fbpx
LIVE
[get-live-match-number]

MATCHS DU JOUR 6

13H00 Patronage Sainte-Anne - FC Kondzo
15H00 JS de Talangaï - Diables Noirs
15H30 CO Korhogo - Société Omnisports de l'Armée
18H00 Entente sportive du Bafing - Académie de Football Amadou Diallo de Djékanou
16H00 Lafia Club de Bamako - US des Forces Armées et de Sécurité de Bamako
18H00 Djoliba AC Bamako - US Bougouni
, ,

Boxe-Guinée : Mamadou Samba Barry, sur les traces de son glorieux père

Mamadou Samba Barry, fils de l’illustre Bella Sadio Barry, double champion d'Afrique de boxe chez les Welter, a aussi décidé d’enfiler les gants pour monter sur les rings et entretenir la flamme. Cependant, même si le boxeur essaie tant bien que mal de se sortir de ce carcan, avec notamment 11 médailles obtenues chez les moins de 81 kilos tant sur le plan local que sur la scène continentale, il reconnaît que l’héritage laissé par son paternel n’est pas facile à traîner.

De notre correspondant en Guinée

Samba Barry, sur les traces de son illustre père.

Chez les Barry, la boxe est un héritage. Après les succès du père, l’illustre Bella Sadio Barry (double champion d’Afrique chez les Welter), c’est au tour des enfants d’enfiler les gants. Dans la fratrie, trois des huit garçons ont décidé de suivre les traces du père avec plus ou moins de réussite. Mamadou Samba Barry l’aîné de la fratrie en est devenu l’éclaireur. S’il n'a pas eu la chance d'assister aux exploits de son paternel sur les rings, c’est à travers les récits des exploits de ce dernier, racontés par des proches, qu'il a commencé à s’intéresser à la pratique de cette discipline.

11 médailles, dont 10 sur la scène internationale

Un amour qui atteindra son paroxysme un après-midi de novembre 1998. Samba Barry se remémore : « Le 11 novembre 1998 alors que mon papa était détenu à la maison centrale de Conakry, je lui ai apporté son repas. A mon retour, arrivé sur l’esplanade du stade du 28 septembre, voyant le monde converger vers le stade, je demande ce qui se passe et là, on me dit qu’il y a un combat de boxe. Et il mettait aux prises Lansana Béa Diallo (actuel ministre des sports, ndlr) à Rob Bleakly pour le titre de champion intercontinental IBF », explique Samba Barrry, avant de poursuivre : « Je décide de faire un crochet. N’ayant pas les moyens pour me procurer le billet, j’ai escaladé le mur et je me suis accroché à un lampadaire pour suivre le combat. Le tout en étant aspergé de gaz lacrymogène par les forces de maintien de l’ordre déployées sur les lieux. Depuis lors, j’ai pris la décision de pratiquer cette discipline et cela quoi qu’il arrive. C’est comme ça que je me suis lancé dans le grand bain. »

Et cette envie et cette détermination le poussera hors des frontières guinéennes pour prendre part à des tournois et collectionner des médailles. En tout, il obtiendra 11 médailles dont 10 sur la scène internationale en boxant en mi-lourds (-81 kilos). « J’ai remporté 11 médailles en tout. 3 en or, 4 en argent et 4 en bronze. Parmi ces médailles, une seule a été remportée sur la scène nationale. Les 10 autres c’est sur la scène internationale. Ma première médaille d’or internationale, c’était lors du tournoi de la zone 2 je l’ai obtenu en 2006 en Sierra Leone. En 2008 à Bamako (Mali) j’ai eu une médaille d’or toujours lors du tournoi de la zone 2. Et en Gambie aussi j’ai eu une médaille d’or toujours lors du tournoi de la zone 2 », explique Samba Barry.

Un héritage difficile à porter

Être le fils d’un champion de la trempe de Bella Sadio Barry n’est pas facile à porter sur les épaules, reconnaît le boxeur. « Les gens s’attendent toujours à ce que vous gagnez. Vous traînez une réputation et cela devient une pression supplémentaire », admet Samba Barry. Pour atteindre les sommets et chercher à maintenir la flamme familiale, aucun sacrifice n’est de trop, argumente Samba Barry. En 2008 alors qu’il est à Bamako pour le tournoi de la zone 2, le jeune boxeur va vivre un évènement inattendu qui va le marquer, au point de devenir une source de motivation supplémentaire.

