fbpx
French VERSION

JO 2021 : les infos du lundi 2 août

Blessing Odorududu
La Nigériane Oborududu s'est qualifiée en finale en lutte libre

La revanche d'El-Bakkali au 3.000 m steeple

El Bakkali a été éblouissant sur le 3.000 steeple. Le natif de Fès a effacé avec brio sa déception de Rio lorsqu’il avait terminé au pied du podium. Le Maroc plaçait beaucoup d’espoir sur cet athlète. Et il n'a pas déçu ne remportant l'or à Tokyo.

«Je dédie cet exploit au Roi Mohammed VI et au peuple marocain qui a cru en mes capacités», a indiqué l’athlète marocain dans une déclaration à la presse à l’issue de son sacre en 8'08''90. Le natif de Fès a affirmé que la médaille d’or «est le fruit d’un travail qui s’étale sur plusieurs années, en particulier depuis les Jeux olympiques de Rio 2016». La 4e place obtenue en finale à Rio «a renforcé sa confiance de devenir un champion olympique».

Chioma Ajunwa, athlète transversale

Chioma Ajunwa a la particularité d’avoir été footballeuse puis athlète. Son parcours a inspiré de nombreux jeunes nigérianes. Médaillée d’or olympique en 1996, elle est d’ailleurs la seule femme à participer à une Coupe du monde de football et aux épreuves d’athlétisme aux JO.

Son coup d’essai, elle en a fait un coup de maître. En 1996 aux Jeux olympiques d’Atlanta, Chioma Ajunwa saute à 7,12 m lors de sa première tentative. Suffisant pour décrocher la médaille d’or. Elle entrait ainsi dans l’histoire. Sa passion pour le sport ne concernait pas seulement l’athlétisme. Puisqu’elle a été footballeuse professionnelle. Elle a même participé à la Coupe du monde en 1991. Mais, elle a décidé finalement d’arrêter. Selon elle, on ne lui donnait pas assez sa chance. Elle opte donc pour l’athlétisme.

Le Maroc inflige un KO à la DTN de boxe

Les autorités du Maroc en charge de la boxe n’ont pas été tendres avec la Direction technique nationale (DTN) de la discipline. Après l’échec aux Jeux olympiques de Tokyo, la Fédération a tout simplement dissout la Direction technique.

«Suite aux mauvais résultats réalisés aux JO de Tokyo qui étaient en deçà des prévisions, le bureau fédéral a tenu une réunion d'urgence»indique l'instance fédérale. Ce conclave fait en effet suite à l'appel du président de la FRMB. Et la réunion était consacrée à l'examen des causes ayant conduit à cet échec inattendu.

En vertu des prérogatives que lui confère l'article 24 des statuts, la FRMB a décidé, après un débat approfondi et avec l'approbation des membres du bureau fédéral, de dissoudre la DTN. «Y compris l'ensemble des cadres en charge des équipes nationales. En plus de geler toutes les activités, jusqu'à la tenue de l'assemblée générale ordinaire prévue en septembre prochain», ajoute la note.

La lutteuse égyptienne Samar Hamza tourne la page

Samar Hamza (26 ans) prend sa retraite. Elle a en effet décidé de se retirer, après son échec aux Jeux olympiques de Tokyo 2020. «Je suis Samar Hamza. J'ai commencé la lutte en 2013 à l'âge de 18 ans. J'ai participé au Championnat d'Afrique pour la première fois en 2014. J'ai remporté le championnat et gardé mon titre. Ce qui n'arrive pas en lutte féminine. Surtout dans la catégorie des 76 kg», écrit la combattante sur sa page facebook.

«Je suis fière de la lutte féminine et de ce que nous avons accompli. Nous avons aussi mis l'Égypte sur la carte du monde», ajoute ensuite la lutteuse.

Samar Hamza a notamment perdu contre la russe, Natalia Vorobyeva, (12-16) au 16e tour de la compétition de lutte féminine des 76 kg dans ces JO.

Le Sud-africain Wayde van Niekerk, la grosse déception

La finale du 400 m masculin des JO 2021 se déroulera, jeudi 5 août, sans le champion olympique en titre. Le Sud-africain Wayde van Niekerk, sacré en 2016 à Rio, au Brésil, ne s’est pas malheureusement qualifié. Il est donc arrivé cinquième de la troisième demi-finale de l’épreuve, ce lundi 2 août, avec un temps de 45’’14.

L’Afrique aura tout de même un représentant en finale du 400 m des JO 2021. Il s’agit du Botswanais Isaac Makwala, troisième de sa série et qualifié au temps grâce à un chrono de 44’’59.

La Nigériane Oborududu en finale en lutte libre

Blessing Oborududu s’est qualifiée pour la finale dames des moins 68 kg des JO 2021. Elle a surclassé (7-2) la Mongole Battsetseg Soronzonbold en demi-finale, ce lundi 2 août.

En finale, mardi 3 août, Oborududu affrontera l’Américaine Mensah-Stock. Cette dernière a pris le meilleur (10-4) sur l’Ukrainienne Cherkasova.

La Kényane Faith Kipyegon en demi-finales du 1.500 m

Ça passe facilement pour la médaillée d’or olympique en titre du 1500m féminin. La Kényane Faith Kipyegon a en effet, décroché son ticket pour les demi-finales à Tokyo au terme des qualificatifs. Elle a ainsi terminé, ce lundi, première de sa série avec un temps de 4'01''40.

Faith Kipyegon n’est pas toutefois la seule africaine qualifiée pour les demi-finales de cette épreuve. L’Ougandaise Nanyondo (2e de la série) sera aussi de la partie. Arrivée juste derrière la championne du monde 2017, cette dernière a réalisé un chrono de 4'02''24.

Les D’Tigress, sans gloire

La sélection féminine du Nigeria s’est inclinée (82-103) face au Japon, ce lundi 2 août, pour la troisième et dernière journée du groupe B. Les D’Tigress quittent ainsi les Jeux olympiques Tokyo 2021 sans la moindre victoire. Lors de leurs deux précédentes sorties elles ont été, en effet, dominées par les Etats-Unis (72-81) et la France (62-87).

Les D’Tigress, doubles tenantes du titre africain, remettront leur couronne en jeu du 17 au 26 septembre, au Cameroun. Les D’Tigers, pour leur part, champions sortants, tenteront le doublé au prochain Afrobasket, du 24 août au 5 septembre à Kigali, au Rwanda.

Jim CEESAY

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram