Qualifs CAN 2022: le Gabon charge violemment la Gambie

Sport News Africa

100% Africain, 100% Sport !

A la UneActus FootballCAFCANFootballSport News AfricaUNE

Qualifs CAN 2022: le Gabon charge violemment la Gambie

La Fédé gabonaise de football l’a encore en travers de la gorge. Deux jours après les déboires de son équipe nationale à Banjul, elle décide de porter l’affaire devant la Confédération africaine de football (CAF).

La quatrième journée des éliminatoires de la CAN 2021 entre la Gambie et le Gabon joue les prolongations. Et c’est désormais la guerre entre les deux pays. Après la demande d’explication de la CAF, c’est au tour de la Fédé gabonaise (Fégafoot) de sonner la charge. En conférence de presse ce mercredi, le président de la Fégafoot dénonce le mauvais traitement dont sa sélection nationale a été victime. «En sport, on est adversaires, pas ennemis. Or la Fédération gambienne nous a accueillis en ennemis!», déplore Pierre-Alain Mounguengui.

Cette rencontre avec la presse permet d’ailleurs d’en savoir un peu plus sur cet incident peu honorable pour le foot africain. «Elle (la Fédé gambienne, ndlr) a envoyé un officier supérieur de l’armée gambienne pour venir terroriser et traumatiser les joueurs de l’équipe nationale, qui est restée à l’aéroport sous les manœuvres de ce général de 22h45 à 6h30. L’hôtel étant situé à 45 minutes de l’aéroport, notre équipe y est arrivée aux environs de 7h30, pour un match qui devait se jouer à 16h», détaille le patron du foot gabonais avec beaucoup d’amertume.

«Il n’y a plus d’équité»

D’après le dirigeant de la Fégafoot, cet incident aurait beaucoup joué dans la performance des coéquipiers de Pierre-Emerick Aubameyang. Ils ont été battus (2-1) par les Scorpions. «La manœuvre de la Gambie a payé. Nos joueurs ont été bloqués, on les a empêchés de dormir», fulmine Pierre-Alain Mounguengui qui s’en remet à la CAF. «Si un athlète se dope, gagne [et se fait prendre], on le sanctionne… Ces manœuvres de la Gambie, qui consistaient à épuiser les joueurs gabonais en les privant de repos, doivent être étudiées de très près par la CAF. Il n’y a plus d’équité (…) quand l’adversaire ne peut pas dormir!», déplore-il.

Pour rappel, la CAF a publié lundi un communiqué pour condamner cet incident et demander des explications. Mais la Fédé gabonaise espère, de son côté, des sanctions de la part de l’instance du foot continental. «La CAF va-t-elle laisser prospérer cette situation de fait? Nous avons pris les dispositions pour que notre réclamation soit sur la table de la CAF dans les délais.», annonce le patron du foot gabonais. Une patate chaude donc, pour la CAF…

Wahany Johnson SAMBOU

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com