fbpx
French VERSION
,

Qui est Charaf-Eddine, nouveau boss du foot algérien ?

Amara Charaf-Eddine était le seul candidat à la succession de Kheïreddine Zetchi à la tête de la Fédération algérienne de football. Il a donc été logiquement élu, vendredi 16 avril à Alger, lors de l’Assemblée générale élective, comme nouveau président de l’instance fédérale.

Amara Charaf-Eddine, nouveau président de la Fédération algérienne de football

Amara Charaf-Eddine est un parfait inconnu de la scène footballistique algérienne qu'il découvre il y a seulement trois ans. Mais, le président du CR Belouizdad, a aujourd’hui entre les mains, l’avenir du football algérien. Ayant décidé de ne pas se présenter pour sa propre réélection, Kheïreddine Zetchi a laissé la porte grande ouverte à un candidat unique.

Le scénario de l’élection du nouveau boss ressemble alors à celle de Patrice Motsepe.. Lors de son élection à la Confédération africaine de football. S’ils avaient été nombreux à annoncer leurs candidatures sur les plateaux de télévisions durant les dernières semaines. À l’image de Yacine Benhamza, Ligue régionale de football de Saïda. Ou encore Amar Bahloul, membre du bureau fédéral sortant et premier responsable de la Ligue régionale d’Annaba. Ainsi que Benaoumeur Berrahal, président de la Fédération par intérim en 1999, ils se sont finalement tous retirés. En faveur d’Amara Charaf-Eddine.

Ce dernier réussit à convaincre alors deux de ses concurrents : Yacine Benhamza et Amar Bahloul.  Par conséquent, le nouveau président de l’instance fédérale n’a pas peu à faire compagne. Ce, pour s’assurer le vote des membres de l’Assemblée générale. Il récolte 75 voix contre 13 contre. Logique donc de voir Amara Charaf-Eddine devenir le 17e président de la Fédération algérienne de football (FAF). Dès lors, les observateurs du football africain se demandent qui est le nouveau patron de la FAF ? Tout comme les Algériens qui découvrent eux aussi, un discret dirigeant de club.

Spécialiste en droit des affaires

PDG de la holding Madar, il a approuvé l’acquisition de 67% actions du Chabab Riadhi Belouizdad en 2018. Alors que la formation de Ligue 1 algérienne était en proie à d’énormes difficultés financières. En seulement trois ans, Amara Charaf-Eddine a enregistré plusieurs succès sportifs avec les Rouge et Blanc. Vainqueurs de la Coupe d’Algérie 2018-2019, le CRB a été sacré champion d'Algérie pour la septième fois de son histoire, la saison dernière. Malgré le renouveau et le succès de son club,  le nouveau patron de la FAF a su rester éloigner des projecteurs.

Né en février 1965 à Ouenza, près de la frontière tunisienne, le Big Boss a fait l'essentiel de sa carrière professionnelle dans le domaine des mines. Il intègre la société publique Ferphos d'exploitation de fer et de phosphate à Annaba. Après des études de droit des affaires à Paris, Amara Charaf-Eddine a également occupé le poste de directeur du développement du groupe Ferphos. Il participe ensuite à la transformation de l'entreprise publique de tabacs et allumettes en holding en 2015.

S’étant engagé à réformer profondément la discipline, il a promis de se pencher sur la mise en conformité des statuts de la FAF avec ceux de la FIFA. « Le résultat du scrutin reflète l’adhésion totale de l’assemblée générale à notre programme. Il s’articulera sur trois mots d’ordres : réformes, modernisation et performance… Laissant nos différents derrière nous et œuvrant pour le renouveau de la discipline », annonce-t-il.

Amara doit désormais séduire Belmadi

Ayant fait l’unanimité au sein des membres de l’AG de la Fédération, Amara Charaf-Eddine devra désormais convaincre un autre acteur majeur du football algérien, Djamel Belmadi. Le sélectionneur des Fennecs s’était illustré, quelques jours seulement avant l’élection, en publiant un communiqué de presse pour affirmer son «impartialité». Et au lendemain de son élection, le premier responsable du football algérien dira à ce sujet: « Djamel Belmadi a eu raison de réagir de cette façon. Il est dans la posture d’un sélectionneur qui défend son équipe. Et a estimé qu’il y a eu des menaces de perturbation. Donc Djamel a réagi et je trouve qu’il a raison… Il veut la paix et la quiétude pour son équipe. C’est tout à fait normal et je le soutien dans la défense de son équipe», souligne donc le nouveau patron de la FAF.

Juba TOUABI

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram