fbpx
French VERSION

Taekwondo: La Fédé centrafricaine aux abois

Que se passe-t-il au sein de la famille taekwondo de Centrafrique? Les tensions sont fréquentes ces temps derniers à Bangui. Un collectif des maîtres de clubs et ceintures noires, récemment mis sur pied, désapprouve toutes les actions du bureau exécutif. Les mécontents demandent la démission du bureau fédéral qui se dit en conformité avec les textes de base.

Elus en Avril 2019, les membres du bureau seront très vite accusés de malversations financières. Il leur est également reproché de manquer de leadership pour le développement du Taekwondo. Cette situation plonge la fédération dans le chaos. Cependant, les autorités sportives centrafricaines essayent de trouver des solutions.

Mais sur les 9 membres du bureau, 6 auraient démissionné, dont Jérémie Maradas Nado, Directeur Technique National. Mais sa démission, en 2019, est qualifiée de non événement par le bureau exécutif.

A cette instabilité, s'ajoutent toutefois des sanctions disciplinaires. Trois clubs en ont fait les frais l’année dernière, pour usurpation de titre de la Direction Technique au passage de grades et organisation des compétitions sans avis du bureau exécutif. Il s’agit des clubs Benz-VI, Riviera et Saint Jean.

Une gloire éphémère

Lu pour vous : TAEKWONDO - PORTRAIT - Alazoula, champion abandonné ...

Pourtant, tout n'a pas toujours été noir dans le taekwondo centrafricain. La dernière décennie, par exemple, est marquée par la participation de la RCA à plusieurs compétitions internationales. Remy Alazoula, expatrié en France, est sacré champion d’Afrique en 2010. L'année suivante, il se qualifie aux huitièmes de finale des championnats du monde, en Corée du Sud. Il réitère cet exploit réaliser en 2013 à Mexico, et en 2015 en Russie.

Mais des soubresauts au sein de la Fédération empêchent la RCA de participer aux qualifications pour les JO de Tokyo. Toutefois, des sources disent que l'absence de financement du gouvernement est la principale cause.

Cependant, aux 12es Jeux Africains au Maroc en 2019, patatras! Tout s'écroule pour les Centrafricains. Les trois représentants, Jefferson Gbafio-Semboy, ceinture noire 1er dan, Phillipe Balanga-Songo 1er dan et Sadia Kembi, sont tous éliminés dès le premier tour. Néanmoins, la jeune Sadia, âgée de 15 ans, reste un espoir pour la fédération.

Le président de la fédé indexé

A la suite de ces piètres performances, des accusations de détournements de financements publics et de dons sont portées contre le président de la fédé et son secrétaire général. Elles émanent du collectif des maîtres et ceintures noires de taekwondo qui demande la démission du président de la Fédération, Jean-Christophe Bakossa. Les membres du collectif iront même jusqu'à s'opposer à la tenue des assises de l’Assemblée Générale Ordinaire de la Fédération de Taekwondo le 12 juillet 2020.

Jean-Christophe Bakossa se dit perplexe face à cette attitude et rejette les accusations. «Vous accusez quelqu’un, apportez la preuve. La porte de la fédération est toujours ouverte. Quand on pratique les arts martiaux, il faut avoir un minimum d’honnêteté ».

Mais Tony Kotto, un des leaders du collectif, insiste: «Sur les 9 membres, 6 sont démissionnaires, donc le bureau n’existe plus. Maître Bakossa doit répondre devant la justice».

Pourtant, le ministre des Sports organise une rencontre le 16 juillet avec les différents protagonistes pour trouver un compromis. Mais malgré cette conciliation, la situation reste au point mort.

Edouardo GANDOMBI

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram