Aviron : l’Algérien Boudina va «chercher une médaille aux JO 2024»

Sport News Africa: Sid Ali Boudina, vous avez décroché la médaille d’argent de l’épreuve du 2000 mètres poids léger (seniors/messieurs) au Championnat du monde virtuel d’aviron en salle (ergomètre). Que ressentez-vous après cet exploit ?

Sid Ali Boudina : Cet exploit est d’abord le fruit d’un travail hivernal très important. Cela confirme ma forme du moment et me donne de bonnes informations pour la suite de la saison.

C’est la deuxième année de suite que vous terminez sur le podium de la catégorie. Après avoir avancé d’une place (médaille de bronze en 2021), l’objectif de la prochaine édition est-il la première place ?

C’est clairement mon objectif à l’avenir. Je suis content de mes deux médailles. Maintenant, il va falloir travailler plus afin de compléter le trio.

Comment avez-vous préparé ce grand rendez-vous ?

Je le prépare depuis l’année dernière au final ce Championnat du monde virtuel d’aviron. Je me suis aperçu que pour réussir dans le sport il faut s’entraîner dur certes mais il faut être constant et garder toujours une bonne dynamique d’entraînement.

«L’aviron et le Canoë Kayak peinent à se développer parce que ce sont des disciplines qui demandent beaucoup de moyens, pour acheter des bateaux et du matériel.»

L’année 2022 qui vient de débuter de la meilleure des manières pour vous risque d’être chargée. Dans quel état d’esprit abordez-vous les échéances au programme ?

J’aborde les prochaines échéances avec la même envie de gagner. La saison vient de commencer et il faut être présent à chaque rendez-vous.

Vous allez prendre part aux Jeux méditerranéens d'Oran 2022 l'été prochain. Une saveur particulière d’avoir l’occasion de briller à domicile en Algérie ?

Malheureusement l’aviron a été enlevé des Jeux méditerranéens d'Oran au dernier moment. J’aurais aimé participer à cet événement qui plus est organisé dans notre pays. Mais bon c’est comme ça ! On doit s’y faire.

Comment appréciez-vous l’évolution de votre sport en Algérie. Avez-vous remarqué un engouement particulier pour l’Aviron et le Canoë Kayak durant ces dernières années ?

L’aviron et le Canoë Kayak peinent à se développer parce que ce sont des disciplines qui demandent beaucoup de moyens, pour acheter des bateaux et du matériel. Mais ces dernières années la Fédération a fait beaucoup de choses dans ce sens et on commence à voir réellement l’évolution de la discipline sur le terrain.

Quels sont vos objectifs à moyen et long terme ? Une médaille aux Jeux olympiques de Paris en 2024 peut-être ?

Mes objectifs à moyen terme seront : la Coupe du monde en juin et les Championnats du monde d’aviron en septembre. Et continuer à faire mes preuves à l’échelle internationale pour qu’au final- pourquoi pas ?- aller chercher une médaille aux Jeux olympiques.

Touabi Juba ARRIS