Il raconte : « Un jour, j’étais parti à Bamako (Mali) pour un tournoi. Deux anciens boxeurs, un Sénégalais et un Malien, qui avaient combattu avec mon papa m'ont vu. Dès qu’ils ont vu ma façon de combattre, ils m’ont approché et demandé qui est mon père. Je leur ai dit que je suis le fils de Bella Sadio. Ils m’ont parlé du grand champion qui est mon papa et tout ce qu’il représente dans le monde de la boxe aussi bien sur le plan local que sur la scène continentale. Savoir que les gens ont autant d’estime pour mon papa hors des frontières de la Guinée pour tout ce qu’il a fait, cela m’a réconforté et donné une motivation supplémentaire. »

Lire sur le même sujet : Boxe-Guinée-Bella Sadio Barry : une légende vivante guinéenne aux oubliettes

Atteindre les sommets n’est pas chose aisée dans cette discipline surtout en Guinée où il y a un manque criard d’infrastructures et de politique sportive. Face à ces difficultés ce boxeur margi-chef de la gendarmerie a failli tout abandonner « J’ai toujours l’amour de la boxe mais vu certains agissements, j’avais décidé de me retirer de la boxe. Actuellement si j’ai l’opportunité de pratiquer la boxe professionnelle je suis prêt à relever ce challenge » révèle Samba Barry.

Remporter une médaille Olympique

En dépit de ses 11 breloques (3 en or) principalement obtenues sur la scène continentale (10 médailles), Samba Barry rêve plus grand. « Mon plus grand rêve, c’est de dépasser mon papa qui est un illustre champion », confie t-il. Avec en ligne de mire les Jeux Olympiques. Il caresse le rêve de remporter la première médaille olympique de l’histoire de la Guinée. « Je rêve d’obtenir une médaille d’or olympique. J’ai participé à des tournois de qualification à trois reprises en Namibie, au Maroc et au Botswana. Une fois que j’aurais une médaille olympique je serais satisfait », dit Samba Barry. Et pour cela les Jeux Olympiques de Paris 2024 sont dans le viseur du boxeur guinéen.

Comme le père qui avait intégré l’armée et gravi les échelons jusqu’à atteindre le grade de capitaine, Mamadou Samba Barry est margi-chef dans la gendarmerie nationale. Comme pour dire que chez les Barry tout se transmet. Avec les trois frères qui suivent les traces du paternel Bella Sadio Barry, la flamme de la boxe ne risque pas de s’éteindre de sitôt dans cette famille.

Mamadou Gongorè DIALLO

Auteur

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
ÇA BOUGE SUR LES RÉSEAUX

🇬🇭 Le Ghana est déjà à la recherche d’un nouveau sélectionneur

🔗 https://sportnewsafrica.com/breve/ghana-otto-addo-et-les-black-stars-cest-officiellement-termine/

#SNA

🇲🇦 En conférence de presse d’avant-match, Walid Regragui a mesuré l’ampleur de la rencontre entre son équipe et l’Espagne 🗣️: «C’est le match le plus important de notre histoire.»

🔗 https://sportnewsafrica.com/breve/mondial-2022-regragui-on-peut-entrer-dans-lhistoire/

#sna #fifaworldcup #qatar2022

✅ Un gros boost pour la suite de la compétition de la Seleçao !

🔗 https://sportnewsafrica.com/breve/mondial-2022-bresil-neymar-de-retour/

#SNA #fifaworldcup #qatar2022

🇲🇷 Les Mourabitounes locaux affronteront notamment l’Algérie en amical dans leur préparation.

🔗 https://sportnewsafrica.com/breve/chan-le-programme-de-preparation-de-la-mauritanie/

#SNA #CHAN2023

Load More...
SUIVEZ-NOUS SUR :
chevron-right
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram