fbpx
French VERSION

Rabab Arafi (Maroc): «Je n’ai pas encore choisi entre le 800 et le 1500 m pour les Jo»

La Marocaine Rabab Arafi reste focus sur les Jeux olympiques de Tokyo (23 juillet-8 août). Vainqueur de la médaille d’argent au 1500m, au meeting de Gateshead (Angleterre), il y a une semaine, l’athlète de 30 ans, ne s’est pas encore décidée pour la distance à courir, une fois à Tokyo, au Japon. La spécialiste du 800 et du 1500m poursuit en attendant, sa préparation à Ifrane.

De notre correspondant au Maroc,

 

La Marocaine, Rabab Arafi veut frapper fort aux prochains Jeux Olympiques de Tokyo.

Après plusieurs mois sans compétition, comment se passe votre préparation à Ifrane ?

La longue période de confinement était trop sévère au Maroc. Je suis restée chez moi à Ifrane (Ndlr : ville montagneuse qui sert de lieu de préparation aux coureurs de fond et de demi-fond). Tous mes entraînements ont été faits à domicile. C’était uniquement des courses sur tapis roulant et des exercices multilatéraux. Mais, pour garder un bon niveau et une bonne forme, c'est presque impossible. Mais j’ai essayé.

On imagine donc, toutes les difficultés rencontrées ?

Avec la pandémie de Covid19 et la fermeture des frontières, il est cependant, très difficile de participer à une compétition internationale. Malgré le programme établi au niveau national. Il existe aussi d’autres obstacles. La concurrence reste notamment faible voire inexistante au niveau local. Dans la plupart des cas, je cours presque toute seule. J’ai toutefois réalisé un chrono de 2.00.48 lors de mon premier test fédéral.

Vous avez participé à vos premiers Jeux olympiques à Rio de Janeiro (2016) avec une qualification en finale du 1.500 m. Quels seront les objectifs à Tokyo ?

J'étais très contente pour les résultats de ma première participation à Rio 2016. Même si je n’ai pas remporté la finale (Elle était classée 12e). Mais dès le début de ces Jeux olympiques, je me suis fixé comme objectif de faire une bonne prestation. Ma nouvelle préparation a commencé depuis très longtemps. J’ai bien réfléchi avec mon entourage et mon entraineur pour faire un choix, entre le 800 m et le 1.500m. Toutefois, pour l’instant, il est trop tôt de faire un choix. Nous attendons donc avec mon encadrement l’évolution des autres athlètes. Nous étudions aussi les performances des autres concurrents de chaque discipline. La décision finale sera prise.

 

«L’avenir  de l’athlétisme marocain reste prometteur»

 

Comment jugez-vous le niveau de l’athlétisme marocain. Surtout chez les femmes ?

Actuellement l’athlétisme au Maroc passe par une période transitoire. Il y a un changement radical au niveau de toutes les structures administratives et techniques. Il y a également une mise à niveau de la Fédération royale marocaine d’athlétisme (FRMA) sur plusieurs axes. Cela concerne particulièrement la formation des jeunes, la formation d’entraîneurs, la construction d’infrastructures et ensuite de centres régionaux. Afin de détecter et former des jeunes. Chez les femmes, je dirai que le niveau est encore modeste. Mais l’avenir reste prometteur.

Vous avez aussi réalisé une belle année 2018 avec d'excellents résultats à l’échelle mondiale. Quels ont été les secrets de ces performances ?

L’année 2018 fut exceptionnelle. J’avais un programme bien établi et une grande motivation. Cela a débuté avec les meetings indoor et les compétitions d’été. Et ensuite, les Jeux Méditerranéens. J’ai pu décrocher deux médaille d’or durant ces Jeux, au 800 et au 1500 m. Par la suite, aux Championnats d’Afrique, j’ai obtenu la médaille d’argent et en fin de saison, le bronze à la Coupe continentale. C’est vraiment une belle année ponctuée de plusieurs records personnels.

Quels sont les beaux souvenirs  de votre carrière ?

Je dirai que ce sont les Championnats du monde indoor en 2014. Le niveau était élevé avec les athlètes canadiennes qui y participaient, mais j’ai pu décrocher la 3e place. Il y a aussi les Championnats du monde à Pékin en 2015, conclus par une  4e place et un record personnel. Je citerai également la médaille d’argent par équipe obtenue aux Championnats du monde cross 2019 (cross-mixte).

Comment êtes-vous arrivée dans l’athlétisme…

Mes débuts dans l’athlétisme remontent aux compétitions scolaires. À l’âge de 13 ans. Dès que j’ai commencé à glaner quelques titres au niveau local et national, je me suis focalisée sur l’athlétisme. J’ai ensuite intégré le monde professionnel avec beaucoup plus de sérieux aux entraînements.

Mohamed HADJI

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram