fbpx
French VERSION

JO 2021 : les infos du mardi 3 août

Egypte Handball
JO 2021 : l'Egypte (en rouge) a été la belle surprise en handball en se qualifiant en demi-finale

200m (F) : Christine Mboma porte haut la Namibie 

25 ans après Franckie Fredericks, la Namibienne Christine Mboma décroche donc la médaille d‘argent au 200m. A l’instar de son ainée, l’adolescente explose au passage le record d’Afrique de la distance.

Christine Mboma a fait sensation ce mardi 3 août sur la piste du stade olympique de Tokyo. Alors que la Jamaïcaine Elain Thompson a signé le deuxième 200m le plus rapide de l’histoire (19s53) derrière l’intouchable et controversée marque de Florence Griffith-Joyner (19s34 à Séoul 1988), la Namibienne de 18 ans réussit à suivre ce rythme effréné. Elle franchit ainsi la ligne d’arrivée en 19s81 et devient la première athlète africaine à descendre sous les 22 secondes.

Christine Mboma efface ainsi les 22s04 de la Nigériane Blessing Okagbare qui faisait office de record d’Afrique depuis le 24 mars d’Afrique. C’est une très belle revanche pour la Namibienne dont le record d’Afrique du 400m (48s54), réalisé au mois de juin 2021 n’a pas été ratifié par World Athletics. L’instance internationale lui interdit d'ailleurs de s’aligner désormais sur le 400m à cause de son hyperandrogénie. Elle est aussi la deuxième africaine à monter sur le podium du 200m aux JO, après la Nigériane Mary Onyali, troisième à Atlanta 1996 (22s38).

200 m (M) : Sibusiso Matsenjwa, le conte de fées se poursuit

Sibusiso Matsenjwa porte-drapeau de l'Eswatini

Eliminé pour faux-départ puis réintégré dans la dernière série, Sibusiso Matsenjwa a effectué un bon chrono au 200m. Il finit en 20s34, bat le record de son pays Eswatini et se qualifie en demi-finale. L’Eswatini fait partie des pays qui n’ont pas encore décroché de médaille olympique. Anciennement appelé Swaziland jusqu’en 2018, ce royaume situé en Afrique australe participe pourtant aux JO depuis 1972.

Ce n’est pas certain que le pays débloque son compteur à Tokyo. Mais l’Eswatini connait déjà une première grande émotion à ces JO. Son sprinteur Sibusiso Matsenjwa est, en effet, passé par tous les états ce mardi 3 août lors des séries du 200m. L’athlète de 33 ans est d’abord disqualifié pour faux-départ. Il était en effet dans la 3e série. Avant la fin des séries cependant, il sera réintégré dans la dernière où figurait notamment le favori Noah Lyles (Etats-Unis).

Saut en longueur : Ese Brume fait renaître le Nigeria

Ese Brume

Le Nigeria débloque son compteur dans ces Jeux olympiques. Il décroche ainsi sa première médaille  et elle est en bronze. C’est en effet la spécialiste de la longueur Ese Brume qui termine 3e de sa finale avec un bond de 6m97. La Nigériane, numéro 1 mondial avant d’arriver à Tokyo passe à 3 centimètres seulement de l’or olympique car Malaika Mihambo, vainqueur de l’épreuve a sauté 7m00.

Ese Brume confirme toutefois la tradition nigériane au saut en longueur. Après l’or de Chioma Ajunwa (1996) et l’argent de Blessing Okagbare (2008), elle prend donc le bronze en 2021.

Haltérophile : l'Algérien Walid Bidani enterre son rêve

Le Covid-19 continue de faire des victimes dans ces Jeux olympiques. Beaucoup d’athlètes testés positifs ont dû renoncer à leur rêve olympique. C’est notamment le cas de l'haltérophile algérien Walid Bidani. Ce dernier est en effet forfait. «Testé positif dès son arrivée à Tokyo en provenance d'Istanbul, l'Algérien avait été placé en quarantaine par les autorités nippones. Le dernier test effectué ce mardi (3 août) a révélé que l'athlète est toujours contaminé par le virus. Malheureusement, il ne pourra pas participer aux JO»apprend-on.

Bidani (27 ans) était en stage en Turquie. C’est à son arrivée au Japon qu’il a été déclaré positif ainsi que son entraîneur. Le Fennec qui devait s’aligner dans la catégorie des +109 kg, était attendu ce mercredi 4 août pour donc son entrée en matière.

Lutte libre :la Nigériane Oborududu s'incline en finale

Blessing Oborududu

Le Nigeria n’obtiendra pas son 4e titre de champion olympique de l’histoire ce mardi 3 août. La lutteuse, Blessing Oborududu, s’incline en effet en finale des moins de 68 kg. Elle perd (1-4) face à l’Américaine d’origine ghanéenne Tamyra Mariama Mensah. Après Ese Brume donc, le Nigeria remporte ainsi sa 2e breloque à ces Jeux olympiques. Le pays compte désormais 25 médailles olympiques depuis sa première participation.

Handball : L’Egypte en demi-finale

L’Egypte fait mieux que la 7e place obtenue à domicile aux championnats du monde de handball en début d'année. Les Champions d’Afrique en titre se qualifient en effet ce mardi 3 août pour les demi-finales des Jeux Olympiques. Ils viennent ainsi de battre l’Allemagne (31-26) en quarts. Ce jeudi 5 août face à la France, les Pharaons tenteront de décrocher une place en finale. Ce serait une première pour un pays africain car le continent n’a jamais décroché une médaille dans cette discipline aux JO. Par contre la France est l’une des meilleures nations de handball ces 10 dernières années. Les Bleus ont effet été champions en 2008 et 2012 et vice-champions en 2016.

800m (F) : Du jamais vu pour l'Afrique depuis 1992

Athing Mu

Pour la première fois depuis les Jeux olympiques de Barcelone, l’Afrique ne décroche aucune médaille au 800m dames. A Rio il y a cinq ans, les Africaines avaient pourtant fait une razzia avec Caster Semenya (or), Francine Niyonsaba (argent) et Margaret Wambui (bronze). Mais selon les nouvelles règles de World Athletics, toutes les trois ne peuvent plus concourir sur cette distance à cause de leur hyperandrogénie.

Il fallait donc s’attendre à une rude concurrence des autres continents. C’est finalement la jeune pépite américaine Athing Mu qui s’impose sans surprise en 1mn55s21. L’athlète de 19 ans a toutefois des parents sud-soudanais. La Britannique Keely Hodgkinson (1mn55s88) et l’Américaine Raevyn Rogers (1mn56s81) sont respectivement deuxième et troisième. La seule africaine de la course prend la 6e place. C’est l’Ethiopienne Alemu Habitam.

200m (M) : Fahnbulleh, nouveau roi du Liberia

Joe Fahnbulleh

Joseph Fahnbulleh trace sa route. Le sprinteur libérien, né aux Etats-Unis, se qualifie en finale du 200m. Le jeune athlète de 20 ans a enregistré un excellent chrono. Il a franchi la ligne d’arrivée en 19s99 en même temps que le Canadien Aaron Brown et l’Américain Noah Lyles. La photofinish les a départagés. Il prend ainsi la 2e place derrière le Canadien et devant l’Américain.

Joseph Fahnbulleh a, au passage, battu le record du Libéria sur la distance. Il devient le premier sprinteur du pays à courir le 200m sous les 20 secondes. Le Libérien sera malheureusement le seul représentant africain en finale. Les Sud-africain Anaso Jobodwana, Munyai et Shaun Maswanganyi, le Nigérian Divine Oduduru, le Ghanéen Amoah ainsi que le Swazi Sibusiso Matsenjwa passent tous à la trappe.

110m haies : Tous les Africains prennent la porte

Antonio Alkana

Antonio Alkana

Si la Nigériane Tobi Amusan a terminé au pied du podium du 100m haies, chez les hommes c’est une hécatombe au 110m haies. Tous les représentants africains viennent de sortir dès leur entrée en lice. Il y avait le Sénégalais Louis François Mendy, le double champion d’Afrique de la discipline Antonio Alkana (Afrique du sud), le Mauricien Jeremie Lararaudeuse et le Comorien Fadane Hamadi.

Boxe : le Ghanéen Takyi fait honneur à l'Afrique

Samuel Takyi

Jusque-là, les Africains enchaînaient les désillusions en boxe. Le Ghanéen Samuel Takyi a officiellement mis fin à cette bérézina. Il décroche, en effet, la médaille de bronze en poids plume. Il n’a pas réussi à se qualifier en finale face à l’Américain Ragan Duke, vainqueur (4-1). Cette breloque de Takyi est la 5e de l’histoire du Ghana aux JO (1 en argent, 4 en bronze). La première avait déjà été décrochée par la boxe. C’était en 1960 avec la médaille d’argent de Clément Quartey en poids super-légers. La Boxe a d’ailleurs rapporté 4 médailles au Ghana. L’autre est venue du football.

 1500m : Pas de doublé pour le Marocain El Bakkali

Quelques heures seulement après sa très belle victoire au 3000m steeple devant les Kényans, le Marocain Soufiane El Bakkali prenait le départ d'une série du 1500m. Mais le nouveau champion olympique n’a pas réussi son pari. Sans jus et visiblement rincé, il a laissé filer ses concurrents dès qu’ils ont appuyé sur l’accélérateur.

Il abandonne et ne se qualifie donc pas au prochain tour. L’Afrique aura cependant 7 coureurs en demi-finales : les Kényans Timothy Cheruiyot (3mn36s01), Abel Kipsang (3mn40s68), Charles Simotwo (3mn37s26), les Ethiopiens Teddese Lemi (3mn36s26), Samuel Zeleke (3mn41s63), le Marocain Abdelatif Sadiki (3mn36s23) et le Djiboutien Ayanleh Souleiman (3mn37s25).

Triple saut : oufff...le Burkinabé Zango passe

Hugues Fabrice Zango

Hugues-Fabrice Zango a-t-il gardé le meilleur pour la fin ? On l’espère vraiment car le Burkinabé a vraiment démarré très timidement sa compétition. L’athlète de 27 ans n’a, en effet, réussi aucun saut à 17m durant ses 3 essais en qualification ce mardi. Il a enregistré 16m83, 16m46 et 16m37 avec des planches presque parfaites toutefois. Il termine 5e de son groupe mais est 12e et dernier des qualifiés pour la finale ce jeudi 5 août. Autant dire qu'il a donné des frissons à tout le Burkina Faso qui compte sur lui pour décrocher la première médaille olympique du pays.

La rédaction

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
LES SPORTIFS AFRICAINS
LES CLUBS AFRICAINS
LES GRANDES COMPÉTITIONS
LES SÉLECTIONS NATIONALES
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram