Semenya va saisir la Cour européenne des droits de l’Homme

Sport News Africa

100% Africain, 100% Sport !

A la UneActus AthlétismeAthlétismeFéminine ZoneKongossaSport News AfricaUNE

Semenya va saisir la Cour européenne des droits de l’Homme

Le combat de Caster Semenya contre World Athletics se poursuivra à la Cour européenne des droits de l’Homme. La double championne olympique sud-africaine va attaquer le règlement de l’instance de l’athlétisme mondial qui l’empêche de courir sur 800 m, sa distance de prédilection.

Caster Semenya n’a toujours pas abdiqué. Après le rejet de ses recours par Tribunal arbitral du Sport (TAS) et le Tribunal fédéral suisse, l’athlète sud-africaine se tourne vers la Cour européenne des droits de l’Homme. L’avocat de la double championne olympique annonce ce mardi sa décision de saisir l’instance pour contester le règlement de World Athletics sur les athlètes hyperandrogènes. «Nous allons porter l’affaire devant la Cour européenne des droits de l’homme. Nous continuons à espérer que World Athletics va se rendre compte de son erreur et va annuler les règles qui limitent les chances de Mme Semenya de concourir». C’est ce qu’explique Greg Nott dans un communiqué.

La bataille juridique entre Caster Semenya et World Athletics est donc loin de son épilogue. Et cette fois, la défense de la quintuple championne d’Afrique espère obtenir gain de cause. Un espoir nourri notamment par les nombreux soutiens dont bénéficie la coureuse de 29 ans dans ce combat contre ce qu’elle qualifie d’injustice. «Le nombre croissant d’institutions qui ont montré leur soutien à Mme Semenya renforce le fait qu’il n’est pas acceptable d’exiger qu’une Noire‚ ou toute autre femme, subisse une chirurgie invasive ou un traitement hormonal contraire à l’éthique pour réduire les fonctions biologiques naturelles‚ pour être compétitif», regrette l’avocat.  

Déjà deux rejets

Le nouveau règlement la Fédération internationale d’athlétisme est entré en vigueur le 1er octobre 2019. Il empêche les athlètes hyperandrogènes de concourir sur les distances comprises entre le 400 m et le mile, sans faire baisser leur taux de testostérone. Ce que la triple championne du monde juge scandaleux. Mais la spécialiste du 800 m a déjà essuyé deux rejets. D’abord, par le TAS en mai 2019 alors que la loi n’était pas encore entrée en vigueur. Nouvelle défaite ensuite en septembre dernier après le rejet de la requête par le Tribunal fédéral suisse.

Mais les avocats de la Sud-Africaine refusent de jeter l’éponge. Ils comptent bien aller au bout de leur combat. Rester debout tant que toutes les options ne sont pas épuisées, voilà en somme leur nouvelle devise. «Nous restons inspirés par l’esprit indomptable de Mme Semenya et resterons fermes dans notre position contre la discrimination jusqu’à ce qu’elle soit autorisée à fuir la persécution.», prévient Greg Nott dans son communiqué. Mais le temps presse pour Caster Semenya qui souhaite être rapidement édifiée. Car il y a les JO de Tokyo 2021 à préparer. Et c’est déjà demain…

Wahany Johnson SAMBOU

WP Twitter Auto Publish Powered By : XYZScripts.com