Basket - Sénégal / Saison 2019 -2020 : Le Bureau fédéral annule tout et se projette sur 2021

Réuni ce mercredi, le Bureau de la Fédération sénégalaise de basketball (FSBB) a décidé d'annuler de la saison 2019-2020. Toutefois, cette décision devra être entérinée par le Comité directeur.

Pour la première division, le Bureau fédéral a adopté les mesures suivantes : « L’arrêt définitif du championnat de D1 pour cas de force majeure lié à la pandémie de la COVID-19; la non attribution de titre de champion et la non relégation; les mutations ainsi que les prêts restent valables pour la saison sportive 2020-2021; la possibilité pour chaque club de protéger dix joueurs dont les mutés quel que soit le nombre de matchs joués; les frais de réaffiliation, engagement et de carte du président de club sont acquis à la Fédération en raison des dépenses effectuées par cette dernière pour l’organisation des journées de championnat déjà jouées. Le championnat de D1 démarrera le 7 novembre 2020 », lit-on dans le communiqué.

L’ASC Ville de Dakar (filles) représentera le Sénégal car son titre de Champion de la saison sportive 2018-2019 lui permet de participer au Championnat de la Coupe d’Afrique des Clubs champions pendant deux années consécutives. L’AS Douanes (garçons) disputera la BAL 2020-2021, si l’édition 2019-2020 n’est pas organisée.  Mais, si l’édition 2019-2020 est organisée, la FSBB déterminera une formule pour désigner le représentant du Sénégal à la deuxième édition de ladite compétition.

Début de la D2 en janvier 2021…

La FSBB décide de ne pas faire jouer la saison sportive 2019-2020 de la D2.  Les mutations et les prêts restent valables pour la saison sportive 2020-2021. Les prêts prennent fin, par conséquent les joueurs prêtés retournent dans leurs clubs respectifs.  Les clubs ont la possibilité pour chaque club de recruter de nouveaux joueurs, conformément à la réglementation en vigueur.  Les frais de réaffiliation, d’affiliation et d’engagement et de la carte du Président de Club payés pour la saison 2019-2020, restent valables pour la saison 2020-2021.  La date de démarrage du championnat de D2 est prévue le 09 janvier 2021.

Enfin, le Bureau a annulé l’édition 2019-2020 de la Coupe du Sénégal.  Les équipes ne s’étant pas engagées lors de la saison 2019-2020, peuvent le faire pour la saison 2020-2021. Les licences des joueurs, des administratifs, des entraîneurs et des arbitres sont caduques et devront être renouvelée pour la saison 2020-2021. Les frais de mutation seront payés après validation des présentes mesures par le Comité directeur.

Victor BAGAYOKO

Basket- Sénégal : La saison 2019-2020 annulée ce mercredi ?  

Le Bureau de la Fédération sénégalaise de basketball se réunit ce mercredi, dans ses locaux au stade Marius Ndiaye, pour statuer sur la fin de la saison 2019-2020 qui pourrait être annulée selon certaines sources.

A l’arrêt depuis le 14 mars, la saison de basket 2019-2020 ne devrait pas reprendre, si la Fédération sénégalaise de basket applique les recommandations de la Direction technique nationale et surtout de la Commission médicale, favorables à une annulation de toutes les compétitions nationales. « La Direction technique avait lancé des consultations auprès des techniciens locaux qui étaient presque tous d’accord pour un arrêt. Charles Kinkpe, le président de la Commission médicale, est dans la lutte contre la Covid-19 et donc plus informé. Car sa structure sanitaire, l’Ordre de Malte accueille des malades du coronavirus. L’autre facteur est que les joueurs viennent de l’intérieur du pays et les déplacements ne sont pas autorisés », renseigne une source fédérale.

Le Bureau fédéral se réunit ce mercredi pour étudier les différents rapports et prendre une décision qui sera soumise au Comité directeur pour validation.

Les deux championnats masculin et féminin ont été arrêtés après 5 journées. La D1 masculine regroupe 16 clubs contre 14 pour celle féminine.

Pour rappel, l’AS Douanes (garçons) et Ville de Dakar (filles) avaient réalisé le doublé Coupe et Championnat lors de la saison 2018-2019.

Victor BAGAYOKO

Basketball - Mauritanie : La balle orange peine à "rebondir"

Le basket-ball, une discipline qui nous a valu de réelles satisfactions nationales et continentales, dans le passé (1970-80), n’existe plus que de nom.

Deuxième discipline pratiquée après le football en Mauritanie, la balle orange peine à retrouver son lustre d’antan. Présidé de main de maître par Ndiaga Dieng l’ancien président, après plus d’une vingtaine d’années de règne, le basket  n’a connu un changement de mains, qu’en 2016. Dirigée maintenant par un ancien capitaine de l’équipe nationale des années 80, Fall Youssouf, la discipline tente un redécollage qui tarde, encore. Mais, les espoirs sont permis.

En dépit d’un engouement des jeunes pratiquants et du volontarisme des cadres sportifs et administratifs, les conditions de sa pratique à une grande échelle laissent toujours à désirer, faute d’implication des pouvoirs publics et des sponsors. L’absence des infrastructures adaptées dans les régions et d’une salle de Basket-ball à Nouakchott permettant la tenue de rencontres internationales constituent ainsi un frein pour sa renaissance.

« Nous n’avons qu’un seul terrain d’entrainement pour tous les clubs de la capitale (5 clubs), fait remarquer un adepte de cette discipline». « Les conditions sont difficiles, puisqu’il faut venir très tôt pour pouvoir s’entrainer, au risque de trouver le site déjà occupé », fulmine-t-il !

« L’arrivée de la nouvelle fédération a donné un peu plus de crédit à la discipline sur beaucoup de plans, mais au niveau de la pratique, c’est toujours le statu quo». « Sachez que ce n’est qu’après 56 ans d’existence que la FBBRIM se dote enfin en 2019 d’un siège social fonctionnel », éclaire-t-il.

En Mauritanie, les pouvoirs publics et les sponsors doivent mesurer mesurer l'importance du sport dans le développement du  pays.

« Il est du devoir des autorités de construire des aires de jeu et aux opérateurs nationaux d’accompagner l’effort des dirigeants sportifs et surtout pour cette discipline qui nous a valu de réelles satisfaction dans la passé », clame, un ancien basketteur reconverti en arbitre.

A Nouakchott et l’intérieur du pays, les infrastructures sont en état de délabrement ou encore inexistantes et ne permettent pas la pratique de la discipline. Le temple du basket , où se déroulent les matchs officiels (ancienne maison des jeunes) est déserté du fait de sa vétusté et dans les départements, il y a un manque criant de terrains de basket.

« Personne ne vient au secours du basket et la volonté politique est inexistante. Ceci, ne nous facilite pas la tâche pour développer une discipline qu’on aime tant », s’offusque Ablaye Ly, un ancien international devenu entraineur. Et, d’ajouter : « Nous avons des techniciens de renommée, mais nous ne possédons pas d’infrastructures permettant aux nombreux jeunes de pratiquer leur discipline dans de bonnes conditions.

En attendant la fin de la crise sanitaire mondiale, les responsables de la balle au panier font comme ils peuvent avec un nouveau président qui vient de rempiler pour un second mandat (2020-2024) et qui croit dur comme du fer, à un redécollage de cette discipline qu’il avait pratiquée dans le passé.

Reprise de la saison NBA: Juillet, dernier espoir pour Silver

Les responsables de la NBA étudient toutes les possibilités pour reprendre la saison d’ici la 2e semaine du mois de juillet. Mais il y a toujours beaucoup d’incertitude.

Inimaginable que ce serait un virus dont le foyer d’origine se trouve à Wuhan en Chine, pays rival et regroupant le plus grand nombre de fans de basket dans le monde, qui allait freiner la NBA! Très taquin, le géant français, Rudy Gobert, a crânement touché les micros et dictaphones des journalistes lors d’une conférence d’après-match pour être le premier joueur de la NBA testé positif à la Covid-19, quelques jours après.

