L’Euro 2021 vu d’Afrique : Angleterre-République tchèque à Conakry autour d'un groupe de parieurs

Lambayi, commune de Rotamo, à Conakry, capitale de la Guinée. Nous sommes chez Boubacar Bah, gérant d’un vidéoclub, pour suivre Angleterre-République tchèque, comptant pour la troisième journée du groupe D de l’Euro 2020. A l’image de tous les autres vidéoclubs, l’on retrouve des bancs, un téléviseur, de grincheux hauts parleurs qui altèrent souvent la voix des commentateurs. Mais peu importe car ici l’essentiel ce sont les buts et le résultat final, souvent synonyme de gain pour les parieurs sportifs.

Ce soir, mardi 22 juin, seule la victoire de l’Angleterre était attendue chez Bah Boubacar. Au premier rang, un fervent supporteur des Three Lions ne tient pas sur place. Très tôt il se fait remarquer sur un ratage de Sterling (2e minute). Il «prévient» l’attaquant anglais : «Attention, attention à ne pas gâcher une autre action de ce genre.»

Le gérant du vidéoclub avec un client.

Amadou Barry est un grand parieur sportif. Il a misé sur une combinaison à deux matches pour une victoire d’Harry Kane et compagnie. «J’ai misé sur l’Angleterre parce que c’est une équipe qui m’a l’air en forme, justifie-t-il. Sur le ticket, j’ai joué pour une victoire de l’Angleterre sur la République Tchèque, score 2-1. Si ça se passe comme souhaité pour mes deux matchs, je vais empocher au moins un gain de 1 097 000 FG, soit un peu plus de 600 euros.»

L’enjeu, le pari foot  

Dans la salle, beaucoup de parieurs ont imité Barry en misant sur un succès des Anglais. Le rituel de ces amoureux du jeu, avant les matchs de l’Euro, c’est de s’arrêter devant un kiosque de pari sportif, communément appelé «Guineegames», pour faire leurs combinaisons.

Lorsqu’arrive le but de Sterling (11e), c’est l’explosion de joie. «Ce n’est que le début, ce n’est que le début», tempère une voix dans la salle. Mais les minutes s’égrènent et il ne se passe rien. Les Tchèques résistent, se montrent parfois menaçants. L’Angleterre multiplie les initiatives, cherche la faille. Le score ne bouge pas.

Arrive la 70e minute. Amadou Barry commence à s’impatienter. Il espère un deuxième but pour l’Angleterre et un but pour la République tchèque pour avoir un ticket gagnant. La physionomie du match ne va pas dans ce sens-là. A 15 minutes du coup de sifflet final, le gérant du vidéoclub lance à notre attention : «Tu vois, les gens commencent à sortir leurs tickets. C’est le moment de savoir s’il est bon ou pas. Mais beaucoup laisseront leurs tickets ici

La bonne affaire des vidéoclubs

A la fin du match, l’Angleterre s’impose, mais par 1 but à 0. Amadou Barry et les autres parieurs ont loupé le coche. Bah Boubacar, lui, encaisse la somme de 150 000 francs guinéens, soit un peu plus de 10 euros. Ce n’est pas une grosse fortune, mais il ne se plaint pas.

A la fin du match, les parieurs perdants abandonnent leurs tickets dans le vidéoclub.

«Ce n’est pas la grande affluence, vous avez vu. Mais ça va alhamdoulila (Dieu merci), relativise-t-il. Je gagne beaucoup plus lorsque c’est le Portugal qui joue. Lors du match Allemagne-Portugal par exemple, il n’y avait plus de place 20 minutes avant le match. Ici la star c’est vraiment Cristiano Ronaldo. Il nous aide à gagner de l’argent (rire).»

Le malheureux de la soirée c’est bien Amadou Barry qui, comme l’avait prédit Bah Boubacar, n’est pas le seul à avoir laissé son ticket dans la salle.

Mama SWAREY

EURO Vox Populis Université Cheikh Anta Diop de Dakar

Microtrotoir sur l'EURO 2020 à l'université Cheikh Anta Diop de Dakar.

L’Euro 2021 vu d’Afrique : le campus universitaire de Tizi Ouzou adoube l'Italie

C’est sous la fraicheur d’un début de soirée du mois de juin que Sportnewsafrica a pénétré à l’intérieur de la cité universitaire de Hasnaoua à Tizi-Ouzou, chef lieux de la wilaya qui porte le même nom.

C’est connu. Dans tous les campus estudiantins au monde, il y a ce bouillonnement perpétuel. Normal quand on met dans un même environnement des jeunes qui ont envie de libérer leur énergie après des cours magistraux qui ont peut-être secoué le cerveau. Donc rien de tel pour décompresser avec cette affiche : Italie-Suisse. L'université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, l’une des plus grandes du pays, a alors vibré au rythme cette rencontre qui a tourné à l’avantage de l’Italie.

Dans ce campus, on vit, on respire football, comme c’est de coutume pour les matches de la JS Kabylie, la glorieuse équipe locale, ou bien ceux de l’équipe nationale d’Algérie. L’administration universitaire met toujours à la disposition des résidents de la cité une grande salle pour suivre les compétitions locales et internationales lors des grands évènements sportifs.

Le foot, une manière de se libérer l’esprit

 

Ils sont quelques dizaines à attendre devant ce qui est appelé communément le «Foyer», quelques minutes avant le début de la rencontre. «On espère avoir du beau spectacle avec ce deuxième match des Italiens. On a vu une belle rencontre France-Allemagne hier soir (mardi, ndlr) et ça pourrait bien être de nouveau le cas avec la Squadra Azzura, confie Mohamed, un jeune étudiant de troisième année en Génie Mécanique. On profite de ces matches pour se libérer un peu l’esprit en cette période d’examens», ajoute ce dernier.

Tous assis devant une télévision, les étudiants ne dérogent pas à la règle. Comme à chaque début de match, les plus téméraires avancent des pronostics et y croient dur comme fer.  Un petit sondage dans la salle prouve que l’Italie est de loin la favorite, devant la Suisse. «Ça doit venir du fait que les Italiens aient le même tempérant que nous», pense Takfarinas, un futur avocat. «La Méditerranée nous sépare peut-être, mais nous avons la même Grinta sur le terrain. Et c’est ce que nous apprécions chez eux», poursuit le robe noir en herbe.

C’est donc ravi, en toute logique, que les spectateurs sont sortis de cette nouvelle soirée footballistique après cette deuxième victoire (3-0) des hommes de Roberto Mancini à l’Euro 2021.

Touabi Juba ARRIS

L’Euro vu d’Afrique : France-Allemagne fait oublier le Covid-19 à Yaoundé

Quartier Omnisports à Yaoundé, la capitale du Cameroun. Il est 18 heures GMT ce mardi 15 juin 2021. Les fans de l’équipe de France et de l’Allemagne se sont donnés rendez-vous au Selfy, un bar-restaurant situé près du stade Omnisports Ahmadou Ahidjo. Entourés de trois écrans de télévision, les clients de la place ont oublié toutes les restrictions liées à la lutte contre le Covid-19. Ici, pas de masque de protection, ni respect de la distanciation physique. Serrés les uns contre les autres, ils n’ont qu’une chose en tête : le coup d'envoi du match. Chacun imagine que son équipe favorite, va remporter la rencontre.

 

La passe d'armes des  supporteurs

 

À une heure du coup d'envoi, pas de surprises dans les compositions des deux équipes. Pour les supporters, le match a déjà débuté. «Benzema et Mbappé sont là. Les Allemands sont cuits», promet Théo. Le jeune homme d’affaires se lance avec ses 5 amis dans des analyses. Pour eux, il ne fait aucun doute que le vainqueur ce soir sera la France. L’ambiance déjà festive est surchauffée par des applaudissements au moment de l'entrée des joueurs sur le terrain.

Au coup d'envoi, les supporters se donnent les derniers encouragements en échangeant des poignées de main. Le match peut enfin commencer. Les deux équipes s’envoient quelques pétards mouillés. Suffisant pour enflammer le bar. À la 14ème, Paul Pogba manque d’ouvrir le score. Une minute plus tard, c’est Mbappé qui chauffe les gants du portier allemand, Manuel Neuer. Finalement, la France ouvre le score grâce à…Hummels, buteur contre son camp (20ème). Un but qui fait lever Selfy.

 

 À la fin,  un «Français » paie le pot

 

Les fans des Bleus, en transe, ont à peine le temps de s’assoir que les supporters de l’Allemagne les rejoignent dans leur euphorie. Dommage pour eux, le coup de tête de Müller n’est pas cadré. Entre les tables, le débat est relancé. «Les Allemands ne connaissent pas marquer», lâche Philippe, pour intriguer ses adversaires. «Va arracher toutes nos Coupes du monde», rétorque un fan de l’équipe entraînée par Joachim Löw.

La deuxième période reprend et au Selfy, l’ambiance est la même. Les commandes de bières et liqueurs s’enchaînent. Les serveuses vont et viennent. Chaque action de la rencontre provoque des émotions folles, notamment la frappe de Rabiot sur le poteau (52ème). Ou encore les buts refusés de Mbappé (67ème) et Benzema (85ème) en position de hors-jeu. Dans le bar, les fans des Bleus ont jubilé, puis contesté les décisions de l’arbitre.

«Benzema n’était pas hors-jeu. Mais ce n’est pas grave. La France va gagner, peu importe le nombre de buts refusés», insiste Théo. Àl’image de l’Allemagne, les supporteurs de la Mannschaft n’avaient rien à se mettre sous la dent. La fin du match a presque été un soulagement pour eux. La France s’impose par 1-0. Et Théo lui, offre une tournée aux fans de l’Allemagne. En les invitant à retourner leur veste, pour supporter les Bleus.

Kigoum WANDJI

L’Euro 2021 vu d’Afrique : Malabo dans l’euphorie, derrière l'Espagne

Caracolas, quartier résidentiel du centre de Malabo. Mercredi 9 juin, deux jours avant le coup d’envoi de la 16e édition de l’Euro (11 juin-11 juillet). Chez Eleme Asumu, un haut cadre d’une entreprise locale, on vient de s’acheter un nouveau téléviseur. «Parce que mon dernier fils a brisé l’écran de l’ancien. Et c’était au lendemain de la finale de la Ligue des champions européenne», raconte-t-il.

Eleme Asumu est un aficionado. Avec le couvre-feu en vigueur, il ne sort presque plus de son domicile. Dès 19 heures, tout est fermé, personne n’a plus le droit de marcher dans les rues fortement militarisées. Et ça dure jusqu’à 6 heures du matin le lendemain. «Cette Euro arrive au bon moment. Après le travail, je m’ennuie. Je ne peux plus aller rendre visite à mes amis. Du coup, je regarderai la compétition chez moi», ajoute-t-il.

«Mon amour pour l’Espagne va au-delà du football»

Comme Eleme Asumu, à l’autre bout de la ville, Eleuterio Nsola, un chauffeur de taxi vivant au quartier populaire de Nsemu, à l’Est de Malabo, lui, échange avec ses amis du quartier, il discute dans un bistrot. «On aura droit à des rencontres de grande facture. C’est l’Espagne que nous attendons. Comment va-t-elle se comporter ? Là est la grande question», lance-t-il à ses camarades qui acquiescent comme pour corroborer ses propos. Même ambiance sur le bord de mer à Malabo ou des jeunes se réunissent et parlent de l'Euro.

Lundi 14 juin, l’Espagne entre en scène contre la Suède au stade olympique de Séville. Le pays jouera donc son premier match à domicile. Et les Equato-Guinéens s’impatientent. «Pourquoi a-t-on programmé le match de l’Espagne, si loin ?» s’interroge un supporter. «On aurait souhaité qu’ils ouvrent la compétition, lance un autre. Mon amour pour la sélection espagnole va au-delà même du football. Mais je vais me régaler avec ces matches.» L'attente est donc grande et les Equato-Guinéens ne veulent en aucun cas manquer l'occasion d'encourager la Roja.

L’Euro un bon moyen pour «digérer» le confinement

Comme la plupart des Africains, les Equato-Guinéens vont donc suivre le tournoi. «Avec le couvre-feu et le confinement que nous vivons en ce moment, voilà un bon moyen de se divertir pendant un mois», souligne tout joyeux, Milam Ona Ndumu, enseignant dans un collège de Malabo. Mais pour la grande majorité, c’est l’Espagne qui est leur premier centre d’intérêt. «Tous avec la Roja» ou «l’Espagne, en avant», peut-on, entendre dans les bistrots de Malabo.

La présence de grandes équipes dans le tournoi comme la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, l’Angleterre et le Portugal ou la Belgique rend difficile et incertain tout pronostic. Mais les Equato-Guinéens croient dur comme fer que les Espagnols rentreront avec le trophée. Car selon eux «le pays a le meilleur championnat du monde». On verra le 11 juillet, jour de la finale.

Fabien ESSIANE

L'Euro 2021 vu d'Afrique : Lukaku réchauffe le cœur des Congolais

Il est 19h30 à Kinshasa, quand les amoureux du ballon rond prennent d'assaut les espaces d'ambiance de la capitale congolaise. Ils ne veulent, effectivement, pas rater les débuts de la Belgique à l’Euro 2020. Surtout que l’une des têtes de gondole des Diables rouges n’est autre que Romelu Lukaku, né de parents congolais. Plusieurs parieurs avaient d’ailleurs misé sur un but de l’attaquant de l’Inter Milan qui sort d’une excellente saison en Italie. «Je sais que la Belgique avec Romelu Lukaku en pointe est capable de marquer en première période. Je n'ai donc pas hésité à donner l'avantage à la Belgique en première période dans mon ticket. Il est certain que la Belgique de Lukaku me permettra de gagner de l’argent» assure Junior Kanda avant la rencontre. La suite lui donnera raison.

«Romelu Lukaku a le sang congolais»

Au coup d'envoi du match, tout le monde retient son souffle. Avec espoir de voir leurs joueurs réaliser des exploits. «Nous soutenons la Belgique parce que l'un des nôtres est parmi eux. Romelu Lukaku a le sang congolais et j'ai la conviction qu'il va faire mal» avance Jean-Jacques Mubenga, très agité. A peine a-t-il terminé son speech, que le géant a frappé.

Après seulement 10 minutes de jeu, Lukaku, en véritable renard de surface, fait exploser tout le monde de joie. Son but sera célébré de la plus belle des manières par les fans à l'espace «Winner Pari Sportifs» sur la place victoire à Kinshasa. C'est la liesse totale. La Belgique mène désormais 1-0 face à la Russie. Pratiquement tous ont mis une pièce sur les Belges. Et ils ont bien vu. Thomas Meunier va d’ailleurs leur permettre de souffler un peu plus après son but à la 34e minute. Les Diables rouges font ainsi le break 2-0.

Au Winner Pari Sportif, Romelu Lukaku avait la cote

 

Le couvre-feu n'empêche pas la fête

Malgré le couvre-feu décrété par l'État congolais à partir de 21h00 à cause de la pandémie de Covid-19, beaucoup attendent la seconde période avec impatience. Sur la place «Bon Marché» dans la commune de Barumbu, les stands et restaurants sont inondés. Tout le monde s'improvise supporter de la Belgique. Sur place, quelques responsables de bars ont confirmé avoir réalisé de bonnes recettes en une seule journée de l'Euro 2021. «Le vendredi 11 juin lors de l'ouverture de l'Euro, il n'y avait pas de monde. Mais aujourd'hui, le public a répondu présent pour le match Belgique - Russie. Une rencontre qui nous a permis de réaliser une bonne recette. C'est ce qui fait notre joie», rassure Fany Mampuya, une responsable d'un espace, en pleine seconde période.

Lukaku inscrira ensuite le 3e but de la Belgique. Il signe ainsi un doublé à la 88e minute. Un but qui booste encore un peu plus la confiance des parieurs congolais. Ils vont certainement miser sur les Belges durant toute la compétition et croiseront les doigts pour que leur idole Romelu Lukaku continue d’exploser les compteurs. Et surtout, remplisse aussi leurs poches.

Armel LANGANDA

L’Euro 2021 vu d’Afrique : Côte d'Ivoire, l’ambiance va monter à Yopougon

Contrairement aux veilles de phase finale de Coupe d'Afrique des nations (CAN) ou de Coupe du monde auxquelles la sélection nationale prend part, l'Euro n'emballe pas pour le moment les amoureux du ballon rond en Côte d'Ivoire. Une tournée de deux jours dans certains bars, maquis et lieux publics des communes «chaudes» d'Abidjan (Yopougon, Koumassi, Abobo, Marcory, Treichville…) permet de s’en rendre compte. Dans ces lieux, aucune disposition spéciale n'est prise en vue de l'Euro, qui débute ce vendredi 11 juin.

«Vous savez, les Ivoiriens sont plus attachés à leur équipe nationale et surtout aux joueurs de leur pays dans ce genre de compétition. Quand les Eléphants ne sont pas concernés dans une phase finale, beaucoup regardent ça de loin. C'est la raison pour laquelle nous ne sommes pas encore pressés pour prendre des dispositions concernant l'Euro», confie Yao Arnaud Zagba, gérant d'un gigantesque maquis dénommé «Feu Rouge» à Yopougon-Selmer, la plus grande commune du pays de Côte d’Ivoire.

«Prêts à accueillir les amoureux de football»

Cependant, notre interlocuteur s’attend à recevoir un grand nombre de clients pendant les matchs de cette fête du football européen. «Je sais que les amoureux du ballon rond vont envahir notre espace. Nous serons prêts pour les accueillir», assure-t-il.

Au «Feu Rouge», un écran géant est prévu dans la salle VIP. Et d'autres petits écrans seront installés dans un espace ouvert contigu. «Tout le monde va regarder les matchs. Mais, tout le monde n'aura pas le même confort. Et évidemment, les prix des boissons ne sont pas les mêmes», précise le jeune Zagba. Ce dernier est dans le domaine de la gérance de maquis depuis plus de 12 ans.

Plusieurs gérants rencontrés sont dans le même état d'esprit que Zagba pour les préparatifs de l'Euro. «Chez Tantie Géné», un autre coin bouillant à Yopougon-Sicogi, la «commune aux mille maquis», on se prépare à accueillir les fans du foot. Sans attendre forcément la même affluence que lors des matchs d'une CAN. «L'ambiance va sûrement monter. Dieu voulant, mes recettes vont augmenter parce que la plus part de mes clients sont des amoureux de foot», note-t-elle.

Si l’ambiance ne sera sans doute pas la même que pour une CAN, l’effervescence autour de l’Euro promet de monter crescendo au fil de la compétition partout au pays de Didier Drogba. Aussi bien au niveau des foyers que dans les lieux publics.

Jean-Claude DJAKUS

L’Euro 2021 vu d’Afrique : Cameroun, en attendant la montée de la fièvre à Yaoundé et Douala...

«Le championnat d’Europe ? Je sais qu’il a lieu cette année, mais je ne connais pas la date du coup d’envoi.» Une petite recherche sur le Net permet à Valery d’obtenir le calendrier des matchs de l’Euro qui a débuté ce vendredi 11 juin.

Ce fonctionnaire camerounais, fan de ballon rond, est pris de court. Il n’aura pas le temps de prendre des dispositions particulières pour suivre les rencontres. «Je n’ai pas payé les chaînes de sports françaises dans mon abonnement TV et il est tard pour le faire», regrette-t-il.

Heureusement pour lui, l’une des télévisions privées du pays a obtenu les droits de diffusion de cet Euro qui va se dérouler dans onze pays pendant un mois (11 juin-11 juillet).

«Je vais m’organiser avec mes collègues, explique le trentenaire. Il y a un téléviseur dans nos bureaux, nous allons nous retrouver pour les matchs qui se joueront en fin d’après-midi.»

«Nos soirées vont être animées»

Valery et ses camarades adorent parier entre eux. «Dans le groupe, certains sont fans de la France, d’autres de la Belgique et de l’Italie. Nos soirées vont être animées», annonce-t-il.

Dans les rues de Yaoundé et Douala, la fièvre de l’Euro 2021 tarde pourtant à monter. «Le championnat d’Europe n’est pas la Coupe d’Afrique des Nations», tentent de justifier des passants. Même si certains joueurs d’origine africaine seront les vedettes du tournoi, la compétition peine pour l’instant à susciter de l’intérêt auprès de nombreux Camerounais.

«Si je trouve le temps, je vais certainement regarder un ou deux matchs. Mais au fond, l’Euro ne m’intéresse pas vraiment. Du moment où les Salah, Mané et autres Choupo-Moting ne sont pas concernés par cette compétition, je ne m’imagine pas en train de passer mes soirées à regarder les matchs de ce tournoi», tranche Mandela, un étudiant.

Les affaires au point mort

Dans les commerces, les activités sont au ralenti. Harold est le patron d’un magasin de vente d’appareils électroménagers. L’homme de 60 ans fait la promotion de téléviseurs à petits prix en raison de l’Euro. Mais cela ne semble intéresser personne. «A la veille de chaque CAN, les écrans plats se vendent ici comme de petits pains. Mais pour cet Euro, les affaires sont au point mort, regrette-t-il. Les gens n’achètent pas de nouveaux téléviseurs.»

Dans les bars et autres lieux de rassemblement, non plus, aucun signe ne renseigne sur le déroulement de l’Euro. «Nous avons nos écrans habituels dans le snack, nous allons diffuser les matchs. Mais au fond, nous n’avons pris aucune disposition particulière pour l’Euro, ce seront des jours comme les autres», prévient Anastasie, tenancière d’un bistrot au quartier Ngousso à Yaoundé.

La jeune dame espère qu’au fil des matchs, la fièvre de l’Euro va mieux s’emparer des Camerounais.

Kigoum WANDJI

L'Euro 2021 vu d'Afrique : les Maliens ont pour l'instant la tête ailleurs

Même si la compétition n’engage pas le continent africain. ils sont quand même nombreux, ces joueurs d’origine africaine qui vont notamment défendre les couleurs d’équipes européennes. Et l'Euro était, par le passé un grand événement sportif au Mali. L’engouement autour de cet évènement, n’est toutefois pas encore perceptible pour cette 16e édition de la compétition.

À Bamako, la capitale malienne, les «Grins» (Ndlr : lieu de rencontre de groupes d’âges autour du thé, du jeu des cartes…) ne vivent pas encore au rythme de l’Euro. Même dans les bureaux où les débats sont souvent passionnés entre fans du ballon rond, la politique dame le pion au football.

«Il faudra attendre la fin des matches de poules pour certainement sentir la fièvre de l’Euro monter. Parce que les fanatiques du ballon rond auront eu le temps de jauger le niveau de la compétition. En plus de la forme des différentes sélections pour pouvoir miser sur l’une ou l’autre», explique Alphaly, chroniqueur sportif indépendant.

 

Les Maliens plus préoccupés par la politique que le football

Même les médias du pays ne s’emballent pas pour le moment. Il est aussi vrai qu’à l’exception de la télévision publique (ORTM), les chaînes privées n’ont pas les moyens d’offrir les matches en direct à leurs téléspectateurs.

Pourtant les fournisseurs d’images ont baissé le prix du décodeur. Dans le souci de permettre aux Maliens de suivre les matches. Malgré tout, les clients ne se bousculent pas. «Nous sommes en promo, mais les ventes n’ont pas augmenté. Le pays traverse une grave crise financière. Avec la crise sociopolitique et les conséquences des mesures préventives de la Covid-19, les gens souffrent énormément. Ils sont donc plus préoccupés par leur situation personnelle», soutient Aïssata, une jeune vendeuse de décodeurs, installée au carrefour de l’ACI 2000,  nouveau quartier des Affaires à Bamako.

Sur les deux rives du Djoliba (fleuve Niger) dans la capitale malienne, les bars et autres espaces de loisirs visités ne prévoient rien de spécial. «Ces dernières années, le foot n’attire plus beaucoup de clients. Contrairement aux prestations en live de certaines têtes d’affiche de la musique malienne. Nous avons cependant pris toutes les dispositions pour que les clients qui le désirent puissent voir toutes les rencontres de l’Euro dans notre établissement», ajoute pour sa part, David, promoteur d’un café-restaurant. Il nous affirme néanmoins, il y a quelques années seulement, il réalisait ses meilleures recettes pendant les compétitions comme la Ligue des champions, la CAN et la Coupe du monde.

CR7, Lewandowski , Mbappé, Benzema...les chouchous des Maliens

Quid des supporters ? «Généralement, les supporters de l'Allemagne sont les plus nombreux dans ce genre de compétition. Mais, ces dernières années, les gens supportent le pays de leurs idoles. Comme il s’agit de l’Euro, beaucoup vont certainement supporter le Portugal de Cristiano Ronaldo», explique Alphaly.

«Je supporte le Portugal de CR7. Je ne supporte pas d’habitude la France. Mais avec le retour de Karim Benzema, je vais aussi supporter les Bleus sauf si la France croise le Portugal», souffle Badra Aliou alias «CR7», jeune sociétaire d’un centre de formation de la capitale malienne. «Moi, je supporte la Belgique de Kevin De Bruyne et d’Eden Hazard», réplique l’un de ses jeunes camarades.

«J’ai toujours supporté l’Italie, mais jamais la France. Mais, pour cette édition de l’Euro je serai derrière les deux pays. Même si mon cœur va beaucoup balancer du côté de la Squadra Azzura (Italie). J’ai décidé de supporter la France. Parce que l’ossature des Bleus est essentiellement constituée de joueurs d’origine africaine comme Mbappé (Kylian), Pogba (Paul) et surtout Ngolo Kanté», souligne pour sa part, Adama Doumbia, professeur d’éducation physique dans un lycée de Bamako.

Concernant le futur vainqueur du tournoi, l’Allemagne, l’Espagne et la France, sont les noms le plus souvent cités. Quant au Portugal, l’Angleterre et les Pays-Bas, ils sont classés comme des outsiders pouvant créer la surprise au soir du 11 juillet prochain.

Moussa BOLLY

L’Euro 2021 vu d’Afrique : Sénégal, les Dakarois s’échauffent en attendant les hostilités

Le contexte de Covid-19 a freiné l’élan des uns et des autres. Tout est fait pour éviter les rassemblements, même si l’Etat a levé les restrictions la lutte contre la pandémie continue. Mais certaines structures sont déjà dans le bain de l'Euro 2020. Elles ont commencé depuis quelques jours leur campagne de publicité pour attirer les auditeurs, spectateurs et lecteurs. C’est le cas des télévisions et radios privées comme la Télévision futurs médias (TFM), la Radio Futurs Médias (RFM), ITV et Iradio.

Ces médias passent en boucle les annonces sur l’Euro. Ils prévoient des plateaux spéciaux : commentaires et décryptage de tous les matches. Ces émissions seront animées par des journalistes sportifs et d’anciens footballeurs internationaux. Ce n’est pas la première fois que ces médias s’organisent de la sorte. Ils font régulièrement des directs sur la Ligue des Champions ou les grandes affiches de la Liga comme le Clásico Real Madrid-FC Barcelone.

Pas encore le grand engouement…

Dans les rues de Dakar, les gens vaquent tranquillement à leur occupation. Ils pensent certes à l’Euro, mais ils accordent la priorité à leurs occupations quotidiennes. «J’adore le football ! s’exclame Lamine Sow, un commerçant au marché de Grand-Dakar. Je supporte la France. Je ne vais pas rater les matches des Bleus durant l’Euro. Mais il faut que je travaille pour subvenir aux besoins de ma famille. J’ai mon abonnement MyCanal sur mon téléphone. Je pourrais suivre les matches au marché.»

Les affiches sur la compétition se font rares. L’essentiel des annonces se fait à la radio ou à la télévision. Pour l’occasion, Canal Plus a même réduit  ses tarifs. Le décodeur HD est à 1000 francs, alors que l’antenne est offerte. N’empêche, ce n’est pas la grande ruée vers la chaîne cryptée. «Je préfère payer 3000 francs par mois et avoir toutes les chaînes (sur un réseau pirate). Canal est trop cher pour moi, souffle Modou Fall, habitant des HLM 4. C’est difficile de payer 5000 ou 20 000 francs par mois. Avec mes 3000, je peux avoir BeIn Sports, Canal et d’autres chaines sportives. Je pourrais suivre l’Euro tranquillement avec la famille.»

Un village Euro  à l’UCAD

La tension devrait monter d’ici à ce week-end dans la capitale sénégalaise, surtout au niveau de l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar. Le Centre des œuvres universitaires de Dakar (COUD) prévoit d’ériger des fan-zones au sein du campus social pour permettre aux étudiants de suivre les matches. Le Coud le fait régulièrement et c’était la même chose récemment lors de la finale de Ligue des Champions.

Interpellé sur le dispositif mis en place pour l’Euro, le chef de département des activités culturelles et sportives du COUD, Mansour Ndoye révèle : «Nous avons un projet de création d'un village de l'Euro. Il y aura une projection des matches sur écrans géants avec une exposition des ambassades des différents pays qualifiés pour montrer leur culture. On étudiera aussi les débouchés qu'ils peuvent offrir aux étudiants. Mais c’est encore à l'étape de projet, on attend la validation de la direction du Coud

L’UCAD vit pleinement le sport avec le regroupement de plusieurs disciplines : football, basket, volleyball, handball, les arts martiaux, entre autres. De ce fait, le projet de «village de l’Euro» devrait être validé surtout en cette période de vives tensions à l’UCAD avec les grèves concernant les bourses ou le renouvellement des instances estudiantines dans certaines facultés. Le sport peut être un facteur d’union et de cohésion sociale.

Victor BAGAYOKO