fbpx
, ,

Mondial 2022-Maroc : les regrets de Nice qui aurait pu recruter Bounou à 18 ans

Formé au Maroc, Yassine Bounou se régale et éblouit en Liga. Mais le portier de 31 ans aurait pu jouer en France, à Nice. L’ancien directeur sportif du club du Sud de l’Hexagone revient sur cet épisode.

Morocco's goalkeeper Yassine Bounou stops a penalty shot by Spain's Sergio Busquets during a penalty shootout of the World Cup round of 16 soccer match between Morocco and Spain, at the Education City Stadium in Al Rayyan, Qatar, Tuesday, Dec. 6, 2022. (AP Photo/Francisco Seco)
Yassine Bounou

Le Maroc, fort imprenable durant ce Mondial, on le doit en grande partie à Yassine Bounou. Le portier des Lions de l’Atlas multiplie les arrêts décisifs. Il n’a d’ailleurs encaissé qu’un seul but depuis le début du tournoi. Ses prouesses font le tour du globe et l’affirment parmi les meilleurs à son poste. De quoi donner des idées à certains clubs pour le recruter, mais aussi des regrets à d’autres qui ont laissé passer leur chance. C’est notamment le cas de l’OGC Nice. Le club français avait en effet une sacrée occasion de l’enrôler. C’est ce qu’explique Eric Roy, ancien directeur sportif de Nice.

Lire aussi : Mondial 2022 : le Sénégal divisé par l’affiche Maroc-France

« C’était à l’époque où j’avais pris mes fonctions de directeur sportif en 2009-2010. De par mon réseau, on m’avait indiqué ce jeune gardien au Maroc qui avait des qualités, un potentiel à développer. J’avais beaucoup parlé avec son papa. Il ne faisait peut-être pas le travail spécifique pour sa progression et on avait convenu de le faire venir, je crois même avant ses 18 ans, au club. Donc on l’a eu quelques mois au centre de formation, avec les éducateurs, notamment Thierry Malaspina qui était à l’époque l'entraîneur du centre. Il a eu aussi Hugo Lloris a un moment donné et d’autres sortis du centre de formation de l’OGC Nice, qui a été un centre très prolifique sur ce poste-là », a d’abord renseigné Eric Roy sur Bounou, au micro de RMC.

«Toujours des regrets d’avoir laissé passer un bon joueur »

Après un essai, Yassine Bounou a convaincu de par ses qualités. Toutefois, le club azuréen avait à l’époque David Ospina dans ses buts. Par ailleurs, Nice voulait surtout miser sur les gardiens de son centre de formation, avec notamment un certain Hugo Lloris, actuel portier de la France, qui commençait à pointer le bout du nez. Finalement, le Marocain a fait son chemin ailleurs, notamment parce qu’à l’époque, Nice n’avait pas les moyens de le garder.

« Il y a toujours un peu de regret d’avoir eu un garçon sous la main et qu’il n’y ait pas eu d’unanimité. Certains croyaient vraiment en lui et d’autres un peu moins. Après quand tu es décisionnaire tu es obligé de faire le tri dans tout ça, par rapport à l’impact financier aussi. Tu as toujours des regrets d’avoir laissé passer un bon joueur, surtout qu’il était très attaché à Nice. (…). Il (Yassine Bounou) s’est aussi acclimaté pendant plusieurs mois au football de haut-niveau dans le travail spécifique du poste qu’il faisait un petit peu moins au Maroc donc on lui a mis un peu le pied à l’étrier et c’est vrai que quelque part il avait déjà une petite formation en passant par chez nous avant d’aller à l’Atlético, le club qui l’a fait signer quelques mois plus tard ».

Pas sur néanmoins que Yasssine Bounou ait des remords puisqu’il a ensuite connu l’Atlético Madrid avant d’aller à Saragosse ou encore Girona. Surtout, depuis 2019, il régale avec Séville où il a gardé les cages pendant 120 rencontres. En Andalousie, il a remporté l’Europa League et a été meilleur gardien de Liga la saison dernière.

SNA vous en dit plus !

Pas de recommandation
SPORTNEWSAFRICA,
LA RÉFÉRENCE DU SPORT EN AFRIQUE
TOUS LES SPORTS
SUIVEZ-NOUS SUR :
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram