fbpx
,

Patrice Neveu: «Aubameyang est totalement investi»

La victoire obtenue jeudi à Franceville face à la Gambie (2-1) permet au Gabon d’être en ballotage favorable après trois journées. Le match retour est prévu ce lundi après-midi à Banjul. Mais avant, Patrice Neveu, le sélectionneur français des Panthères, a trouvé le temps de parler de son équipe.

Patrice Neveu, grâce au succès obtenu contre la Gambie (2-1), et après le match nul entre le RD Congo et l’Angola (0-0), quel bilan faites-vous de cette troisième journée ?

Il est évidemment positif. Avant ce match contre les Gambiens, nous comptions quatre points. Aujourd’hui, nous en avons trois de plus. Au bout de trois journées, c’est un bon bilan. Notre objectif était de gagner chez nous, face à une équipe de Gambie, ambitieuse, qui affiche de gros progrès depuis près de deux ans. On l’a fait, et je pense que notre victoire est logique. Même si, alors que nous menions 2-0 et que nous avions les occasions pour nous mettre à l’abri, il y a eu un petit relâchement de notre part. Et notre adversaire en a profité pour revenir à 2-1.

En cas de victoire ce lundi à Banjul, la qualification serait presque acquise…

Nous allons nous déplacer avec l’ambition de gagner, et donc d’être pratiquement qualifiés, à deux journées de la fin. On veut valider le succès de Franceville. Mais nous savons que la Gambie, chez elle, est difficile à jouer. Elle va chercher à prendre les trois points, pour conserver ses chances de qualification. Si nous faisons match nul, ce serait aussi un bon résultat. Par rapport au match aller, j’ai aussi la chance de ne pas avoir à déplorer de blessés.

 

«J’ai dit à Pierre Emerick ce que j’attendais de lui»

 

Vous avez été nommé sélectionneur en août 2019, quelques mois après l’élimination du Gabon de la CAN 2019 par le Burundi. Quel était le contexte à votre arrivée ?

J’avais tout de suite compris que cette élimination avait été vécue comme une grosse déception par les supporters, qui commencent à revenir vers la sélection, les joueurs, les dirigeants. Certains internationaux s’interrogeaient sur la suite de leur carrière en sélection. J’avais décidé de rencontrer beaucoup d’entre eux en France notamment, pour discuter, échanger, leur expliquer ma méthode de travail. J’étais accompagné de Fabrice Do Marcolino, un ex-international, qui est aujourd’hui une sorte de référent en Europe, presque un adjoint, avec qui j’ai une excellente relation. J’ai mon staff, Pierre Aubame est le team manager, tout fonctionne bien.

Vous évoquiez le cas de certains internationaux. Pierre-Emerick Aubameyang, qui a souvent eu des relations complexes avec sa sélection, semble être beaucoup plus impliqué…

Pierre-Emerick, je l’ai rencontré à la fin de ma série d’entretiens, à Paris, pendant trois heures. J’étais avec Fabrice Do Marcolino. J’ai fait la connaissance d’un super mec. Ce n’est pas quelqu’un de polémique. Je l’ai écouté, je lui ai dit ce que j’attendais de lui. Je lui ai parlé de ce que la sélection pouvait lui apporter. Depuis que je suis arrivé, je ne peux être que satisfait de son implication, de sa détermination. Il est totalement investi. C’est un super joueur, un excellent attaquant, et le Gabon a besoin de lui.

«Sans rigueur, on ne peut pas avancer»

 

Il était pourtant de notoriété publique que la discipline n’était pas le point fort de la sélection…

Ce qui s’est déroulé avant appartient au passé. J’ai toujours été convaincu que sans rigueur, sans discipline, on ne peut pas avancer. J’ai donc fixé des règles. Pour l’instant, tout se passe bien, même s’il faut toujours rester attentif. Je vais prendre l’exemple de Denis Bouanga (Saint-Etienne), qui a fait un acte fort avant le match contre la Gambie jeudi. Il avait raté son avion. Eh bien, il n’a pas hésité à louer un jet privé, à ses frais, pour être présent à notre rassemblement. Je tenais à le souligner.

L’addition de ces points positifs s’est tout de suite concrétisée par des résultats…

Oui. Les résultats sont venus très vite, avec des succès contre le Burkina Faso (1-0) et au Maroc (3-2) en amicaux en octobre 2019. Puis les quatre points pris en qualifications pour la CAN 2022 en RD Congo (0-0) et contre l’Angola (2-1). Cela donne de la confiance. C’est idéal pour lancer un cycle, même si la crise sanitaire a évidemment un peu ralenti les choses. C’est pour cela que le stage et le match amical au Portugal face au Bénin (0-2) le mois dernier ont été importants. Il fallait se retrouver, passer du temps ensemble. Et je pense que cela nous a beaucoup servi pour battre la Gambie jeudi…

Propos recueillis par Alexis Billebault

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

> Plus

SNA LE LIVESCORE

Aucun live en cours
> Plus

MERCATO

> Plus
SPORTNEWSAFRICA, la
référence du sport en
Afrique
A propos
Contact
Mentions légales
Protections des données
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPéTITIONS
LES Sélections NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram