Moïse- Essis Baudelaire, Zougrana Mohamed, Zouzoua Pacôme- Kramo Aubin, Ouotro Patrick, Karamoko Sankara

CHAN 2022 : L’Algérie, un favori évident

Il n’est pas encore question du vertige des grands soirs, de l’euphorie collective qui s’empare, en quelques minutes, de tout un pays, mais les supporters algériens y pensent quand même très fort. Personne n’a oublié les scènes de liesse populaire à Alger, Oran, Constantine ou Sétif après le sacre des Fennecs lors de la Coupe d’Afrique des Nations 2019 sur les terres du grand rival égyptien. Ni celles célébrant la victoire d’une équipe composée de locaux et de quelques expatriés à l’occasion de la Coupe Arabe des Nations disputée en décembre 2021 au Qatar, avec un certain Madjid Bougherra, l’actuel sélectionneur des locaux,  aux commandes.

Les supporters prêts à s’enflammer

Le peuple algérien est ainsi fait que tous les succès de la sélection nationale sont un prétexte pour célébrer son amour inconditionnel du football. Non, le Championnat d’Afrique des Nations n’a évidemment pas le goût et le prestige d’une CAN, mais en Algérie, on prend tout de même la chose très au sérieux, et les supporters ont du mal à envisager autre chose qu’un titre, le 4 février prochain. «Il y a un certain engouement autour de ce CHAN, grâce à la presse, qui en parle beaucoup, et aux réseaux sociaux. Mais je pense qu’on le mesurera vraiment à l’occasion du match d’ouverture contre la Libye, vendredi soir au stade de Baraki, dans la banlieue d’Alger. Ici, tout le monde a compris que l’objectif était de remporter ce tournoi pour la première fois», admet Yazid Ouahib, chef du service des sports du quotidien El Watan. “Pour le pays organisateur, c’est quelque chose d’assez logique. Et objectivement, la sélection a les moyens de faire un très bon parcours.”

Le travail de Bougherra

Même si les deux derniers résultats face à la Mauritanie en décembre (0-0) et le Ghana (0-0), pas plus tard que le 7 janvier dernier, à Baraki, ont (un peu) refroidi l'enthousiasme ambiant, après toute une séries de matches globalement convaincants, l’Algérie a en effet un beau profil de favori. «Il y a plusieurs mois que Bougherra travaille un groupe, même si certains joueurs, transférés à l’étranger, ne joueront pas le CHAN», intervient Nabil Neghiz, ancien sélectionneur intérimaire de l’Algérie et désormais à l’USM Khenchela. «Bougherra, qui fait du très bon travail, a organisé de nombreux stages et matches amicaux, en Algérie et à l’étranger, a dégagé une ossature, avec essentiellement des joueurs du MC Alger, de l’USMA, du CR Bélouizdad. L’équipe est solide défensivement. Par contre, au niveau offensif, elle donne moins de garanties, cela s’est vu sur les deux derniers matches amicaux».

La personnalité de Madjid Bougherra (40 ans), ancien capitaine des Fennecs et ex défenseur de Charlton Athletic (Angleterre) et des Glasgow Rangers (Ecosse) n’est évidemment pas étranger à l’optimisme qui escorte la sélection locale. «Il a de l’expérience, il est jeune, donc connaît bien la nouvelle génération, et il veut que son équipe propose quelque chose. Son travail est apprécié en Algérie», poursuit Neghiz. Si l’Algérie a des atouts individuels et collectifs, et si ce CHAN donnera quelques indications sur la vraie valeur du championnat algérien, les joueurs devront aussi résister à la pression qui ne manquera, et sans doute beaucoup plus tôt qu’ils le supposent, à peser sur eux.

Attention aux pièges du Groupe A

La plus grosse erreur des Algériens – et on pense plus ici aux supporters qu’au staff technique et aux joueurs, déjà avertis du danger – serait de croire que le premier tour sera une formalité. Sur le papier, la Libye, l’Ethiopie et le Mozambique ne sont effectivement pas des terreurs, mais ces trois sélections ressemblent furieusement à leur équipe A. «C’est effectivement le danger. C’est surtout le cas pour la Libye et l’Ethiopie. Il ne faut pas croire que ce sera simple, car les joueurs de ces équipes se connaissent parfaitement», ajoute Yazid Ouahib.

Le match d’ouverture, face à des libyens qu’on annonce coriaces et plein de détermination, permettra aux algériens d’en savoir un peu plus sur cette sélection qu’ils sont prêts à accompagner jusqu’au bout de CHAN…

CHAN 2022 : le calendrier complet de la compétition

Alexis BILLEBAULT