fbpx
French VERSION

Semi-marathon: Yehualaw parée pour l’ascension !

Yalemzerf Yehualaw est en ce moment l’un des jeunes talents d’endurance les plus excitants au monde. L’Éthiopienne a, en effet, frôlé l’exploit lors de son énorme succès au semi-marathon de New Delhi. C’était le dimanche 29 novembre 2020 passé. Avec un temps de 1h04 mn46s, elle n’était qu’à 15 secondes du record du monde. 

Yalemzerf Yehualaw

Ruth Chepngetich championne du monde en titre, Brigid Kosgei détentrice du record du monde et Gemechu double championne en titre : le plateau était extrêmement relévé au semi-marathon de New Delhi, le 29 novembre dernier. Mais, Yalemzerf Yehualaw a couru avec le sang-froid et la confiance d'une championne.

Descendant à 30 min 49 s sur 10 km, elle surclasse ses rivales dans les trois derniers kilomètres. Pour enfin arrêter le chronomètre à 1 h04mn46s. Éblouissant ! À moins de 15 secondes du record du monde établi en février 2020 par Ababel Yeshaneh, à Ras Al Khaimah. C’est toutefois la performance la plus impressionnante du début de carrière de la jeune femme de 21 ans.

«Je voulais battre le record du parcours de Delhi et j'espérais une nouvelle performance. Mais je ne m'attendais pas à être si proche du record du monde», avoue Yehualaw. Elle signe cependant la deuxième meilleure performance féminine de tous les temps sur la distance. Rien que ça !

1 médaille mondiale, 3 semi-marathons… remportés en 2 ans

En seulement deux ans d'expérience internationale, Yalemzerf Yehualaw a déjà remporté un semi-marathon des Jeux africains. Et une médaille de bronze aux Championnats du monde du semi-marathon, en octobre 2020, en Pologne.

«De nombreux athlètes éthiopiens ont un don naturel. Mais Yalemzerf a trois très bonnes qualités : la vitesse, l'endurance et une bonne force de base, résume son entraîneur, Tessema Abshero. En regardant sa vitesse et sa structure corporelle, je n'ai pas été surpris par ses performances ces deux dernières années».

Aînée d’une fratrie de six frères et sœurs, Yehualaw est née le 3 août 1999. Elle reçoit une éducation rurale typique à West Gojjam, dans la région d'Amhara, en Éthiopie. Dès l'âge de 12 ans, elle gagne des courses sur piste à l'école. Avant de s’illustrer plus tard parmi les meilleurs jeunes de sa contrée.

Son potentiel n’échappe ainsi pas à la Fédération éthiopienne d'athlétisme. L’instance l’invite alors à rejoindre son Académie basée à Addis-Abeba, il y a trois ans. Puis, elle intègre l'équipe de course à pied professionnelle, entraînée par Abshero. Aux côtés du vainqueur du marathon d'Amsterdam 2019, Degitu Azimeraw, et du recordman éthiopien sur 10 km, Tsehay Gemechu.

«J’étais très heureuse de rejoindre le groupe de Tessema. C'est un bon entraîneur avec une bonne structure. Et j'ai aussi de très bons partenaires d'entraînement», se félicite Yehualaw.

Elle fait ses débuts internationaux au semi-marathon de Rabat, le 21 avril 2019. Et s’impose en 1 h 09 mn 13 s. Un peu plus de deux semaines plus tard, elle se classe cinquième des championnats éthiopiens sur 10 000 m. Yehaulaw enregistre en effet 32 mn 21 s, à plus de 2300 m d’altitude, derrière Letesenbet Gidey, la détentrice du record du monde du 5000 m. Très prometteur !

L’or dès ses débuts avec l'Éthiopie

Son expérience et sa victoire dans la capitale marocaine ont fini de convaincre Abshero. Le technicien décide ainsi de la retenir dans l'équipe éthiopienne du semi-marathon. Pour les Jeux africains à Rabat avec notamment Degitu Azimeraw. Yehualaw ne déçoit pas en décrochant l'or pour ses débuts avec l'Éthiopie, en 1 h 10 mn 26 s.

«J'étais très heureuse de remporter l'or et de voir le drapeau éthiopien si haut, sourit-elle. La victoire à Rabat m'a donné beaucoup de confiance pour mes futures compétitions et aussi une certaine sécurité financière».

Ce qu’elle confirme au semi-marathon de Delhi en 2019 déjà. En Inde, Yalemzerf Yehualaw se classe deuxième, à seulement une seconde de sa partenaire d'entraînement, Tsehay Gemechu.

En novembre 2019, elle gagne la Grande Course éthiopienne de 10 km à Addis-Abeba. Et conclut une première année internationale très réussie avec une victoire au marathon de Xiamen en Chine (1 h 07 mn 34 s).

Pour sa deuxième année, un problème d'estomac malheureux entrave ses tentatives de donner le meilleur d’elle-même au semi-marathon de Ras Al Khaimah. Elle termine toutefois sixième en 1 h 06 mn 35 s. Mais elle rebondit aussitôt pour remporter les 5 premiers kilomètres féminins d’Addis-Abeba en 15 mn 27 s.

Sa place pour Gdynia est sécurisée, mais l’épidémie de coronavirus frappe et provoque le report des Championnats du monde reprogrammés en Pologne. À la faveur d’un assouplissement des restrictions, elle reconstruit progressivement sa forme physique et ne tarde pas à atteindre son pic. En témoigne sa démonstration à la course d'essai de 15 km au cours de laquelle Yehualaw impressionne. Battant un groupe d'athlètes de classe mondiale. Une performance qu’elle a alors rééditée à Delhi, il y a quelques semaines.

L'avenir s'annonce donc rose pour l'Éthiopienne, qui a de grandes ambitions. Son objectif est de remporter des titres sur une gamme de distances et de surfaces. «Elle peut bien courir beaucoup plus de 5000 m et 10 000 m sur piste, un semi-marathon. Et un jour le marathon sur route», avise Abshero.

Amina SOGUI

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram