Mondial 2022: ces binationaux qui résistent encore à l'appel du Maroc

Ils sont nombreux à pouvoir prétendre à la sélection marocaine. Rien qu’en France, Issa Diop, Sofiane Diop, Mohamed Ali-Cho… peuvent évoluer avec les Lions de l’Atlas grâce à leurs origines marocaines. Les trois ont d’ailleurs été ciblés par la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) qui n’a, toutefois, pas réussi à en convaincre un. Enfiler le maillot du Maroc semble même quasi-impossible pour Issa Diop en raison de la position du défenseur de West Ham sur cette question.

« Je suis né en France, je suis français, je dois tout à la France, c’est mon pays. Aller dans une autre sélection parce que je ne suis pas allé en équipe de France, ce serait un peu hypocrite de ma part. Ce serait aller dans une sélection par défaut », avait déclaré l'ancien Toulousain, qui a également des origines sénégalaises.

Diop, Adli, Ali-Cho..., des batailles difficiles

Le Maroc concentre plutôt ses efforts sur Sofiane Diop, Adli et Ali-Cho, des cibles qui semblent plus accessibles. Mais l’attente devient longue. Car, le premier n’a encore montré aucun signe qui va dans le sens d’une autre sélection que les Bleus. Appelé régulièrement avec les Bleuets, le jeune Monégasque fait même l’objet d’une bataille entre le Maroc et le Sénégal. Certes Aliou Cissé a confirmé qu’il l’a approché pour rejoindre la sélection sénégalaise, mais le coach des Lions de la Teranga a souligné que « la balle est dans le camp » du Monégasque. Sofiane Diop n’a donné aucun signe en direction des Lions de l’Atlas. Nous avons tenté d’en savoir un peu plus sur ces dossiers en approchant un responsable proche de la sélection marocaine, sans succès.

Mardi, le média Al Araby avait pourtant lâché une bombe : « Sofiane Diop, 21 ans, Mohamed Ali-Cho, 18 ans, et Amine Adli, 22 ans, auraient définitivement décidé de jouer pour le Maroc ». Toutefois, il n’en est rien, selon les dernières informations glanées par Sport News Africa. Les trois peuvent prétendre à deux sélections (trois pour le cas d’Ali-Cho), ce qui rend leur choix difficile. Vahid Halilhodzic avait bien coché le nom de plusieurs binationaux et a réussi à en convaincre certains (Louza, Samy Mmae...),  mais ces nouvelles pépites tardent à répondre à l’appel du pied de la patrie.

« Les binationaux sont marocains. On a eu des contacts avec Sofiane Diop, Amine Adli (Bayer Leverkusen) et Mohamed Ali-Cho (Angers) », avait déclaré le président de la Fédération marocaine Faouzi Lekjaâ, sans plus de détails.

Ait Lhadj, Salah-Eddine Anass

D’autres pistes intéressantes existent toutefois hors de l’Hexagone. Anouar Ait Lhadj (Anderlecht) figure aussi dans cette liste, ce qu'a confirmé Vahid Halilhodzic. Youssef Maleh, de son côté, a déjà été convoqué mais sans jamais enfiler la tunique en raison d’une blessure. Le milieu de la Fiorentina, 23 ans, a porté la tunique italienne en Espoirs. Ait Lhajd a connu la petite catégorie avec la Belgique après avoir évolué avec les U15 du Maroc. Le coach déplorait le refus de certains binationaux « aux mains d’agents étrangers qui font tout pour que le joueur ne représente pas le Maroc ». Le Maroc peut par ailleurs tenter le coup avec le jeune défenseur de l’Ajax Salah-Eddine Annas, 20 ans.

Un espoir avec Mohamed Ihattaren

Si sur la plupart des dossiers aucune évolution n’a été notée, la FRMF peut toutefois revenir à la charge pour Mohamed Ihattaren, 20 ans. Le jeune joueur de l’Ajax Amsterdam n’avait pas donné une réponse positive lors de la première approche du président Faouzi Lekjaâ. Il était revenu dans son pays d’origine lors du décès de son père. A l'époque, la FRMF espérait une décision favorable, en vain. Mercredi 11 mai, le feu-follet de l’Ajax a opéré un petit virage en célébrant le nouveau sacre en Eredivise avec le drapeau marocain ! Un détail qui n’est pas passé inaperçu chez les Marocains désireux de le voir avec les Lions de l’Atlas, malgré son premier refus. Cette cible semble désormais la plus accessible de toutes.

Mohamed HADJI