R. Gobert, patient zéro de la NBA

Face au coronavirus, la Ligue nord-américaine de basket a été obligée de se confiner. En mars, le grand manitou de la NBA, l’avocat et commissaire de la NBA, Adam Silver décide de suspendre toutes les compétitions. « Notre  ligue préférée est aujourd’hui à l’arrêt à cause de ce maudit COVID-19, qui a officiellement fait son entrée en NBA quand notre Rudy Gobert national a été testé positif au virus. Évidemment, on va pas mal parler de Rudy dans cet Apéro, parce que le Frenchie est étroitement lié à tout ça, notamment à travers son comportement maladroit qui a beaucoup fait réagir. Mais dans cet Apéro, on va aussi essayer de se projeter un peu pour voir comment cette situation inédite peut évoluer, en espérant évidemment que la NBA puisse reprendre dans un futur pas trop lointain ».

Silver n’a pas eu tort car plusieurs franchises ont été touchées. Coéquipier de Gobert, Donovan Mitchell a été testé positif. Les Pistons de Detroit, les Nets de Brooklyn, les Nuggets de Denver, les Celtics de Boston, Les Philadelphie Sixers et Los Angeles Lakers ont eu des cas positifs. Seulement, le secret est bien gardé, les noms des joueurs n’ont pas souvent fuité dans la presse.

Une reprise à huis clos en juillet ?

LeBron James, la star des Lakers

Le 9 mai dernier, Adam Silver annonçait plusieurs pistes pour la reprise: jouer le reste de la saison dans une seule ville avec une prise de décision en juin, maintien du format actuel des play-offs (série de 7 matches), supprimer le reste de la saison régulière et les play-offs pourraient ainsi se tenir à Orlando ou Las Vegas, enfin finir la saison à huis clos.

Le 15 mai dernier, le meneur d’Oklahoma City et président du syndicat des joueurs, Chris Paul, confiait que ses pairs avaient hâte de retrouver le terrain. « Il y a beaucoup de discussions difficiles qui doivent avoir lieu, de décisions difficiles (qui doivent être prises). Mais, le plus important, c'est que les matches nous manquent. [...] Nous voulons jouer. [...] Mais évidemment, nous voulons que ce soit dans des conditions aussi sûres que possible », a déclaré Paul dans la presse.

Adam Silver devrait prendre une décision au plus tard le 12 juin. Et si la reprise est actée, les équipes auront au moins trois ou quatre semaines de training camp. De ce fait, la saison pourrait redémarrer dans la 2e semaine de juillet. Pour le moment, il n'y a rien d’officiel et les joueurs sont dans l’incertitude totale.

Pape SARR

Africains de la NBA : Les Lions Indomptables toutes griffes dehors !

Si la NBA est remplie d’Afro-Américains, elle est aujourd’hui le lieu d’expression d’une vague de jeunes Africains qui essaient de suivre les pas de leurs devanciers comme Hakeem Olajuwon ou encore Dikempe Mutombo.

Plus d’une trentaine de basketteurs africains sont engagés dans la Ligue pour cette saison 2019-2020. Tous sont décisifs à leurs postes, dans des rôles bien définis au sein de leurs franchises. Difficile donc d'établir un Top 5 dans cette botte de talents. Mais si notre classement tient compte des statistiques des joueurs qui montrent une constance cette saison, alors il sera composé de: Paskal Siakam (Raptors Toronto), Joel Embiid (Philadelphie Sixers), Gorgui Sy Dieng (Minnesota / Memphis), Bismack Biyombo (Hornets de Charlotte) et Josh Okogie (Minnesota).

Siakam, leader du top 5 

Pascal Siakam

Le Camerounais de 25 ans dispute sa 4e saison NBA et il a fini par s’imposer comme leader technique des Raptors depuis le départ de Kawhi Leonard. En 2018-2019, il est élu joueur ayant le plus progressé (MIP), grâce à ses performances et le titre de champion avec Toronto. Pour son 1er «All Star», il faisait partie du 5 majeur de l’Equipe de Giánnis Antetokoúnmpo, Nigérian d’origine qui joue pour la Grèce. Pascal Siakam est parmi les 50 meilleurs performers de la Ligue. Il occupe la 17e place avec des stats fort appréciables en 53 matches joués : moyenne de 36 minutes par match; 23,9 pts; 3,6 passes et 7,5 rebonds. Son équipe, Toronto est 2e de la Conférence Est.

Joel Embiid, changement de mentalité attendu

Joel Embiid

L'autre Camerounais de ce Top 5 est l'un des meilleurs basketteurs de la Ligue. Sur le terrain, c’est une véritable bête et étale toute sa classe. C’est un joueur complet, capable de dribbler, de tirer dans ou en dehors de la bouteille, d’où sa place dans le top 50 des meilleurs performers de la saison en cours. Deux fois All Star, le joueur de 26 ans totalise 44 matches disputés, une moyenne de 30 minutes par match; 23,4 pts; 11,8 aux rebonds et 3,1 de passes décisives. Présent en NBA depuis 2014, Embiid doit juste progresser au niveau de la mentalité pour être parmi les plus dominants de la Ligue à l’image de Giánnis Antetokoúnmpo ou encore LeBron James. Les Sixers sont 6e de la Conférence Est.

Gorgui Dieng, le doyen

Gorgui Sy Dieng

A 30 ans, Gorgui Sy Dieng a toujours su saisir sa chance malgré son faible temps de jeu à Minnesota. Après six saisons sous le maillot des Wolves, il rejoint Memphis lors de la dernière NBA Trade. Ce qui sonne comme un souffle nouveau dans sa carrière. Gorgui est 30e du top 100 des meilleurs contreurs avec une moyenne de 1 par match. Il occupe aussi la 68e place des meilleurs rebondeurs avec une moyenne de 5,8 par match. Cette saison, il a disputé 58 matches (12 avec Memphis), soit 18 minutes par match; 7,4 pts, 5,8 aux rebonds et 1,2 passes décisives. Gorgui Sy Dieng dispute sa 7e saison NBA. Son équipe, Memphis, pointe à la 8e place de la Conférence Ouest.

Okogie, un diamant à polir…

Josh Okogie Minnestoa

Josh Okogie fait partie des jeunes joueurs africains qui montent en puissance. L’international nigérian s’est offert une place dans l’effectif des Wolves de Minnesota, grâce à ses bonnes prestations et statistiques, malgré ses maigres apparitions: 25 matches sur 64 disputés; 8,6 pts de moyenne; 4,3 aux rebonds et 1,3 pour les passes décisives.

Bismack Biyombo, le recordman

Bismack Biyombo

En neuf ans de présence en NBA, le Congolais Bismack Biyombo est considéré comme un simple joueur de devoir et c’est le rôle qui lui est confié dans ses équipes. A Charlotte, il sort souvent du banc pour apporter sa contribution. Malgré son faible temps de jeu, 19 minutes par match (53 rencontres disputées), il tourne avec une moyenne de 7,9 pts; 5,8 aux rebonds et 0,9 passes décisives. A 27 ans, il a encore le temps de progresser et d’exprimer tout son talent.

Embiid privera-t-il Siakam d’un doublé ?

Le basket est un sport où la constance et la régularité sont très importantes surtout quand on veut marquer l’histoire. Champion 2018-2019 avec les Raptors Toronto, Paskal Siakam voudra conserver son titre et surtout viser le titre de MVP des Finals, si la saison reprend évidemment.

Son compatriote, Joel Embiid voudra oublier son élimination en demi-finale de Conférence Est par Toronto. Il essaiera de franchir ce stade de la compétition, afin de décrocher un premier titre NBA.

Toutefois, les défis seront opposés pour Gorgui Sy Dieng, Bismack Biyombo et Josh Okogie. Ces derniers sont dans des franchises qui visent juste une place en play-offs. Et c’est Memphis et Gorgui Dieng qui sont bien partis en occupant la 8e place de la Conférence Ouest, tandis que Okogie et Minnesota sont 14e. Biyombo et Charlotte sont 9e à l’Est.

Un été tranquille…

En cette période de crise sanitaire, les joueurs essaient de garder la forme pour répondre présents en cas de reprise. L’après-Covid sera plus ou moins tranquille sur le plan international, car certaines compétitions ont été repoussées à 2021. C’est l’exemple du tournoi de qualification olympique, où Gorgui Sy Dieng et le Sénégal sont qualifiés. Les Jeux Olympiques se tiendront du 23 juillet au 8 août 2021. Okogie sera donc en vacances, car le Nigeria est qualifié directement aux JO. Biyombo, Embiid et Siakam ne sont pas concernés par le TQO.

Prévue en novembre, la première fenêtre des éliminatoires de l’Afrobasket masculin pourrait être aussi repoussée à février 2021. En général, les joueurs NBA ne prennent pas part aux éliminatoires de l’Afrobasket. Ils sont laissés à la disposition de leurs franchises. Dernièrement, Paskal Siakam a annoncé son désir de jouer pour le Cameroun, alors que Joel Embiid ne s'est pas encore décidé.

Pape SARR

Charles Bado: «Je viens pour arracher la présidence de la Fédération Burkinabè de Basketball»

Ancien basketteur, ancien secrétaire général de la Fédération burkinabè de basketball (FEBBA) entre 2012 et 2016, Charles Bado est candidat à la présidence de la FEBBA pour le mandat 2020-2024. Dans cet entretien exclusif à Sport News Africa, il revient sur ses motivations et ses projets pour le basket burkinabè.

 SNA : Vous êtes candidat déclaré à la présidence de la Fédération burkinabè de basketball. Qu’est-ce qui motive cette décision?

Charles Bado : Je pense que ce n’est un secret pour personne, le basket burkinabè n’est pas au meilleur de sa forme en ce moment. Vu la situation, j’ai tout simplement décidé de prendre les devants afin d’organiser la reconstruction d’un édifice que nous, amoureux du basket, avions mis du temps et de l’énergie à bâtir. Notre basketball doit briller à nouveau et aller bien au-delà de ce qu’il était. Telle est ma motivation.

SNA : Justement, qu’est-ce qui explique cette mauvaise passe ? Quel est votre diagnostic ?

Charles Bado : Bien entendu, la responsabilité de cette crise que traverse notre basket est partagée entre le Ministère, la Fédération, les ligues, les clubs, les entraîneurs, les arbitres, les joueurs et même les supporters. Et tout un chacun doit l’assumer. Mon diagnostic est clair et simple, nous sommes en présence d’un manque d’organisation, de planification, de communication, de vision et surtout de passion.

SNA : Alors, que comptez-vous faire pour remettre le basket sur les rails ?

Charles Bado : Je vais d’abord rétablir la confiance, maintenir la concertation permanente entre tous les acteurs et partager ma vision avec eux. Ensuite, fixer l’objectif commun que nous allons nous organiser à atteindre avec les personnes qu’il faut aux places qu’il faut.

SNA : Qui sont vos soutiens ?

Charles Bado : Mes soutiens sont divers et multiples. Ils vont des plus hautes autorités de l’État aux clubs de basketball alliés, en passant par les amoureux de la balle au panier, qui se reconnaîtront. Excusez-moi de ne pouvoir les citer de peur d’en oublier. Mais rassurez-vous, la machine derrière le candidat que je suis est énorme et déterminée.

SNA : Qu'est ce qui vous fait croire en vos chances ?

Charles Bado : J’ai toutes les chances de sortir victorieux parce que j’ai les meilleurs soutiens à tous les niveaux. Comme je l’ai déjà dit dans une interview précédente, je ne viens pas pour battre campagne, je viens pour arracher la présidence de la Fédération burkinabè de basketball.

SNA : Quels sont les grands axes de votre programme ?

Charles Bado : Mon programme va s’articuler autour de 5 axes majeurs. Le premier, c’est l’intensification des compétitions pour toutes les catégories et la redynamisation des équipes nationales. Le deuxième, l’organisation institutionnelle efficace des structures nationales de basket et la création de nouvelles ligues et districts. Le troisième axe, c’est le renforcement des capacités des acteurs (administrateurs, coaches, arbitres, journalistes, médecins, statisticiens…) par la formation tout azimut. Le quatrième axe, c’est le développement du marketing sportif et la promotion des TIC (site web dynamique, application Android, licence biométrique…). Enfin le cinquième axe concerne la recherche et la signature de partenariat gagnant-gagnant avec des structures stratégiques burkinabè et internationales.

Vers l’arrêt de la saison de basket au Sénégal

La saison de basket pourrait bien ne pas reprendre au Sénégal. La situation actuelle laisse sceptique l’autorité fédérale. 

La reprise de la saison de basket au Sénégal relèverait désormais d’un miracle. Le président de la Fédération ne se fait plus d’illusion. Invité de la plateforme des journalistes sportifs du Sénégal (ANPS)Babacar Ndiaye l’a joué cash. ‘‘Cela va être extrêmement difficile de continuer la saison cette année’’, pense-t-il. 

Mais pour l’heure, aucune décision n’a été prise. Pour ça, la FSBB attend notamment le rapport de la Direction technique nationale et de la Commission de Santé. ‘’J’avais également envoyé une correspondance aux clubs et aux Ligues régionales pour qu’ils nous fassent parvenir leurs avis et suggestions’’, précise Me Ndiaye.

Bien sûr, le clash avec son prédécesseur Baba Tandian ne pouvait pas manquer dans les débats. Et confirmation ; les deux protagonistes se bel et bien rencontrés au siège de la FSBB par l’entremise de la présidente de la zone 2, Aya Pouye. Bientôt la paix des braves ? ‘’Je suis d’accord pour que la tension baisse dans la famille du basket national’’, plaide Babacar Ndiaye. Drapeau blanc.

OB

Des cours en ligne pour les arbitres de basket des pays arabes

La Confédération Arabe de Basketball (ABC) organise une session de formation en vidéoconférence, destinée aux arbitres des pays affiliés.

C'est en partenariat avec la fédération égyptienne de Basket Les cours ont démarré le 14 mai dernier pour se terminer le 20 Mai 2020.  

La Mauritanie fait partie des bénéficiaires. selon le Secrétaire Général de l’instance de gestion de la balle au panier Mauritanienne.

"L'ABC nous a invités à leur soumettre les noms des arbitres qui doivent participer à cette session, en relation avec la situation actuelle marquée par le COVID-19. Nous avons désigné 6 arbitres. Ils ont commencé les cours sur les nouvelles règles de la FIBA et la psychologie du sport, entre autres. Des diplômes seront décernés aux participants, à la fin de cette formation", informe le Secrétaire Général de la Fédération de Basketball de la République Islamique de Mauritanie (FBRIM).

La FIBB assiste les clubs et centres

La Côte d'Ivoire, cinquième étape de la mise en œuvre du programme ...

La Fédération ivoirienne de basketball (FIBB) a offert, jeudi à Abidjan, des vivres et non vivres aux clubs, centres de formations, ligues et groupements d'intérêt pour les aider à supporter les effets néfastes de la pandémie à coronavirus.

«Le Comité Directeur, pour venir en aide aux acteurs de façon équitable a décidé de mettre en place un fonds de solidarité Covid-19. La Fédération ivoirienne de basketball n’a pas la prétention de faire face à tous les effets collatéraux de la pandémie mais c’est une marque de partage solidaire et fraternelle de ce que nous gagnons. Ceci est l’expression de notre vision fédérale», a déclaré le président de la FIBB, Mahama Coulibaly, en présence du vice-président du Comité national olympique de Côte d'Ivoire (CNO-CIV), Lucien Kouakou.

D’une valeur d’environ 4 millions FCFA, ces dons étaient composés de riz, d’huile, de masques à usage unique, de masques réutilisables, d’un seau-robinet, de gel lavant et d’un rouleau d’essuie-tout.

Basket : La Fédération camerounaise pour un retour sur les parquets

Suspendu depuis plus d’un mois à cause de la pandémie de Coronavirus, le championnat camerounais de basket-ball devrait pouvoir reprendre.

La fédération camerounaise n'envisage nullement pas une fin de saison!

Pour son président, Samuel Nduku, même si l'attente se prolonge, la reprise est toujours envisageable. Mais elle dépend aussi d'une décision des autorités camerounaises.

«Si le gouvernement arrive à maîtriser la situation, nous allons reprendre la saison qui a connu un arrêt voici plus d’un mois. Etant donné que les finales pour la désignation des champions du Cameroun dans les différentes catégories seniors étaient prévues pour le mois d'août, nous sommes dans les délais ». C'est ce que Samuel Nduku a confié mardi au quotidien camerounais «Le Jour».

Adèle F. DIOP