fbpx
French VERSION

Tennis: Jusqu’où peut aller la reine Ons Jabeur ?

Plus d’un demi-siècle après son compatriote Mustapha Belkhodia, Ons Jabeur a permis à l’Afrique de renouer avec le trophée de Rolland Garros juniors en simple. C’était en 2011. En constante progression, l’actuelle 31e joueuse au classement WTA «vise le top 10 mondial pour l’année 2021».

Ons Jabeur
Ons Jabeur

Le 5 juin 2011, Ons Jabeur réussit l’exploit d’inscrire son nom et celui de la Tunisie au palmarès des vainqueurs de Rolland Garros en juniors. La gamine, alors âgée de 16 ans, fréquentait encore le lycée El Menzah, dans la capitale, Tunis.

La performance est d’autant plus grande qu’elle a éliminé en demi-finale la teigneuse Française, Caroline Garcia. Avant de battre la Porto-Ricaine, Mónica Puig, en finale simple.

Mais ce n’était pas réellement une surprise. Déjà en 2010, Ons Jabeur avait disputé la finale de Roland-Garros juniors. Cependant, elle s’était inclinée en deux sets face à l'Ukrainienne Elina Svitolina.

Une juste récompense pour la talentueuse Tunisienne. Sa place de choix dans l’élite mondiale, une année plus tard, n’est pas usurpée.

De son dur apprentissage en pro…

Le 14 février 2012, Ons Jabeur dispute son tout premier match sur le circuit WTA. C’était à l'Open de Doha, face à la Française Virginie Razzano. Mais la jeune Africaine est battue en trois sets. C’est le début de l'apprentissage, dur, du très haut niveau pour la médaillée d’or surprise des Jeux africains de la Jeunesse de Rabat en 2010.

Mais, les férus les plus avertis savaient que la Tunisie détenait la perle rare avec cette virtuose, oh combien précoce! Précocité ou dévotion pleine et entière au tennis ? En tout cas, les parents de la pépite Ons Jabeur ont mis leur progéniture au tennis au moment où ses camarades étaient à la maternelle, à 3 ans.

Droitière avec revers à deux mains, Ons Jabeur triomphe à l’Open de Nana Trophy face à l’Espagnole Sara Sorribes Tormo, le 28 avril 2013. Un mois plus tard, elle remporte les tournois de Fukuoka et de Kurume au Japon, en battant, la Belge An-Sophie Mestach, à chaque finale. En juillet, la Tunisienne participe à la Coupe de Bakou dans la capitale azerbaïdjanaise. En pleine forme et déterminée, elle réalise un début de parcours exceptionnel en se qualifiant pour les quarts de finale. Mieux, elle réussit la prouesse de sortir au second tour la tenante du titre, la Serbe Bojana Jovanovski.

S’en suit la fameuse controverse Bakou. Ons Jabeur jette l’éponge face à la Polonaise, Magda Linette, alors qu'elle mène 6-3, 4-1. Le hic est qu’elle devait rencontrer l'Israélienne Shahar Peer. Pour certains, elle ne voulait pas croiser l’Israélienne pour des raisons politiques car leurs deux peuples étaient en froid depuis des décennies. Mais Jabeur est vite passée à autre chose.

… À la 31e place WTA

Le 27 octobre, elle balaie l’Américaine Coco Vandeweghe, en trois sets, à l’Open de Sagueney, au Québec. Puis elle conserve son titre en s’imposant, à domicile, devant la Russe Valeria Savinykh. En 2016, elle gagne l’Open de Daytona Beach aux États-Unis contre l’Ukrainienne Olga Fridman.

En 2017, la meilleure Africaine atteint le 3e tour de Roland-Garros. Elle est repêchée in extremis aux qualifications suite à son succès contre la Slovaque Dominika Cibulková. Du coup, la Tunisienne de 23 ans intègre pour la première fois le top 100 mondial.

Une grande fierté pour les fédéraux tunisiens mais une béatitude pour ses parents qui l’ont initiée au tennis. Un sentiment du devoir accompli pour avoir façonné la plus brillante tenniswoman de toute l’Afrique. Des parents exceptionnellement passionnés qui ont inculqué une discipline et une rage de vaincre à leur «bébé Ons». Mais aussi, son mari, Karim Kamoun, ancien escrimeur et, par ailleurs, son coach physique depuis 2015. Ons Jabeur vise toujours plus haut.

Au tournoi de Moscou en simple, elle dispute sa première finale du circuit WTA en 2018. En 2019, la reine du tennis africain réédite l’exploit de se hisser au 3e tour de l’US Open. En cette année 2020, elle enregistre 21 succès et concède 11 revers. Désormais, elle occupe la 31e position au classement WTA.

Objectif, le top 10 mondial

Avec un top sponsor, l'athlète de 26 ans travaille à atteindre son prochain objectif: «Une place dans le Top 10 mondial», confie la seule Africaine dans le Top 50 mondial. Cependant, elle a le potentiel pour aller chercher cette 10e place.

En constante progression depuis ses débuts, Ons Jabeur a été désignée deux fois meilleure sportive tunisienne de l’année. Par ailleurs, la fédération nationale continuer d’appuyer sa championne. La présidente Salma Mouelhi a ainsi souligné qu’Ons Jabeur effectue actuellement un stage de préparation de 30 jours à Monastir. Elle travaille avec un staff entièrement tunisien, soucieux d’élever davantage son niveau.

C'est de bon augure pour 2021 !

ABLAYE DIALLO

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation

SNA FLASH NEWS

MERCATO

SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram