fbpx
French VERSION

Paul Kessany-Gabon : «la situation est préoccupante»

L’ancien capitaine des Panthères du Gabon Paul Kessany (36 ans, 38 sélections) sera candidat à la présidence de la Ligue de l’Estuaire, le 27 juillet prochain. L’occasion, pour sportnewsafrica, de le questionner sur la situation inquiétante du football gabonais, privé de compétition depuis mars 2020.

De notre correspondant en France,

 

Paul Kessany (36 ans) est candidat à la présidence de la Ligue de l’Estuaire

Que représente  la Ligue de l'Estuaire dans l’échiquier du football gabonais.

L’histoire du football gabonais, est étroitement liée à celle de la Ligue de football de l’Estuaire (LFE). En effet, c’est la toute première association de football créée au Gabon. Elle a été fondée en 1959, soit un an avant l’indépendance, et 3 ans avant celle de la création de la Fédération Gabonaise de Football (FEGAFOOT). Plusieurs de ses dirigeants, sont d’ailleurs parmi les membres fondateurs de la FEGAFOOT. Elle revêt donc une importance historique et prépondérante, dans la structuration et la construction du football gabonais des années 60 à nos jours.

Elle constitue le principal vivier de joueurs, notamment du fait que la province de l’Estuaire, soit la plus peuplée (1 000 000 habitants environ soit 50 % de la population), et la plus urbanisée. Elle dispose de l’organisation sportive la plus structurée tant au niveau amateur que professionnel : nombre de licenciés, arbitres et bénévoles, nombre de ligues, de sous-ligues, de clubs et d’académies, d’infrastructures (stades et terrains d’entrainement…). Plus récemment, plusieurs internationaux ont émergé de ses rangs. C’est en quelque sorte, le poumon du football gabonais, et s’il est obstrué, les conséquences à tous les échelons sont visibles, en termes de performances.

Pourquoi avez-vous décidé d’être candidat ?

C’est le fruit d’une mure réflexion, entre mon envie d’être toujours utile au football gabonais, à ma passion pour ce formidable sport, et aux vents contraires qui le fragilisent actuellement. Après plusieurs consultations et sollicitations d’acteurs, que je considère comme étant pour certains, incontournables dans la province de l’Estuaire, et d’autres de plus grande envergure, j’ai pris la décision de proposer un « nouveau projet » pour la LFE. Afin d’être le plus inclusif possible dans cette orientation, j’ai réuni autour de moi une équipe transversale et dynamique.

Quel bilan faites-vous du mandat de Serge Hamed Mombo, le président sortant ?

Si vous analysez la situation de notre football la situation est très préoccupante aux échelons inférieurs. Au vu du délitement progressif observé, malgré le déluge de moyens déversés depuis bientôt 10 ans (Etat, FIFA, CAF, sponsors…), aucun plan structurel, n’a été mis en place pour soutenir le football amateur dont les ligues, constituent le socle principal. C’est une situation assez étonnante, car c’est à travers l’action des ligues et des sous-ligues que l’essentiel de notre football se construit.  En outre, les championnats de D3, de D4, des sous-ligues et des ligues sont erratiques. Les tournois d’accession et de descente ne se jouent pratiquement plus.

Les championnats de jeunes et de football féminin sont inexistants. Les joueurs et le corps arbitral sont clochardisés et sans statut spécifique ; la gouvernance se fait par la roublardise et le non-respect des statuts….et cette liste de dysfonctionnements, n’est pas exhaustive. Pour ne rien arranger, la crise sanitaire relative a accentué les fractures qui l’affaiblissent, Il devenait urgent de réagir.

 « Des joueurs et leurs familles en situation d’extrême précarité »

 

Quels sont les grands axes de votre programme ?

Je pense qu’avant toute initiative de fond, à long terme donc, il est plus que vital de revenir aux valeurs fondamentales de notre sport. Le football doit être un facteur d’unité et de cohésion sociale. Je désire qu’il redevienne une école pour « mieux vivre ensemble. Le projet 3R, que je porte avec mon équipe, s’articule d’abord sur une « nouvelle gouvernance. Voici quelques axes envisagés : nouveau paradigme de gestion, avec l’autonomisation financière progressive des ligues et sous ligues, la structuration de la détection, la formation (éducateurs, dirigeants, entraîneurs, arbitres…), la refonte des textes, la valorisation du football féminin, des innovations marketing….

Le foot professionnel au Gabon est à l'arrêt depuis plus d'un an. Il ne reprendra sans doute qu'en septembre. Cette situation est-elle acceptable ?

La crise sanitaire relative à la Covid-19, a totalement et surpris, et désorganisée les principales compétitions dans le monde dès mars 2020. Néanmoins, après quelques mois, l’instauration d’un protocole sanitaire fiable, a permis la reprise et la clôture des championnats. La majorité d’entre eux, ont même repris pour la saison 2020-2021. Au Gabon, notamment en raison d’un arrêté ministériel, les activités sportives et physiques sont interrompues depuis plus de 15 mois.

Il est quasiment inéluctable, au regard des délais CAF restants (fin juin 2021 au maximum pour avoir un champion national) et des tensions actuelles dans notre football, que nous aurons une « année blanche sportive ». Le Gabon en Afrique, est l’un des cinq pays (São Tomé-et-Príncipe, Cap-Vert, Guinée Equatoriale et Tchad) dans lequel le championnat national n’a pas repris, si l’on excepte le Botswana, qui a annulé tout simplement la compétition.

Quelles sont vos inquiétudes pour les joueurs, privés de compétition, de salaires, et donc en proie à de graves difficultés ?

C’est dommageable, car la plupart des joueurs ainsi que leur famille, sont en situation de forte, voire d’extrême précarité, avec les conséquences subséquentes que l’on peut aisément imaginer : difficulté à se nourrir, expulsion des maisons, enfants déscolarisés, foyers brisés, carrières en pointillé…Un véritable naufrage sportif, économique et humain. Des « mesures exceptionnelles d’accompagnement, pour ces sportifs, pourront certainement aider  dans une certaine mesure  à faire la liaison, jusqu’à la reprise des différents championnats.

Alexis BILLEBAULT

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram