Süper Lig turque : le top 3 des Africains de la saison

Aaron Boupendza, toutes griffes dehors

 

Son nom a fait le buzz tout au long de la saison. Car, Aaron Boupendza a alimenté la rubrique des performances de la Süper Lig turque. Personne ne s’attendait à le voir cartonner avec une constance insolente. Là où on épiait beaucoup plus, des buteurs racés et qui avaient déjà fini de mettre au pas les défenseurs du championnat turc comme Papiss Demba Cissé (Fenerbahce), 22 buts, deuxième meilleur artificier la saison dernière, ou le Camerounais Vincent Aboubakar de Besiktas.

Mais contre attente, c’est la Panthère qui surgit pour porter ses griffes dans presque toutes les défenses adverses. Aaron Boupendza (24 ans), c’est 22 buts (1 passe décisive) en 36 matchs avec Hatayspor (6ème, 61 points).  Personne n’a fait mieux que lui, offensivement. Normal alors qu’il remporte le titre de Soulier d’or.

International gabonais depuis 2016, le natif de Moanda, la ville minière du Gabon, s’était un peu perdu dans sa carrière professionnelle. Après ses débuts dans son pays en 2015 sous les couleurs de Mounana, Aaron Boupendza s’envole en France. Il signe à Bordeaux. Mais, son séjour en Gironde est plus que laborieux. L’attaquant du Gabon recule alors pour mieux sauter, ensuite. C’est ainsi qu’il sera prêté à PAU FC  (2018-2019), Ajaccio, Tours  et puis Feriense, au Portugal. Aaron Boupendza prend donc son destin en main et décide de signer chez le promu Hatayspor en début de saison. La suite, on la connaît.

Mame Biram Diouf, des jambes de 20 ans retrouvées

 

Mame Biram Diouf

S’il  n’était pas dans le même club (Hatayspor) qu’Aaron Boupendza, Mame Biram Diouf pouvait bien terminer comme Meilleur buteur de la Süper Lig. L’attaquant sénégalais a été décisif aussi, en Turquie. Avec 19 buts (5 passes décisives), l’international sénégalais a retrouvé ses jambes de 20 ans. Pourtant, certains clubs n’auraient pas mis un centime pour le recruter au regard de son âge (33 ans).

Mais Hatayspor, n’a pas trop regardé sur l’état civil de l’ancien joueur de Stoke City (Angleterre). Et  ses nouveaux dirigeants turcs ne l’ont pas regretté aujourd'hui. Diouf a été tranchant. Et a permis également à Hatayspor de terminer la Süper Lig à la 6ème place (61 points).

Ayant signé un contrat de deux  ans avec le promu, Diouf pourrait prolonger dans les jours à venir. Ou simplement trouver un meilleur club de standing comme Besiktas, Fenerbahce ou encore Trabzonspor.

Ghezzal, distributeur automatique des passes «D»

 

Il a survolé les débats cette saison en terme de passes décisives. Rachid Ghezzal a une fois de plus montré qu’il était celui qui sait casser les lignes, mettre sur orbite ses coéquipiers afin de trouver les filets des camps adverses. Avec 17 passes décisives et 8 buts marqués, l’Algérien a été le grand artisan du sacre de Besiktas cette saison. Comme un signe du destin, c’est lui-même qui marque le but du titre, le 15 mai dernier contre Göztepe (victoire par 2-1).

Prêté cette saison par Leicester City (Premier League anglaise), Besiktas pourrait jouer son va-tout pour offrir un contrat permanent à l’ancien  Lyonnais. Surtout que les «Eagles» auront besoin de ses  buts et passes «D», la saison prochaine, en Ligue des Champions.

Jim CEESAY

Jupiler League-Belgique : le top 3 des Africains de la saison

Paul Onuachu, Meilleur joueur de la Belgique

 

Âgé de 26 ans, l’international nigérian Paul Onuachu n’a cessé de briller cette saison avec son club de KRC Genk, en Belgique. Homme fort de la formation de John Van Den Brom (33 matchs joués sur 34), le Super Eagle a été en feu. Il a contribué aux nombreuses victoires de son club sur les différentes pelouses de la Jupiler Pro League. Meilleur buteur du championnat avec 29 buts, il a en effet posé beaucoup de difficultés aux défenses adverses.

Puissant et à l’aise techniquement, le géant nigérian (2,01m) a participé à 46% des buts marqués par sa formation, classée 4e du championnat belge. Avec ses 35 buts marqués, toutes compétitions confondues, Onuachu fait, en termes d’efficacité, mieux que la star égyptienne, Mohamed Salah. Le Pharaon a lui marqué 31 buts, toutes compétitions confondues avec Liverpool. Onuachu a d’ailleurs été sacré «Meilleur joueur de la saison» en Belgique.

Junior Fashion Sakala, l’indispensable

 

L’international zambien aura fait le bonheur du KV Oostende qui a terminé 5e en championnat. Né le 14 mars 1997, le jeune attaquant de 24 ans a été l’un des grands artificiers du club. Il a gagné la confiance de son entraîneur Alexander Blessin. Et Sakala le lui a bien rendu sur le terrain. Car, il est le meilleur le buteur (16 buts) du club cette saison, devant le Sénégalais, Matar Guèye, auteur de 11 buts.

Arrivé en 2018 au KV Oostende, Junior Fashion Sakala a fait ses débuts dans son pays natal, en Zambie. Il a en effet longtemps évolué avec son club formateur, le Nchanga Rangers (2007-2016) où il est passé par toutes les catégories. En 2017, il joue pour les locaux du Zanaco FC, mais, son passage dans cette formation de la première division zambienne sera de courte durée.

Junior Fashion Sakala s’envole ainsi pour l’Europe. Après une brève escale au FK Spartak Moscou, le jeune attaquant dépose ses baluchons au KV Oostende. Depuis, l’attaquant ne cesse de progresser. En fin de contrat en juin 2021, il devrait normalement prolonger avec son équipe. À défaut de trouver mieux.

Dieumerci Mbokani, l’inoxydable

 

Malgré ses 35ans, Dieumerci Mbokani fait encore parler la poudre du côté de la Belgique. L’international congolais est toujours aussi redoutable devant les buts. En 26 matchs joués avec son club le Royal Antwerp (2e du championnat), l’ancien joueur du TP Mazembe a claqué 11 buts et délivré 3 offrandes.

Dieumerci Mbokani avait débarqué libre au Royal Antwerp, lors de la saison 2018-2019. Ancien joueur du Dynamo Kiev, l’international congolais (40 sélections, 18 buts) a en effet, vite pris ses marques dans sa nouvelle formation. Trentenaire, il avait fini la saison 2019-2020 avec 18 buts, faisant de lui le meilleur buteur du championnat.

Cette année a été certes moins prolifique pour le joueur, mais son expérience et son sens du but ont beaucoup aidé Antwerp tout au long de la saison.  Il sera en fin de contrat en juin 2021.

Jules DIA

Ligue 1: le top 3 des Africains de la saison

Gaël Kakuta, l’homme providentiel du RC Lens

Avec ses 11 buts et 5 passes décisives en 34 matches joués, Gaël Kakuta a été l’homme providentiel du RC Lens. L’attaquant congolais a contribué à la belle saison des Sang et Or, septièmes de Ligue 1. Pas mal pour un promu. Son implication dans les performances des Nordistes lui a valu, le prix Marc-Vivien Foé, qui récompense le meilleur footballeur africain de la Ligue 1 française.

Après avoir fait le tour de 11 clubs européens, entre l’Espagne, l’Angleterre ou encore les Pay-Bas, Gaël Kakuta a finalement trouvé la stabilité dans son club formateur. À 29 ans, il a tardé à exploser, alors qu’on lui prédisait les sommets, il y a une décennie.

Longtemps pisté par les Léopards, Gaël Kakuta, finira par honorer sa première sélection avec la RD Congo, en mars 2017. Aujourd’hui, le récent vainqueur du prix Marc Vivien Foé compte 9 sélections avec 1 but au compteur. Sous les couleurs lensoises, cette saison reste la plus belle de sa carrière.

Andy Delort, le revenant

 

La saison 2020–2021 de Montpellier porte la marque d’un homme : Andy Delort. Les statistiques du joueur parlent d’elles-mêmes : 15 buts, 9 passes décisives. La détermination et le fort caractère du joueur auront été déterminants pour sa formation, tout au long de l’année.

Né le 9 octobre 1990, Andy Delort a été formé à Sète. Mais il se révèle avec Tours FC, club avec lequel, il est nommé meilleur joueur de la Ligue 2 en 2013-2014. Il découvre la Ligue 1 en 2015-2016, sous les couleurs de Caen. Le puissant attaquant va passer par la suite, par plusieurs clubs avec notamment un passage au Mexique avec les Tigres, en 2016-2017.

Doté d’un bon jeu de tête, d’une bonne technique balle au pied et d’une lourde frappe, l’attaquant a longtemps hésité avant de rejoindre tardivement la sélection algérienne. C’était en 2019. Chanceux, il gagnera cette année même, la Coupe d’Afrique des Nations avec les «Fennecs». Dauphin de Kakuta pour le prix Marc Vivien Foé, décerné par RFI et France 24, Andy Delort a épaté les fans héraultais pendant 9 mois

Reinildo Mandava, l’infranchissable

 

 

Le récent champion de France n’est pas le joueur le plus clinquant de la Ligue 1. Mais, il a été important pour sa formation de Lille, cette saison. Très serein, l’international Mozambicain est l’un des tauliers de la défense lilloise.

Homme de confiance de Christophe Galtier, Reinildo Mandava (29 matchs) est un mur infranchissable sur son côté gauche. Il a ainsi, grandement contribué, au sacre du LOSC.

Né à Beira au Mozambique, le défenseur de 27 ans débute sa carrière dans le club local de Ferroviario da Beira en 2012. En janvier 2019, il débarque à Lille en prêt, après être passé par le Benfica, au Portugal en 2015. La même année, le club lève son option d’achat. Un bon choix pour Lille. Car, son solide défenseur reste l’une des meilleures satisfactions de l’équipe nordiste cette saison. Il fait d’ailleurs partie du 11 type de la Ligue 1.

Jules DIA